Le livre de la semaine: Les voyages d'Ulysse 

Emmanuel Lepage, Les voyages d'Ulysse (Daniel Maghen Éditeur) (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Emmanuel Lepage, Les voyages d'Ulysse (Daniel Maghen Éditeur)

L'histoire: Fin du XIXe siècle, le peintre Jules Toulet a perdu sa muse Anna, il erre dans les rues d'Istanbul, d'où il embarque sur un mystérieux navire, l'Odysseus, piloté par la non moins mystérieuse Salomé. Elle aura besoin de lui pour retrouver un peintre célèbre, Ammôn Kasacz, et ainsi faire la paix avec un passé trouble, douloureux. Ils comprendront que l'important n'est pas la destination, mais le voyage...

Emmanuel Lepage, Les voyages d'Ulysse (Daniel... (Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Archives La Presse

L'auteur: Dessinateur et coloriste hors pair, Emmanuel Lepage a marqué la BD contemporaine au fil d'une oeuvre profondément humaine, nourrie de voyages, d'exotisme et de solitudes (NévéLa Terre sans malMuchacho; Australes; Les voyages d'Anna, avec Sophie Michel). Vétéran de la BD franco-belge, René Follet a illustré des dizaines de séries d'aventures, dont SeverinLes Zingaris et Bob Morane.

. . . . . . . . . .

Voyager à l'encre

CRITIQUE / Je n'ai jamais été très douée en dessin, je dirais que je dessine comme un pied, ce ne serait pas très gentil pour les pieds.

Ceux qui ont ce talent me fascinent.

Sans l'ombre d'un doute, Emmanuel Lepage et René Follet ont ce don de donner vie d'un trait de crayon. Dans une oeuvre collective, les trois artistes ont revisité le mythe d'Ulysse.

Un pari fou.

Réussi.

J'ai été captivée dès les premières cases, par l'ambiance, le trait, les ombres d'où émergent des personnages intrigants. Puis, un jeune homme nous interpelle, c'est Jules Toulet, peintre, qui nous entraîne dans son histoire, dans sa quête. Il veut partir en mer, mais il n'a que son art en échange.

Puis, cette rencontre improbable avec la magnifique Salomé Ziegler, capitaine de l'Odysseus, ils sont unis par un peintre qu'ils tenteront de retrouver.

L'action rapidement campée, l'ambiance habilement installée, il ne m'en fallait pas plus pour sauter à bord de cette équipée à l'issue incertaine. C'est le propre des voyages en mer, il n'y a de certitude que le départ.

Et le respect des éléments.

De façon magistrale, le dessin sert le propos. Chacune des cases est une oeuvre d'art en soi, avec une alternance efficace entre grands angles et gros plans. Du croquis à la fresque épique, les personnages évoluent à travers des atmosphères amplifiées par le choix des couleurs, jamais anodin. 

De l'effet sépia, essentiellement, savamment entrecoupé de bleu, de rouge, rarement de jaune.

Ainsi voguent Jules et Salomé à rebours, mettant le cap de port en port pour remonter le temps. Pour comprendre que la fuite, au lieu de nous en soulager, accentue le vague à l'âme, les blessures qu'on tente d'oublier.

La mort d'une mère, un amour impossible.

À travers une odyssée dramatique, Emmanuel Lepage, Sophie Michel et René Follet viennent nous rappeler, de mains de maître, qu'il faut suivre son dessein.  Mylène Moisan, Le Soleil ****

. . . . . . . . . .

Odyssée picturale

CRITIQUE / Peintre adroit mais désoeuvré, Jules Toulet convainc le capitaine de l'Odysseus, Salomé Ziegler, de le laisser monter à bord de son navire en échange de quelques esquisses. Lui cherche Anna - celle des Voyages d'Anna qu'Emmanuel Lepage et Sophie Michel ont publié en 2005. La fière Salomé est à la poursuite de toiles de maître. Ils vont mutuellement s'aider. 

Leur quête-enquête emportera le lecteur à travers un périple à la fois géographique (on écume les ports de la Méditerranée et de la mer Égée), généalogique (au passé, une relation ambiguë se «dessine» entre la fantasque Athénaïs et le peintre Ammôn Kasacz) et, surtout, pictural. Les deux illustrateurs, M. Lepage et René Follet, s'amusent à croiser les styles et techniques graphiques, jouant avec le fusain, l'aquarelle, les toiles orientalistes du XIXe siècle ou la photo. 

Le trio (Sophie Michel est responsable de l'itinéraire) signe une véritable ode à la beauté de l'art. Les rebondissements de cette ambitieuse BD ne servent qu'à «teinter» ce récit aux péripéties en réalité picturales. Grâce à l'art séquentiel, l'enquête de Jules et Salomé devient contemplative, bercée par l'apprivoisement des protagonistes, le lent clapotis des vagues, les embruns, les miroitements de la lumière; rythmée par le Zéphyr poussant la voilure et les vers de l'Odysseus qui ponctuent le voyage, en parallèle ou en une mise en abyme. Car la capitaine aime lire les aventures d'Ulysse à son équipage. «C'est de l'or qui apprend à vivre au présent», lui (pré)disait sa mère. Çà et là, des pages du récit homérique, en format «livre», sont insérées.

Et vogue l'imagination du lecteur (Charybde ou Scylla? Errances et déshérence? «James» renverrait-il à «Joyce»? Quelle peut être l'Ithaque de Salomé?), prête à chavirer sur les écueils de ses propres liens... Yves Bergeras, Le Droit  ***

. . . . . . . . . .

Extrait: la première page

 

Échos des lecteurs

À propos du livre Les yeux tristes de mon camion de Serge Bouchard

J'ai lu avec grand intérêt Les yeux tristes de mon camion, le dernier ouvrage de la plume de Serge Bouchard. Plus âgé de quelques années que l'auteur, je me suis senti moins seul à la lecture de son incapacité à grimper dans son camion pour s'y promener au gré de son envie comme je suis présentement incapable d'aller où bon me semble avec ma caméra pour capter de belles photos me résignant à en prendre autour de ma demeure sur les petites choses qui m'entourent. J'ai «accompagné» également l'auteur dans son fauteuil roulant dans la ville de New York, utilisant moi-même le même véhicule pour déambuler dans les longs corridors des hôpitaux lors de mes visites médicales. Mais ce que j'ai aimé par-dessus tout, c'est son acceptation tranquille de la vie qui passe et des séquelles qu'elle laisse tout doucement en nous. Enfin, je me suis reconnu dans le parcours de ses études classiques, le même passage que nous avons franchi à notre adolescence de mammouth laineux!  Claude Vachon, Québec

. . . . . . . . . .

À venir

  • 4 février: Marie-Ève Lacasse, Peggy dans les phares (Flammarion Québec)
  • 11 février: Lydie Salvayre, Petit traité d'éducation lubrique (Seuil)
  • 18 février: Alain Olivier, L'héritier de Darwin, (Lévesque éditeur)

Écrivez-nous

Le Club de lecture se veut un lieu d'échange sur la littérature. Chaque semaine, deux journalistes du Groupe Capitales Médias partagent leur appréciation d'un livre. Et nous voulons aussi votre avis! Vous avez lu le bouquin dont nous parlons et voulez donner vos commentaires? Envoyez-nous un texte d'environ 80 mots (500 caractères) avec votre nom et votre lieu de résidence à clubdelecture@gcmedias.ca

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer