Handful of Snowdrops: l'improbable retour

Après un an de travail, les frères Michel... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Après un an de travail, les frères Michel et Jean-Pierre Mercier du groupe Handful of Snowdrops Handful ont lancé l'album III, 22 ans après leur dernier concert.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Jean-Pierre Mercier ne pensait jamais reprendre le microphone, la guitare et les claviers, plus de 20 ans après la mort provoquée de son groupe dark synth Handful of Snowdrops, qui avait marqué la scène alternative de Québec et du Québec à la fin des années 80 et au début des années 90 avec la pièce Gabrielle. C'était cependant sans compter sur la persuasion de son petit frère Michel, batteur du groupe à l'époque, et de fans des quatre coins de la planète.

Après un an de travail, Handful of Snowdrops... - image 1.0

Agrandir

Après un an de travail, Handful of Snowdrops a lancé l'album III, 22 ans après son dernier concert.

Mardi, après un an de travail, Handful of Snowdrops a lancé l'album III, 22 ans après son dernier concert. Jean-Pierre forme maintenant le groupe seul avec Michel, qui se charge aussi de la basse, des claviers et de la guitare.

«Je ne pensais jamais refaire de musique avec Handful of Snowdrops», avoue Jean-Pierre, maintenant âgé de 50 ans et qui travaille comme graphiste. «Mais Michel a lancé l'idée quand son groupe précédent s'est dissous. J'ai écouté ce qu'il avait enregistré et je trouvais que ça sonnait comme du vieux Handful of Snowdrops», poursuit-il.

Il faut dire que Michel et son grand frère avaient en quelque sorte redémarré la machine Handful of Snowdrops depuis 2009 en lançant des rééditions et des enregistrements démo du groupe sur leur étiquette personnelle et sur une étiquette de disques espagnole.

Des fans partout

«En 1993, quand nous avions mis fin au groupe, notre étiquette de disques C'est La Mort Records, de Louisiane, nous a remis un paquet de lettres provenant de fans de partout dans le monde : le Mexique, l'Europe. On était super surpris, jamais on n'aurait cru qu'on avait des fans et qu'on vendait des disques dans ces pays alors que le seul spectacle qu'on avait donné à l'extérieur du Québec était au CMJ Music Marathon de New York», souligne Michel.

La montée d'Internet est cependant venue modifier davantage les données. «On a vu que des gens écrivaient sur nous, que des gens demandaient des rééditions de nos vieux albums», indique Jean-Pierre, qui a décidé de créer une page Web et une page Facebook pour le groupe.

«Ce qui nous a le plus surpris, c'est de constater que nos chansons se retrouvaient sur des compilations dark synth russes, péruviennes et brésiliennes. Il y a des endroits comme l'Amérique du Sud et la Grèce où notre style musical est encore très populaire», enchaîne Michel.

Une personne que les deux frères ne connaissaient aucunement avait également placé la vidéo Gabrielle sur YouTube. «Et il y a des milliers de commentaires, souvent dans des langues qu'on ne comprend pas. Il y a même un groupe italien qui a demandé une collaboration à Jean-Pierre pour une chanson!»

Bref, la table était mise pour que Handful of Snowdrops effectue un retour. Les frangins se sont mis à composer du nouveau matériel chacun de leur côté, Jean-Pierre se chargeant de la production. «Nous avons choisi parmi beaucoup de nouveaux titres», fait remarquer l'aîné. La fille de Michel, Pascale Mercier, qui fait carrière sous le pseudonyme de Mathématique, fait même entendre sa voix sur It Can Only Mean One Thing, dernière pièce de III.

Il fallait aussi trouver une façon de financer l'album. «On ne fait pas ça pour l'argent, on le sait qu'on ne fera pas une cenne!» poursuit en riant Jean-Pierre, qui a suggéré la plateforme de financement participatif IndieGogo alors que son frère avait plutôt pensé tout financer lui-même.

L'effet a été immédiat : en 44 jours, le groupe a amassé 5796 $, soit presque le double de son objectif initial de 3191 $ grâce à la contribution de 112 fans de 14 pays différents. «Aucune des contributions majeures n'est venue de membres de notre famille. Ceux qui ont versé de grosses sommes sont tous résidents de pays étrangers», insiste Michel.

La contrepartie la plus intéressante de la campagne était un tableau, créé par un ami des frères qui est peintre et donné gracieusement pour servir de couverture à l'album. Moyennant une contribution de 500 $, il était possible de posséder l'oeuvre originale, livrée par Michel Mercier lui-même si l'acheteur était du Québec.

«C'est un fan de Montréal qui courait tous nos shows à l'époque qui l'a achetée la journée même du lancement de la campagne. Il travaille aujourd'hui dans le domaine médical et a deux enfants. Je te jure, il avait les larmes aux yeux quand il a ouvert la porte», raconte le cadet des Mercier.

Avec le lancement du disque, les deux gars de Handful of Snowdrops savent qu'ils auront des offres de spectacles mais, pour l'instant, n'ont pas envisagé de retour sur scène.

«Ouf! Ouf!», lance Jean-Pierre à propos de cette éventualité alors que Michel dit qu'un retour n'est pas impossible. «On a déjà eu des offres de shows, notamment un petit festival techno-electro-dark du Mexique qui rêve de nous avoir. Moi, j'aime la scène, mais Jean-Pierre n'aime pas ça. Je ne dis pas que je n'essayerai pas de le convaincre cependant!» termine Michel en souriant.

Tourner avec Dédé Fortin

C'est en 1990 que Handful of Snowdrops a tourné Gabrielle, le vidéoclip qui allait lui donner de la visibilité un peu partout en Amérique. Ce que peu savent cependant, c'est que le réalisateur de ce clip en noir et blanc était un monteur de Télé-Métropole du nom de André «Dédé» Fortin, qui allait quelques mois plus tard fonder le groupe Les Colocs.

«Oui, c'est Dédé Fortin qui a filmé ça. Mais à l'époque, personne ne le connaissait autrement que comme un caméraman», se souvient Jean-Pierre Mercier. Le regretté chanteur aurait même joué un rôle important dans l'image des membres de Handful of Snowdrops dans le clip : tout de noir vêtus, air sombre, coiffures pompadour.

Discussions animées

«Cette image très dark, c'était monté de toutes pièces!» avoue Michel Mercier, qui se souvient très bien de discussions plutôt animées entre son grand frère et Dédé Fortin à propos du look que lui et ses acolytes devaient arborer.

«Ça avait brassé car Jean-Pierre et Dédé étaient deux têtes fortes! Dédé et ceux qui travaillaient avec lui voulaient qu'on ait le visage maquillé de blanc avec les yeux peints en noir, qu'on soit un peu comme des squelettes dans un cimetière. Nous avons dit non à ça», explique Michel.

Avec son ambiance sombre, sa symbolique occulte et une bonne réalisation, le clip a toutefois fait son chemin sur les ondes de MusiquePlus, où l'ex-V.J. et ex-animateur de CHOM FM Benoît Dufresne le diffusait abondamment, MuchMusic et même la chaîne américaine MTV.

Trois ans plus tard, alors que Handful of Snowdrops lançait son dernier album et se séparait, les Colocs lançaient leur premier album, qui allait leur permettre de décrocher quatre Félix, dont celui du groupe et de la révélation de l'année. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer