Les Fêtes plein les oreilles

The Lost Fingers: dose de fraîcheur **** (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) The Lost Fingers: dose de fraîcheur ****

SWING/WORLD, Christmas Caravan, The Lost Fingers... - image 1.0

Agrandir

SWING/WORLD, Christmas Caravan, The Lost Fingers

CRITIQUE / Les Lost Fingers ont décidé d'apporter leur pierre a l'édifice, déjà très imposant, des albums de Noël. Et ils se sont surpassés. Le quatuor de Québec défend une première composition, la festive Christmas Caravan, qui donne son titre à l'enregistrement, et revoit 11 standards avec créativité. Si Valérie Amyot assure le plus gros du boulot derrière le micro, avec aplomb et chaleur, Byron Mikaloff lui donne régulièrement la réplique, ce qui permet d'offrir une belle variété. On salue la version de We Three Kings, qui offre de magnifiques passages instrumentaux, tout comme Auld Lang Syne, qui inclut un segment russe ou encore Zat You Santa Claus?, avec une portion rap. Sans perdre de vue le swing manouche qui le caractérise, le groupe étend ses tentacules dans diverses directions, country ou world, sans pour autant s'égarer. Pour couronner le tout, une foule d'invités ont pris part à l'aventure, dont Biréli Lagrène, Kim Richardson et le multi-instrumentiste John Jorgenson (Elton John, Bob Dylan), qui a fait un solide travail à la réalisation.  Nicolas Houle

Mélissa Bédard: du gospel et de la soul en français **1/2

POP/SOUL/GOSPEL, Ma liste de Noël, Mélissa Bédard... - image 4.0

Agrandir

POP/SOUL/GOSPEL, Ma liste de Noël, Mélissa Bédard

CRITIQUE / Mélissa Bédard plonge dans l'univers de Noël en y mettant son grain de sel soul et gospel. Celle qui s'est fait un nom dans la cuvée 2012 de Star Académie avec sa voix grave et puissante, s'attaque à une dizaine de classiques, dont Glory Alleluia, J'ai vu maman embrasser le père Noël ou encore Minuit, chrétiens. Bédard semble avoir pris plaisir à l'exercice, affichant une joie communicative dans les titres dynamiques et s'abandonnant dans les balades. Malgré des arrangements peu audacieux, qui prennent le raccourci des inévitables grelots et préfèrent souvent les claviers aux véritables instruments, la première moitié de l'album fonctionne bien, en particulier les Joie dans le monde et Père Noël arrive ce soir, où les choeurs soul et gospel viennent dynamiser la proposition. Ça s'essouffle en cours de route et Bédard pêche parfois par excès de puissance, mais pas au point de faire entièrement décrocher l'auditeur. Deux titres originaux complètent l'album.  Nicolas Houle

Natalie MacMaster et Donnell Leahy: fin et sans prétention ***1/2

FOLK/CETIQUE, A Celtic Family Christmas, Natalie MacMaster... - image 6.0

Agrandir

FOLK/CETIQUE, A Celtic Family Christmas, Natalie MacMaster

CRITIQUE / Les pochettes des albums de Noël tendent à se surpasser les unes les autres dans le registre kitsch. Aussi, il faut parfois se faire violence pour prendre la peine d'écouter ce qu'elles abritent... Mais on peut être surpris, comme dans le cas de A Celtic Family Christmas. La violoniste Natalie MacMaster et son mari, également violoniste, Donnell Leahy font équipe pour revoir des classiques de Noël avec une saveur tour à tour folk, country et, dans le cas de White Christmas, jazz. La majorité du matériel est servi de manière instrumentale, mais les enfants du couple se pointent pour des livraisons plus ou moins nécessaires, quand ce n'est pas toute la bande qui y met du sien, avec une dose d'humour, comme sur Twelve Days of Christmas. Il n'y a pas de grandes révélations dans les titres choisis, mais les arrangements sont faits avec finesse, tandis que les interprétations sont justes et dynamiques. Sympathique et sans prétention.  Nicolas Houle

Sarah McLachlan: Sarah reste Sarah ***

POP, Wonderland, Sarah McLachlan... - image 9.0

Agrandir

POP, Wonderland, Sarah McLachlan

CRITIQUE / Dix ans après Wintersong, un album de Noël où elle se permettait de sortir un peu des sentiers battus et rebattus (elle signait notamment un titre en plus d'emprunter à Gordon Lightfoot et à Joni Mitchell), Sarah McLachlan rechante Noël en revenant à un répertoire un peu plus convenu. C'est peut-être le plus grand reproche qu'on puisse faire à cet album, qui offre peu de surprises dans le choix du répertoire (à part peut-être cette reprise de Snow de Randy Newman ou ce cantique huron revisité avec les gars de Half Moon Run). Sa plus grande qualité réside dans la personnalité que la vedette canadienne insuffle à l'affaire. Même dans des titres archi-usés comme White Christmas ou Let it Snow, Sarah McLachlan fait du Sarah McLachlan. Pour Wonderland, elle a retrouvé son complice de longue date Pierre Marchand. Quelques clochettes en sus, la signature musicale jamais bien loin de la mélancolie demeure cohérente avec sa discographie. Et sa voix aérienne, reconnaissable entre toutes, ne pourra que ravir une nouvelle fois ses fans.  Geneviève Bouchard

Pentatonix: Noël hyperactif ***

POP, A Pentatonix Christmas, Pentatonix... - image 11.0

Agrandir

POP, A Pentatonix Christmas, Pentatonix

CRITIQUE / Pentatonix et Noël semblent aller de pair. Depuis sa formation, en 2011, le groupe a cappella a publié trois enregistrements consacrés au répertoire du temps des Fêtes. Sur A Pentatonix Christmas, les Américains proposent neuf lectures de classiques, auxquels s'ajoutent deux titres originaux. La bande affiche sa griffe habituelle : des acrobaties vocales, des harmonies riches, des beats et des basses humaines hyperactives. Ceux qui aimaient aimeront, ceux qui n'aimaient pas n'aimeront pas davantage. C'est que les prouesses techniques prennent souvent le dessus sur l'émotion et le groupe tend à en faire plus que le client en demande, comme s'il voulait compenser pour l'absence de musiciens. Ceci se traduit par des segments où les solistes ont du mal à tenir une note sans être maniéré (pleurnicharde Hallelujah) et des passages en groupe surchargés (White Christmas, avec The Manhattan Transfer). Cela dit, lorsque les Texans trouvent un juste dosage, comme sur God Rest Ye Merry Gentlemen ou Coventry Carol, ça fonctionne bien.  Nicolas Houle

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer