Les 10 albums anglos de l'année

Alabama Shakes nous a offert cette année Sound... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Alabama Shakes nous a offert cette année Sound & Colour.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au rayon de la musique anglophone, 2015 aura été une année diversifiée à tous les chapitres. D'un côté, on aura eu les artistes qui se seront permis des voyages dans les sonorités passées, de l'autre, ceux qui auront voulu être bien de leur temps. Ce n'est pas tant l'emballage sonore qui fait foi du résultat, mais bien la musique en elle-même et, de part et d'autre du spectre, on aura été choyé.

Alabama Shakes, Sound & Colour

Passée la surprise du très sympathique Boys & Girls (2012) et de ses tonalités rétro, on se demandait ce qu'Alabama Shakes aurait à proposer pour son deuxième album. Le quatuor américain aurait très bien pu jouer la carte de la prudence et se réfugier derrière la voix exceptionnelle de sa leader, Brittany Howard - qu'on aurait été heureux de retrouver d'une manière ou d'une autre. Or le groupe a décidé de surprendre en conservant, certes, les sonorités vintages qu'il apprécie, mais en expérimentant avec différents styles, parfois à l'intérieur même d'une composition. La pièce-titre met superbement la table, avec ses claviers et ses arrangements de cordes, pour un voyage musical étonnant qui distille, d'une piste à l'autre, des trouvailles musicales et des interprétations profondément senties. 

Sufjan Stevens, Carrie & Lowell

Le très doué Sufjan Stevens n'a rien pondu d'aussi fort depuis son fameux Illinois, qui remonte, mine de rien, à 2005. Faisant un retour vers la folk, il articule les pièces de Carrie & Lowell, comme le laisse deviner le titre, autour de sa mère et de son beau-père. Il y relate des épisodes de son passé avec la première, désormais défunte, qui était bipolaire et souffrait de certaines dépendances. Stevens opte pour une approche dépouillée, défendant ses pièces avec délicatesse. Malgré le côté sombre de certaines compositions, l'Américain évite les excès mélodramatiques. Et surtout, il a le don pour les mélodies et pour tirer les ficelles de manière à ce que ses chansons touchent directement le coeur. Le tout est ficelé avec une cohérence telle que chaque titre s'imbrique dans le suivant, à la manière des chapitres d'un bouquin. 

Grimes, Art Angels

Grimes vieillit décidément bien. Demeurant la pieuvre musicale qu'on connaît, qui mitonne en studio chacune de ses créations, elle signe son album le plus achevé à ce jour, en se faisant inclusive comme jamais. Toutes les approches sont bienvenues dans sa bulle, de la pop la plus classique à l'électronica, sans oublier le r'n'b des pistes de danse. Idem du côté de l'instrumentation, très variée. Les lignes accrocheuses se dessinent parmi les segments plus audacieux; les portions instrumentales viennent enrichir les passages qui mettent la voix à l'honneur, tandis que le chant peut se faire aérien, résolument incarné ou trafiqué. C'est dans un univers à la fois familier et original qu'on plonge avec Art Angels et dont on se surprend à ne plus vouloir sortir.

Jamie XX, In Colour

Quand il n'est pas occupé par ses tâches de percussionniste, programmeur, claviériste et réalisateur des XX, Jamie Smith se charge de remixer des artistes comme Florence + The Machine ou Adele. Il était dans l'ordre des choses que, tôt ou tard, on entende des morceaux de son cru. In Colour est un projet de musique électronique mi-chanté, mi-instrumental, où Smith applique la subtilité qui caractérise son groupe. Il y joue les architectes, bâtissant ses pièces avec un soin maniaque, variant les effets et les couleurs. Voilà une grande réussite, qui a bluffé bien des détracteurs de la musique électronique. 

Leon Bridges, Coming Home

Leon Bridges chante la soul, le r'n'b ou le doo-wop d'une voix remarquable comme l'auraient fait Sam Cook ou Otis Redding dans les années 50 ou 60, look compris. La copie serait d'un intérêt limité si la qualité des pièces n'y était pas; or voilà, Bridges défend du matériel de premier ordre.

The Sheepdogs, Future Nostalgia 

Si Leon Bridges a marqué un grand coup avec son premier album à saveur rétro, les Sheepdogs en font tout autant avec leur cinquième, dans une veine rock 70's. Les sonorités sont fantastiques et les pièces brillent par leur densité et leur concision.

My Morning Jacket, The Waterfall

My Morning Jacket n'a pas tenté de se réinventer, mais plutôt de se raffiner avec The Waterfall, mettant de l'avant des compositions adroitement ciselées et réalisées, où le long souffle, voisin du progressif, se mêle à des couleurs country-folk, à des accents quasi mystiques, à des touches soul et à la puissance rock. 

The Arcs, Yours, Dreamily

Même lorsqu'il prend une pause des Black Keys, Dan Auerbach tient à réaliser du matériel de haut calibre. Au sein des Arcs, le chanteur et guitariste reste près de ses terres de prédilection tout en flirtant de manière convaincante avec la funk et le psychédélique.

Half Moon Run, Sun Leads Me On

Half Moon Run a troqué l'intériorité, de même que les envolées éthérées, pour une approche plus terre à terre et orientée vers les chansons, de manière individuelle. Ça se défend bien, surtout que Devon Portielje est terriblement brillant au chant.

Emilie & Ogden, 10 000

Il y a quelque chose de résolument envoûtant dans ce premier album de l'auteure-compositrice-interprète montréalaise Emilie Kahn. L'omniprésente harpe qui porte ici le nom d'Ogden y est sans doute pour beaucoup.

On entre comme dans un cocon dans cette collection de chansons indie-pop joliment brodées, dans lesquelles la complice à 38 cordes se pare ici et là de quelques touches cuivrées.

Misant le plus souvent sur les sonorités éthérées, d'une voix souple qui rappelle parfois Feist, la jeune musicienne a le don de créer des ambiances enveloppantes par des airs d'une belle douceur, où la poésie se teinte souvent de mélancolie.  Geneviève Bouchard

Partager

À lire aussi

  • Les 10 albums francos de l'année

    Disques

    Les 10 albums francos de l'année

    Le nouveau disque de Jean Leloup a beaucoup fait jaser dans la dernière année, ouvrant la marche des retours attendus (Les Trois Accords, Les Cowboys... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer