Mauves: de la pop et une vision

Alexandre Martel et Julien Déry, du groupe Mauves... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Alexandre Martel et Julien Déry, du groupe Mauves

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au moment de présenter son troisième album, Coco, le groupe de Québec Mauves a, dans un communiqué de presse, soigneusement mis en scène sa journée de promotion. Ses membres décrivent «un cortège de journalistes» dans un bar à cocktails, des réponses données avec «obligeance, charme et légèreté» et «un scribe particulièrement vaillant» qui s'enquerra de la provenance du titre du disque.

Nous avons la semaine dernière rejoint les multi--instrumentistes Alexandre Martel et Julien Déry dans un bar de la haute-ville pour confronter leur vision de l'entrevue avec la réalité. Discussion autour de la musique pop, de l'importance du mépris... et de la drogue. 

Q Je ne ferai pas mentir votre communiqué et je jouerai le rôle de la «scribe particulièrement vaillante»: pourquoi avoir choisi Coco comme titre d'album?

Alexandre Martel: En fait, on a commencé à dire ce mot quand on a enregistré la première piste de guitare électrique 12 cordes. On trouvait que c'était vraiment un son West Coast, un son seventies. Et les années 70, c'était des années très cocaïnées. C'est devenu une espèce de mantra: «faut faire plus coco».

Q En hommage à la cocaïne...

Alexandre Martel et Julien Déry: Exact. 

A. M.: Ç'a été un peu le fil directeur pour l'ambiance. On voulait vraiment faire un truc de très énergique, très vivant, de plus direct. C'est devenu comme un cri de ralliement. 

Q «Coco» était là de manière métaphorique ou il y en avait pour vrai? 

Julien Déry: Les deux... Après minuit, des fois, fallait que la session continue... Ça prend beaucoup de place quand on commence à parler de drogues. Mais c'était plus un instrument, dans l'album, pour être productif après une certaine heure. Comme eux autres en prenaient dans le temps.

Q Et ce titre a été adopté immédiatement?

A. M.: On est un band de consensus. On est quatre têtes fortes dans le groupe. Sur certains points, on a des visions esthétiques qui sont irréconciliables. Mais on essaie toujours de trouver un terrain d'entente. Pour le disque précédent, on est passé au vote parce qu'on ne s'entendait pas sur le titre. Cette fois, le titre était trouvé avant qu'on ait deux chansons d'enregistrées.

Q Vous évoquez des «visions esthétiques irréconciliables». Ça crée des tensions dans le groupe?

J. D.: On ne se chicane jamais...

A. M.: On croit beaucoup au choc des idées, à la dialectique. À mesure que le band avance, on connaît les autres de mieux en mieux. Je pense qu'on a évité des zones de conflits sur cet album-là. On savait autour de quoi on se réunissait et c'est ce qui est important. 

Q Et qu'est-ce qui vous a réuni?

A. M.: On se réunit autour d'une certaine conception de la chanson pop. 

J. D.: On aime les mêmes choses et on méprise les mêmes choses. 

A. M.: Mépriser les mêmes choses, c'est fondamental. Quand tu fais de l'art, c'est toujours contre d'autres arts. Quand tu sors une oeuvre de manière publique, c'est tout le temps un statement contre autre chose. Tu fais des choix contre d'autres choix et ces choix-là ont été faits par d'autres personnes. Mais ce n'est pas une haine viscérale. On peut être amis avec des gens dont on n'aime pas la musique.  

Q Qu'est-ce que vous méprisez tant?

J. D.: L'insipidité des paroles. Ce n'est pas facile de réussir à toucher quelque chose de beau et je trouve que souvent, c'est laissé de côté dans la musique québécoise.

A. M.: Au Québec, il y a un gros consensus autour de la chanson folk. Il y a beaucoup d'artistes folk qu'on aime et qui font preuve d'originalité et d'audace. Mais dans ce créneau-là, il y a aussi beaucoup de gens qui sont confortables. J'ai l'impression qu'il y a un consensus critique et populaire autour de ce créneau-là. 

J. D.: On en fait du folk, aussi. Sur l'album, il y a des pièces plus folks ou plus blues. Mais le fait que le folk ressorte systématiquement et que ce soit communément apprécié, ça nous dérange. 

A. M.: Coco, c'est un album très, très québécois dans ses influences et dans son rendu. Mais en même temps, quand tu dis «keb» au monde, ils pensent aux Cowboys Fringants ou à Vincent Vallières. Ce sont des artistes qui ont leurs mérites, mais c'est comme un peu limitant. Si tu sors de ça, on dit que c'est parce que tu as des influences anglo-saxonnes. 

J. D.: Pour chaque toune sur l'album, je pourrais donner deux références québécoises. Il y a du Renée Martel, du Beau Dommage, du Harmonium, du Sylvain Lelièvre, du Charlebois...

Q On souligne souvent le côté vintage de votre musique. Avez-vous l'impression que vous n'êtes pas nés à la bonne époque?

A.M.: Non. On n'a pas l'impression qu'on fait de la musique rétro. 

J. D.: On a l'étiquette depuis le premier album. C'est vrai qu'on utilise de vieux synthétiseurs. On joue sur de vrais instruments, il n'y a pas de programmation. 

A. M.: Coco, c'est un album qui a été enregistré live. On est les quatre dans la pièce, pas de métronome. On se regarde et on joue. Veut, veut pas, ça donne une énergie qui est un peu rétro. Il n'y a pas de volonté de sonner rétro, mais il y a clairement une volonté de ramener l'humain dans l'équation. 

Q Vous faites votre lancement d'album au centre d'art actuel Le Lieu. Peut-on s'attendre à un volet performance artistique?

A. M.: Un lancement de disque, c'est tellement quelque chose de corpo... On a voulu faire quelque chose pour le public, que les gens viennent vivre quelque chose d'inédit, qui ne se reproduira plus jamais...

Vous voulez y aller?

  • Qui: Mauves
  • Quand: 6 octobre à 21h
  • Où: Le Lieu
  • Accès: gratuit
  • Info: mauves.ca

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer