Cali: intime et souriant***

L'âge d'or, Cali...

Agrandir

L'âge d'or, Cali

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il y a deux ans, Cali nous revenait sur disque sous le signe de l'apaisement, avec des chansons puisées pas trop loin de son village natal.

Loin de hausser le ton sur le récent L'âge d'or, le Français brosse une douzaine de portraits ancrés dans l'intimité, souvent lumineux, mais aussi teintés de nostalgie. Si la chanson-titre est empruntée à Léo Ferré, c'est bien Cali qui se livre sur cet album : le père émerveillé (deux titres sont dédiés à ses filles, dont un, Coco, nous fait découvrir la voix de la jeune muse), l'ami, l'amoureux (très chouette Le grand chemin, avec l'Écossais Jimme O'Neill), l'homme qui contemple le passé avec un certain attendrissement, mais qui est mû par une sorte d'urgence (l'entraînante La vie quoi!). Son côté torturé n'est pas ici complètement évacué - la dépouillée Ostende ou l'intense Je dois te dire tout ça en offrent la preuve -, mais c'est le Cali souriant, voire bon enfant, qui prend le haut du pavé. Ce n'est pas mal en soi, mais on s'ennuie parfois de la fougue que le bouillant chanteur sait si bien canaliser en musique.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer