Redécouvrir L'heptade

Serge Fiori et Louis Valois en spectacle avec... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Serge Fiori et Louis Valois en spectacle avec le groupe Harmonium en 1977

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Quarante ans après sa parution, L'heptade connaît un second souffle. L'oeuvre phare d'Harmonium a été remixée par le chanteur et guitariste Serge Fiori, ainsi que par son complice, le bassiste Louis Valois. Cette aventure a non seulement donné naissance à L'heptade XL, ainsi qu'à un DVD, Viens voir le paysage, mais elle pourrait être le début d'une nouvelle ère créatrice pour Fiori et Valois.

Louis Valois et Serge Fiori se sont réunis... (La Presse, François Roy) - image 1.0

Agrandir

Louis Valois et Serge Fiori se sont réunis pour remixer les bandes originales de L'heptade.

La Presse, François Roy

L'heptade XL: au coeur du Sgt. Pepper's québécois

Un vent d'automne souffle sur le Vieux-Montréal. À la porte de l'immeuble où l'on m'a donné rendez-vous, j'épluche mes courriels afin de trouver le local vers lequel je dois me diriger. La recherche est inutile : Serge Fiori, qui passe par là pour aller griller une cigarette, se charge de m'ouvrir la porte et de m'indiquer le chemin.

Je m'engouffre donc dans les quartiers du Groupe Post-M, un studio appartenant à Louis Valois, le bassiste d'Harmonium, et à Michel Lachance, qui a été les oreilles de la formation et de plusieurs autres artistes, dont Beau Dommage et Paul Piché. C'est là que Fiori et Valois ont commis ce qui aurait pu être vu par plusieurs fans comme un crime de lèse-majesté : remixer les bandes originales de L'heptade.

«Quand même, sans prétention, on s'attaquait à un monument, déclare Louis Valois, assis devant la console avec laquelle il a voyagé dans le temps. On se l'est fait dire, d'ailleurs : "Ne touche pas à mon Heptade!" On n'y touchera pas à votre Heptade, mais on va vous donner une autre version, une autre approche.»

Ça faisait un bon moment qu'un nouveau mixage de cette oeuvre ambitieuse hantait Fiori et Valois. Depuis une dizaine d'années, en fait. Or les bandes maîtresses avaient mystérieusement disparu. On croyait même qu'elles avaient été perdues à jamais, à la suite d'une inondation des locaux montréalais de Sony. Puis, lors d'un déménagement, elles ont été retrouvées. Elles ont alors pris le chemin de New York, où elles ont été dépoussiérées, pour ensuite revenir, transférées en format numérique.

«Quarante ans après, ça sonne tellement bien», lance Serge Fiori, prenant place aux côtés de Valois. «Tu te dis, on ne peut pas trop gosser avec ça, on peut faire un remix, mais comment on va s'y prendre? On était devenus hyper insécures parce qu'on s'attaquait à quelque chose que les gens connaissent par coeur.»

Une formation en évolution

Quand ils ont fait tourner les bandes, les deux hommes ont été émus aux larmes. Ils ont eu l'impression de retourner à Saint-Césaire, dans la maison où est né L'heptade (lire le texte «Un studio mobile à la campagne» en page A5). À cette époque, Harmonium s'était quelque peu transformé. Rappelons-le, à ses débuts, en 1972, le groupe était constitué de Fiori (voix, guitares), de Valois (basse) et de Michel Normandeau (voix, guitares acoustique, accordéon). Pour le deuxième album, Si on avait besoin d'une cinquième saison (1975), le claviériste Serge Locat s'était ajouté. Et sur L'heptade, le batteur Denis Farmer avait été recruté tandis que Normandeau avait quitté le navire durant l'enregistrement. D'autres musiciens allaient éventuellement compléter l'équipe pour faire grimper le nombre au chiffre magique de sept : Monique Fauteux (voix, claviers), Libert Subirana (saxophone, flûte, clarinette) et Robert Stanley (guitare électrique).

«On a passé un bon mois à jouer les tounes les quatre et là, certains musiciens se sont ajoutés, précise Fiori. [...] En écoutant les pistes, on se rappelait plein d'anecdotes, et ce qui m'a le plus touché, c'est le fait que c'était un band à quatre, qui est la formation idéale à partir des Beatles... C'est bizarre que la formation à quatre marche toujours, c'est un équilibre parfait.»

Ce n'est pas banal que Fiori évoque les Fab Four, car L'heptade peut être vu comme le pendant québécois du légendaire Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band. Bien sûr, la création d'Harmonium a sa propre signature, or elle s'appuie sur un concept, des musiques recherchées et a pris des élans orchestraux, grâce au travail de Neil Chotem, qui avait composé les arrangements et les passages où un grand ensemble intervient.

Rapprocher les voix

Quand on réunit sept instrumentistes, un orchestre symphonique et des choristes, le mixage peut rapidement devenir un casse-tête. Serge Fiori et Louis Valois avaient l'impression que dans la mouture initiale de L'heptade, on perdait de vue le noyau dur des quatre musiciens principaux. Il faut dire qu'à l'origine, les deux hommes n'avaient pas été en mesure de superviser le travail en entier : après trois journées passées dans le studio de Toronto, où le boulot s'effectuait, ils avaient dû plier bagage, car des spectacles les attendaient.

«Je n'ai pas eu de grande frustration avec l'album original, mais une de celles qu'il y a eu était la voix, indique Fiori. Je voulais qu'elle ait une perspective plus "dans ta face".»

«Notre point de départ, c'est que c'est un gars assis sur un tabouret, qui chante des tounes, ajoute Louis Valois. On a [mis notre attention] là-dessus.» 

Pour mieux illustrer son propos, Valois pivote sur son siège et actionne la console qui est derrière lui. La pièce vibre aussitôt aux airs du deuxième couplet de Comme un sage, et les voix angéliques nous enveloppent, dessinant des sourires sur les visages. Comme les deux musiciens aiment à le dire, lorsqu'ils se sont lancés dans le remixage de L'heptade, leur baromètre était «les poils sur les bras» : s'ils levaient, ils étaient sur la bonne voie. Et c'est ce qui s'est passé lorsqu'ils ont renoué avec les voix. 

«Les deux plus beaux après-midi [de l'enregistrement original], c'est quand Richard Séguin, Pierre Bertrand, Estelle Ste-Croix, Monique Fauteux et moi, on a fait les back vocalslive, se remémore Serge Fiori. On était les cinq autour d'un seul micro, c'était un équilibre naturel.»

Joint à son domicile de Saint-Venant-de-Paquette, en Estrie, Richard Séguin acquiesce, parlant d'une «chimie instantanée» dans le groupe vocal. «C'était du monde issu de groupes et la qualité première, quand tu chantes dans un groupe, c'est d'écouter l'autre. Si tu écoutes l'autre, il y a une perte d'ego et tu es au service du texte et du rythme.» 

De manière chronologique

De la même manière que les chansons de L'heptade ont été enregistrées dans l'ordre qu'on peut les entendre sur l'album double, le remixage a été chronologique. Fiori et Valois ont d'abord renoué avec Comme un sage, puis sont repartis du début et ont ajusté les potentiomètres jusqu'à la dernière note de la dernière chanson, question de modeler ce qu'ils ont baptisé L'heptade XL - pour les 40 ans, pour l'expérience élargie et pour «excellence». Les voix ont gagné en présence et en clarté, la batterie et les claviers se sont faits moins puissants, l'orchestre a parfois occupé davantage d'espace pour ensuite se taire dans d'autres portions. Quiconque est familier avec l'album renouera avec l'essence de L'heptade, mais découvrira également une autre vision de cet enregistrement, qui a su traverser les décennies.

«Ce qui est drôle, c'est que les décisions pour le remix se sont prises comme pour un album original : tout ce que tu attends, c'est la place où il y a une petite lumière verte qui va s'allumer et tu vas dire : "This is it! This is the mix!" déclare Serge Fiori. Quand ça arrive, tu sais que tu ne te trompes pas!»

L'heptade XL paraît officiellement le 18 novembre. L'album est vendu sous forme de coffret double CD, d'album vinyle double, de coffret double CD avec DVD du spectacle de L'heptade et sous forme de coffret de luxe réunissant vinyles, CD et DVD. Enfin, le DVD Viens voir le paysage est aussi vendu seul.

D'une résurrection à l'autre

C'est un petit miracle que Louis Valois soit encore là, aujourd'hui, pour parler de la renaissance de L'heptade. Le musicien confie avoir eu un cancer du côlon, avec récidive au foie et aux poumons. Si sa chevelure a blanchi après les traitements de chimiothérapie, il apparaît aujourd'hui en forme et n'hésite pas à dire que L'heptade l'a ressuscité.

Cette aventure de remixage pourrait aussi raviver la collaboration créative entre lui et Serge Fiori. À la fin de l'année, Valois compte fermer son studio et déplacer son équipement chez son ami.

«Serge a dit : "J'ai le goût d'écrire", alors j'ai dit : "Parfait!"» raconte-t-il.

Fiori de son côté affirme que les gars ne savent pas ce qu'ils font, mais qu'ils le font. Tout dépend, comme il dit, de la «petite lumière». Si elle s'allume et que l'inspiration est au rendez-vous, on pourrait avoir une dose de matériel original. De là à savoir si ce sera sous la bannière d'Harmonium, c'est autre chose...

La collaboration Fiori-Valois pourrait par ailleurs se poursuivre du côté du remixage. Bien qu'ils aient eu le vertige en se replongeant dans L'heptade, ils y ont aussi pris beaucoup de plaisir. Est-ce à dire qu'ils comptent remixer le premier album, éponyme, paru en 1974, et Si on avait besoin d'une cinquième saison, lancé l'année suivante? Ils n'y vont pas d'un oui franc, mais ne disent pas non.

«J'ai les bandes du premier à côté de mon bureau», confie Valois, avec un clin d'oeil complice.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer