Nouvelle plainte de 200 millions $ contre Spotify

Le fondateur de Spotify, Daniel Ek, assure que... (Archives La Presse Canadienne, Janerik Henriksson)

Agrandir

Le fondateur de Spotify, Daniel Ek, assure que le site de streaming respecte les règles des droits d'auteur.

Archives La Presse Canadienne, Janerik Henriksson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Le leader de la musique en streaming Spotify fait l'objet d'une nouvelle plainte où il se voit réclamer 200 millions $, après une action en justice similaire initiée fin décembre.

Les deux plaintes, chacune déposée par un artiste individuel devant un tribunal à Los Angeles, demandent au juge d'autoriser une action en nom collectif, à laquelle pourraient venir se greffer d'autres artistes.

La nouvelle plainte a été déposée vendredi par Melissa Ferrick, chanteuse indie-folk de 45 ans qui enseigne au prestigieux Berklee College of Music. Elle avait atteint une certaine notoriété en 1991 quand elle avait été conviée au dernier moment pour assurer les premières parties d'une tournée du chanteur Morrissey.

Melissa Ferrick n'accuse pas Spotify de ne pas l'avoir rémunérée, mais elle reproche au site de ne pas prévenir les détenteurs de droits d'auteurs quand il crée un dossier permettant d'écouter des morceaux en ligne. Elle sous-entend que les artistes n'ont pas donné leur permission pour être diffusés en streaming.

Selon la chanteuse, le site, qui ne veut pas perdre de temps dans son développement, utilise «une stratégie familière maintenant pour beaucoup de services de musique en ligne: violer les droits d'auteurs maintenant, et s'excuser plus tard».

Le site suédois et ses concurrents ont déjà été pointés du doigt à de nombreuses reprises, accusés de ne pas payer assez les artistes dont ils mettent la musique à disposition.

Melissa Ferrick affirme que ses chansons ont été écoutées ou téléchargées plus d'un million de fois ces trois dernières années, mais que Spotify n'a pas géré les droits d'auteurs comme il le fallait. La chanteuse réclame donc à Spotify au moins 200 millions $ pour le compte des détenteurs de droits d'auteurs.

Le site suédois revendique plus de 75 millions d'utilisateurs et est valorisé à 8 milliards $.

Première plainte

La première plainte contre Spotify avait été déposée fin décembre par un autre artiste américain, David Lowery, leader des groupes de rock alternatif Cracker et Camper Van Beethoven, qui est également enseignant. Celui-ci réclamait 150 millions $ au géant suédois du streaming, sur un fondement un peu différent: il lui reproche de ne pas respecter les droits de reproduction mécanique (CD, DVD, vinyle, etc.), relatifs à l'enregistrement d'une oeuvre.

En réponse à la première plainte, Spotify avait affirmé respecter les règles des droits d'auteurs, et avait rappelé qu'il avait passé des accords avec les maisons de disques et les organisations de gestion des droits d'auteurs des compositeurs.

«Nous nous sommes engagés à payer aux auteurs de chansons et aux éditeurs chaque centime. Malheureusement, en particulier aux États-Unis, les données nécessaires pour déterminer les détenteurs légitimes des droits sont parfois absentes, erronées ou incomplètes», avait indiqué un porte-parole du géant suédois.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer