Un CD en français pour Angélique Kidjo

Angélique Kidjo au Festival d'été de Québec en 2012... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Angélique Kidjo au Festival d'été de Québec en 2012

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) La chanteuse africaine Angélique Kidjo tisse depuis des années des liens forts avec le Québec, et ces liens pourraient bien s'intensifier au cours des prochaines années, en vertu d'un projet d'album en français, avec des pièces écrites par des Québécois.

Elle en a parlé dans les grandes lignes au Soleil, lors de son passage au Festival Musique du bout du monde, samedi, à Gaspé. Jusqu'à présent, ses albums ont surtout été enregistrés en fon, yoruba, mina et en swahili.

«Ce sera long, prévient-elle. Il faut aller dans la même direction. Il faut que ça coule. Quand c'est prêt, ça peut se régler avec deux jours en studio. Déjà, des gens nous approchent. Ian Perreault a envoyé une chanson», poursuit la chanteuse béninoise.

«Raconter une histoire»

«J'ai envie de raconter une histoire. Il faut que je les porte, ces oeuvres, comme les chansons dans ma langue. Il faut le faire en prenant son temps, donc. Il n'y a rien de plus simple que la vérité, et cette vérité s'exprime quand on trouve une direction», explique Mme Kidjo.

Elle vit à New York depuis 1997, après avoir quitté de force son Bénin natal et après avoir passé 14 ans en Europe. Elle se voit quitter éventuellement les États-Unis.

«Notre fille vit à Chicago. Quand elle sera indépendante, nous partirons probablement. Je ne sais pas encore où. Je me fie à mon instinct», confie-t-elle.

Le Québec pourrait-il faire partie de ses futurs choix, elle qui y entretient des amitiés solides, comme celle avec la comédienne Guylaine Tremblay?

«Je pourrai y vivre, même en hiver. Avec l'hiver dernier, tellement froid à New York, je peux vivre au Québec», dit-elle en riant spontanément.

Elle a adoré son passage à Gaspé. Consommatrice avertie de crustacés comme le crabe et le homard, elle veut «revenir en Gaspésie pendant la saison de pêche. J'aime tellement le crabe et le homard que j'en raffole même décongelé. C'est quand votre saison de pêche? D'avril à juillet? Il faut que je revienne à cette période», ajoute-t-elle résolument.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer