Kendrick Lamar part favori pour les Grammy

Kendrick Lamar... (Photo Andy Kropa, archives AP)

Agrandir

Kendrick Lamar

Photo Andy Kropa, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Véronique Dupont
Agence France-Presse
Los Angeles

Le rappeur Kendrick Lamar et la pop-vedette Taylor Swift partent favoris lundi aux Grammy Awards, les plus prestigieuses récompenses de la musique aux États-Unis, qui seront remis lundi à Los Angeles avec des hommages à Bowie et Lionel Richie.

La grand-messe annuelle de la musique américaine démarrera au Staples Center à 17H00 (01H00 GMT mardi) pour plus de trois heures de spectacle par les plus grands noms de la musique contemporaine, de la country au métal en passant par l'électronique et la pop.

Elle sera diffusée dans le monde entier et notamment sur la chaîne CBS. Avant la retransmission, une précérémonie honorera les artistes de la musique classique, musique du monde ou du jazz, avec notamment le légendaire brésilien Gilberto Gil ou la rockeuse Patti Smith parmi les finalistes.

Le rappeur LL Cool J présentera la soirée pour la cinquième fois entouré d'une nuée de vedettes, de la diva britannique Adele en passant par la superstar Rihanna, l'acteur-rockeur Johnny Depp avec Alice Cooper ou l'idole des adolescentes Justin Bieber.

Mystérieux, il a laissé entendre que Kendrick Lamar préparait une performance «qui devrait créer la controverse».

«Bonne chance tout le monde, peut-être que la troisième fois c'est la bonne ?», a tweeté le groupe d'électronique Disclosure, finaliste pour la troisième année de suite.

«On ne va peut-être rien gagner ce soir, c'est déjà un honneur d'être là», a ajouté Charlie Puth, en course pour la chanson de l'année aux côtés de Wiz Khalifa avec «See you again».

L'un des temps forts de la soirée sera la performance de Lady Gaga en hommage au dieu du rock David Bowie, décédé le mois dernier. Les producteurs ont promis «une expérimentation multisensorielle» ambitieuse.

Le chanteur Lionel Richie sera également salué pour l'ensemble de sa carrière.

Natif de Compton, banlieue chaude de Los Angeles, Kendrick Lamar a une longueur d'avance avec 11 nominations liées à son troisième album, «To Pimp a butterfly»: un record que seul Michael Jackson avait dépassé avec son mythique «Thriller».

«To Pimp a Butterfly» a été encensé par la critique pour son exigence artistique et le président américain Barack Obama est un admirateur déclaré.

Accents jazz ou pop sucrée ?

L'opus mêle textes personnels sur les relations raciales, rap et expérimentations jazz.

Son titre phare, «Alright», est devenu l'hymne non officiel du mouvement anti-violences policières Black Lives Matter.

Comparées aux Oscars, au coeur d'une polémique pour leur sélection d'acteurs tous blancs pour la deuxième année de suite, les nominations des Grammys célèbrent la diversité, avec des artistes de toutes origines.

D'après l'hebdomadaire LA Weekly, l'Académie nationale des arts et sciences du disque, qui remet les Grammys, a toutefois tendance à «tenir les Noirs américains à l'écart des victoires dans les principales catégories».

Si le rappeur de 28 ans décrochait le prix de l'album de l'année, ce serait la quatrième fois seulement qu'il est décerné à un disque entièrement ou partiellement inspiré du hip-hop -- après des oeuvres de Quincy Jones, Lauryn Hill et OutKast.

Lamar aura notamment face à lui la tornade blonde Taylor Swift, dont l'album «1989» a été le plus vendu sur la période considérée pour les prix cette année: 5,7 millions de copies écoulées aux États-Unis.

«1989», référence à l'année de naissance de la chanteuse, marque sa transition de jeune prodige country en méga pop-vedette internationale.

Collection de tubes entêtants aux arrangements synthétiques, de «Shake it off» en passant par «Bad Blood» ou «Style», l'album évoque jeux amoureux, rencontres sans lendemain, et relations qui s'enveniment.

L'étoile montante The Weeknd est à égalité avec Taylor Swift, avec 7 nominations, notamment pour l'album de l'année grâce à son opus «Beauty Behind The Madness», pour l'enregistrement de l'année ou la meilleure performance pop solo avec le très chaloupé tube «Can't feel my face».

Abel Tesfaye de son vrai nom, Canadien d'origine éthiopienne, n'a commencé à diffuser des chansons sur internet qu'en 2010, avant de figurer l'an dernier sur la bande originale de «Cinquante nuances de Grey» et de dominer les ventes musicales.

C'est toutefois le producteur anglais Mark Ronson qui est considéré comme le favori pour l'enregistrement de l'année avec l'endiablé «Uptown Funk», chanté par Bruno Mars.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer