Un duo inédit de Lhasa de Sela

La voix de Lhasa se fait entendre dans un... (Archives La Presse)

Agrandir

La voix de Lhasa se fait entendre dans un duo posthume, enregistré avec la formation Tindersticks.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Quelque six ans après s'être tue, la voix de Lhasa de Sela se fait entendre de nouveau. La défunte chanteuse montréalaise apparaît en effet dans un duo posthume, enregistré avec la formation Tindersticks.

Le groupe anglais s'apprête à faire paraître le 22 janvier l'album The Waiting Room. Sur le premier extrait, Hey Lucinda, on retrouve bien sûr la voix de baryton de Stuart Staples, mais, surtout, celle de feue Lhasa de Sela. 

Faut-il le rappeler, la Montréalaise, qui nous a donné les superbes albums La Llorona (1997), The Living Road (2003) et Lhasa (2009), s'est éteinte de manière prématurée le 1er janvier 2010, victime d'un cancer du sein.

Tindersticks - Hey Lucinda

Stuart Staples aurait commencé à composer la pièce un matin, tandis qu'il errait dans les rues du centre-ville de Cologne. Or cette chanson, qui est devenue un duo, a mis du temps à naître et l'a hanté longtemps. Pendant une dizaine d'années, en fait, au point où cette création qui n'en finissait plus de finir était devenue un running gag au sein de Tindersticks.

«En cours de route, j'ai visité ma bonne amie Lhasa de Sela à Montréal, et nous avons passé un peu de temps à enregistrer une version de Hey Lucinda. Elle a compris que cette pièce ne devait pas être une complainte, que sous la surface triste, il y avait plein d'espiègleries», a fait savoir Staples, par voie de communiqué.

Habillée d'une nouvelle musique

À la mort de Lhasa, Staples a mis l'enregistrement de côté. Ce n'est que récemment qu'il a pu écouter la chanson de nouveau. Avec ses complices de Tindersticks, il l'a habillée d'une nouvelle musique, résolument acoustique, souhaitant transposer l'espièglerie de la conversation entre Lhasa et lui.

Pour traduire la pièce visuellement, les cinéastes Rosie Pedlow et Joe King ont été mis à contribution. Staples a été conquis : «Le film qui est né est à la fois dense et délicat - sensible de manière à ce que ce soit narratif, mais pas exagérément descriptif. Il trouve sa propre trajectoire à travers la conversation sans ne jamais s'imposer, permettant à la pièce de respirer.»

The Waiting Room, qui réunira 11 chansons, comptera également un autre duo. En effet, sur l'intense We Are Dreamers!, Jehnny Beth, de la formation Savages - qui lancera aussi un nouvel album le 22 janvier - accompagne Stuart Staples.

Tindersticks - We Are Dreamers!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer