Discographie sélective de King Crimson

King Crimson... (Archives Le Soleil)

Agrandir

King Crimson

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) In the Court of the Crimson King (1969)

In the Court of the Crimson King (1969)... (Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Le Soleil

L'album à la pochette emblématique qui a tout lancé et qui est un incontournable en matière de rock progressif. À cette époque, King Crimson est composé de Robert Fripp (guitare), du futur ELP Greg Lake (voix, basse), qui a alors une voix d'or, de Michael Giles (batterie), de Ian McDonald (instruments à vent, claviers) et de Peter Sinfield aux textes. L'enregistrement charme par sa variété (la décapante 21st Century Schizoid Man, la naïve I Talk to the Wind), ses arrangements soignés, où le mellotron côtoie la flûte et le saxophone, ainsi que par le caractère épique de certaines pièces.

Lizard (1970)

In the Court of the Crimson King (1969) (Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Le Soleil

Robert Fripp arrive avec une proposition radicalement différente pour Lizard, ainsi qu'avec une autre formation : Gordon Haskell (voix, basse), Mel Collins (saxophones, flûte), Andy McCulloch (batterie) et Peter Sinfield (textes, synthé). Fidèle à son habitude, le groupe joue avec les contrastes, mais musicalement, Lizard est plus ambitieux que ses prédécesseurs avec ses accents jazz et son volet orchestral. La superbe suite qui donne son nom à l'album bénéficie de l'apport de Jon Anderson, au chant.

Islands (1971)

In the Court of the Crimson King (1969) (Le Soleil) - image 5.0

Agrandir

Le Soleil

Nouveau bras­sage de cartes. Robert Fripp enseigne la basse à Boz Burell (ce qui lui sera fort utile lorsqu'il se joindra à Bad Company peu après), qui se charge aussi du chant. Ian Wallace s'installe à la batterie, tandis que Mel Collins reste en place. Islands est hautement contrasté et rigoureusement orchestré. La nuancée pièce-titre trône non loin de l'incendiaire Ladies of the Road, tandis que The Letters abrite un crescendo dramatique.

Red (1974)

In the Court of the Crimson King (1969) (Le Soleil) - image 7.0

Agrandir

Le Soleil

Avec Larks' Tongues in Aspic, Fripp parvient à établir une formation durable comprenant John Wetton (basse, voix), Bill Bruford (batterie) et David Cross (violon). Red est le point culminant de cette union, caractérisée par un son lourd, où la noirceur ainsi que la fureur sont au coeur des pièces. Ici, on peut apprécier Starless, avec sa déconstruction centrale, la dynamique One More Red Nightmare, ainsi que l'improvisation Providence.

Discipline (1981)

In the Court of the Crimson King (1969) (Le Soleil) - image 9.0

Agrandir

Le Soleil

King Crimson revient à la vie autour de Fripp, Adrian Belew (voix, guitare), Tony Levin (basse) et Bill Bruford (batterie). L'approche est radicalement différente, orientée vers des chansons plus courtes, sans délaisser un souci d'expérimentation. Les titres Frame By Frame, la ballade Matte Kudasai, de même que la dynamique Thela Hun Ginjeet démontrent que King Crimson est bien de son temps, avec ses teintes new wave. Discipline deviendra éventuellement le nom de l'étiquette de disque et des quartiers généraux de Robert Fripp : Discipline Global Mobile.

THRAK (1995)

In the Court of the Crimson King (1969) (Le Soleil) - image 11.0

Agrandir

Le Soleil

Après une pause d'une décennie, le groupe rebondit avec THRAK, qui n'est pas sans faire écho, par ses teintes sombres et ses riffs musclés, à certaines pièces de la décennie 70. Cette fois, Fripp opte pour un double trio. À l'équipe précédente s'ajoutent le bassiste Trey Gunn et le batteur Pat Mastelotto.

The Power to Believe (2003)

In the Court of the Crimson King (1969) (Le Soleil) - image 13.0

Agrandir

Le Soleil

Deuxième album sans Bill Bruford et sans Tony Levin, The Po­wer to Believe est le dernier enregistrement studio de King Crimson à ce jour. Il se distingue entre autres par sa diversité, la présence de titres aériens et l'apport de sonorités électroniques. À cette mouture du groupe (Fripp, Mastelotto, Gunn et Belew) en succédera une autre qui, toutefois, ne transitera pas par les studios : Gavin Harrison fera son arrivée à la batterie et Levin reviendra pour remplacer Gunn.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer