Lamar enflamme la soirée des Grammy

  • Kendrick Lamar a livré une performance époustouflante évoquant les violences contre les Noirs en Amérique, lundi soir, lors de la cérémonie des Grammy Awards. (AP, Matt Sayles)

    Plein écran

    Kendrick Lamar a livré une performance époustouflante évoquant les violences contre les Noirs en Amérique, lundi soir, lors de la cérémonie des Grammy Awards.

    AP, Matt Sayles

  • 1 / 11
  • Kendrick Lamar a tout raflé sur son passage lorsqu'il a été question de rap, mais le prix convoité de l'Album de l'année lui a échappé. (AFP, Robyn Beck)

    Plein écran

    Kendrick Lamar a tout raflé sur son passage lorsqu'il a été question de rap, mais le prix convoité de l'Album de l'année lui a échappé.

    AFP, Robyn Beck

  • 2 / 11
  • Alabama Shakes repart avec le prix du Meilleur album de musique alternative. (AP, Matt Sayles)

    Plein écran

    Alabama Shakes repart avec le prix du Meilleur album de musique alternative.

    AP, Matt Sayles

  • 3 / 11
  • Taylor Swift, qui avait pas moins de sept nominations, a surpris tout le monde en mettant la main sur l'Album de l'année, avec <i>1989</i>. (AP, Matt Sayles)

    Plein écran

    Taylor Swift, qui avait pas moins de sept nominations, a surpris tout le monde en mettant la main sur l'Album de l'année, avec 1989.

    AP, Matt Sayles

  • 4 / 11
  • Meghan Trainor a remporté le précieux Grammy de la Révélation de l'année. (AFP, Robyn Beck)

    Plein écran

    Meghan Trainor a remporté le précieux Grammy de la Révélation de l'année.

    AFP, Robyn Beck

  • 5 / 11
  • Lady Gaga a rendu un hommage habile à David Bowie, tant au plan sonore que visuel. (AP, Matt Sayles)

    Plein écran

    Lady Gaga a rendu un hommage habile à David Bowie, tant au plan sonore que visuel.

    AP, Matt Sayles

  • 6 / 11
  • C'est Ed Sheeran qui a signé la Chanson de l'année, avec <i>Thinking Out Loud</i>. L'Anglais a aussi eu droit à une récompense pour la meilleure performance pop solo, avec cette même composition. (AP, Matt Sayles)

    Plein écran

    C'est Ed Sheeran qui a signé la Chanson de l'année, avec Thinking Out Loud. L'Anglais a aussi eu droit à une récompense pour la meilleure performance pop solo, avec cette même composition.

    AP, Matt Sayles

  • 7 / 11
  • Bruno Mars a récolté deux gramophones: celui de l'Enregistrement de l'année et de la meilleure performance d'un duo ou groupe pop. (AP, Matt Sayles)

    Plein écran

    Bruno Mars a récolté deux gramophones: celui de l'Enregistrement de l'année et de la meilleure performance d'un duo ou groupe pop.

    AP, Matt Sayles

  • 8 / 11
  • Johnny Depp (AFP, Robyn Beck)

    Plein écran

    Johnny Depp

    AFP, Robyn Beck

  • 9 / 11
  • Justin Bieber (AFP, Robyn Beck)

    Plein écran

    Justin Bieber

    AFP, Robyn Beck

  • 10 / 11
  • Adele (AP, Matt Sayles)

    Plein écran

    Adele

    AP, Matt Sayles

  • 11 / 11

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La 58e soirée des Grammy aura été celle de Kendrick Lamar, à presque tous les points de vue. Non seulement le rappeur, qui a signé avec To Pimp a Butterfly l'un des meilleurs albums de 2015, a-t-il raflé cinq statuettes, mais il a servi l'une des meilleures performances de la soirée.

Lamar a tout balayé sur son passage dès qu'il a été question de rap: le Grammy de la meilleure performance avec Alright, la meilleure collaboration grâce à These Walls (en compagnie de Bilal, Anna Wise & Thundercat), la meilleure chanson, toujours avec Alright et le meilleur album.

La grande question était de savoir si le jury serait prêt à saluer l'oeuvre du rappeur, toutes catégories confondues. La réponse a été négative. Tout au plus, l'artiste a partagé avec Taylor Swift la statuette du meilleur vidéoclip pour Bad Blood.

Lady Gaga a présenté un hommage à David... (AP, Matt Sayles) - image 2.0

Agrandir

Lady Gaga a présenté un hommage à David Bowie.

AP, Matt Sayles

Taylor Swift a remporté le Grammy de l'album... (AFP, Robyn Beck) - image 2.1

Agrandir

Taylor Swift a remporté le Grammy de l'album de l'année avec 1989.

AFP, Robyn Beck

Électrisante Gaga

On ne fête pas la musique sans qu'elle ne soit à l'avant-plan. Aussi, la soirée a-t-elle été hautement remplie côté performances. Taylor Swift s'est chargée d'ouvrir le bal. Elle l'a fait avec aplomb et sobriété, toute de noir vêtue, évoluant dans une forêt noire, question d'illustrer sa pièce Out of the Woods.

Le terme «sobriété» semblait d'ailleurs teinter l'ensemble de la remise de prix. Un peu trop. Rares ont été les coups d'éclat. Il aura fallu attendre que Kendrick Lamar monte sur les planches pour que le spectacle décolle, avec une touche politique. Il a interprété The Blacker and the Berry, sur laquelle il est arrivé enchaîné, pour terminer sur Alright, où un gigantesque feu a été allumé. 

Plusieurs hommages étaient au programme. Un au défunt Glenn Frey, avec ses comparses des Eagles épaulés de Jackson Browne, un à Lionel Richie, où le célébré a lui-même pris le micro, un autre à B.B. King, ainsi qu'un à Lemmy Kilminster, mais dans le lot, c'est sans conteste celui de Lady Gaga à David Bowie qui a retenu l'attention. Dès son arrivée sur le tapis rouge la chanteuse a été remarquée : flamboyante sur des plates-formes, dans sa robe bleue, arborant des cheveux orangés. Et quand elle est montée sur les planches, non seulement elle a cumulé les chansons dans un pot-pourri dense et relevé, mais elle était en voix et n'avait pas négligé l'aspect visuel. Amorcé avec Space Oddity, la performance a culminé sur Heroes, non sans un détour par Fame. Pour couronner le tout, Nile Rodgers officiait à la six cordes. Un défi brillamment relevé.

À oublier, en revanche, le passage laborieux d'Adele. Sa version d'All I Ask a été ponctuée de pépins techniques, d'un jeu de guitare plus que douteux et de fausses notes de la principale intéressée...

La 58e soirée des Grammy aura été celle de... (Infographie Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Des lauréats émotifs

Entre deux performances, les statuettes étaient remises. Taylor Swift, qui avait pas moins de sept nominations, a surpris tout le monde - elle-même, à en juger sa réaction - en mettant la main sur l'Album de l'année, avec 1989. Elle a aussi raflé le prix du meilleur album pop vocal, en plus de la vidéo de Bad Blood, que nous évoquions plus tôt.

La très populaire succès Uptown Funk de Mark Ronson, avec Bruno Mars a récolté deux gramophones: celui de l'Enregistrement de l'année et de la meilleure performance d'un duo ou groupe pop.

C'est Ed Sheeran qui a signé la Chanson de l'année, avec Thinking Out Loud. L'Anglais a aussi eu droit à une récompense pour la meilleure performance pop solo, avec cette même composition.

Courtney Barnett semblait destinée à rafler le Grammy très convoité de Révélation de l'année. Visiblement, le jury n'a pas été insensible à l'immense succès remporté par Meghan Trainor. Celle-ci est allée chercher son prix en sanglotant, étouffée par l'émotion. 

Le Canadien The Weeknd n'a pas été ignoré. On lui a remis le prix de la Meilleure performance r'n'b pour Earned It, tandis que Beauty Behind the Madness a été sacré Meilleur album urbain contemporain.

Côté rock, Alabama Shakes a particulièrement bien fait. Le groupe américain a mis la main sur le meilleur album alternatif, avec Sound & Color, la meilleure performance rock, avec Don't Wanna Fight, ainsi que sur la meilleure chanson rock, avec ce même titre. Enfin, Sound & Color a été considéré album le mieux enregistré, en dehors du secteur classique.

«Quand on a commencé on était à l'école secondaire, on jouait simplement pour le plaisir, on ne pensait jamais se retrouver ici», a lancé la leader Brittany Howard, émue.

Sans surprise, c'est la formation britannique Muse qui a reçu le Grammy du Meilleur album rock, avec Drones.

On croyait bien que Leon Bridges ravirait les honneur du meilleur album R'n'b, avec son rétro Coming Home, mais c'est D'Angelo and The Vanguard qui s'est illustré de ce côté, avec Black Messiah.

Au rayon du meilleur album world, soulignons la présence d'Angélique Kidjo, qui est ressortie de la cérémonie avec son troisième Grammy à vie, grâce à Sings. Enfin, sur la planète jazz, Cécile McLorin Salvant a mis la main sur la statuette du meilleur album vocal, avec For One To Love, tandis que John Scofield a fait de même pour le meilleur album de jazz instrumental, avec Past Present.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer