Le livre de la semaine: Les superbes

Marie Hélène Poitras et Léa Clermont-Dion, Les superbes (VLB) (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marie Hélène Poitras et Léa Clermont-Dion, Les superbes (VLB)

L'histoire: Le succès au féminin dérange-t-il toujours autant? À quels obstacles font face les femmes qui réussissent? Les auteures Marie Hélène Poitras et Léa Clermont-Dion tentent de répondre à ces questions et à plusieurs autres au fil de diverses entrevues réalisées avec des femmes de tous les horizons ayant connu le succès dans leurs domaines respectifs.

Marie Hélène Poitras et Léa Clermont-Dion, Les... (La Presse, Ivanoh Demers) - image 2.0

Agrandir

La Presse, Ivanoh Demers

Les auteures: Marie Hélène Poitras, 41 ans, travaille dans le monde des communications et des médias, en plus d'être l'auteure de trois romans, dont Griffintown, gagnant du prix France-Québec en 2012, et Soudain le minotaure, prix Anne-Hébert en 2002. Léa Clermont-Dion, 25 ans, titulaire d'un doctorat en science politique, a signé il y a deux ans le livre La revanche des moches, un essai qui traite du culte des apparences. Elle est la cofondatrice de la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée.

. . . . . . . . . .

Un bel effort, mais...

CRITIQUE / La féministe que je suis avait très hâte de découvrir Les superbes, dont la parution a été éclipsée par un scandale misogyne et un contexte d'agressions sexuelles. Malheureusement, je suis restée sur ma faim.

Les points forts : d'abord, l'initiative des deux auteures. Celles-ci proposent un éventail varié de «superbes», une brochette de femmes inspirantes sur qui les projecteurs ne sont pas suffisamment braqués. Une liste à laquelle encore beaucoup auraient pu se greffer. Coup de coeur pour les témoignages de Francine Pelletier, d'Ericka Anlneus et de Marie-Christine Lemieux-Couture.

Motivant, Les superbes nous fait réaliser que le doute que beaucoup de femmes entretiennent à l'égard d'elles-mêmes est un passage normal, voire obligé, sur la route du succès. On apprécie aussi la place laissée aux hommes, signe que le féminisme n'est pas que l'affaire des filles d'Ève.

Les points faibles : j'ai eu l'impression qu'on aurait pu laisser davantage de place à ces femmes alpha dans l'ouvrage, qui reste un peu trop en surface à mon goût. Par moments, Mmes Poitras et Clermont-Dion auraient gagné à s'effacer davantage pour permettre à ces «superbes» de briller. La présentation de celles-ci au «je» ramenait inutilement le propos à elles-mêmes. On avait déjà compris les motivations des auteures en préface : inutile de les rappeler dans des lettres que l'une et l'autre s'écrivent entre chaque chapitre.

Aussi, bien qu'il ait été primordial de dénoncer la discrimination et le traitement machiste auquel les femmes font face, on n'aborde pas en profondeur les pistes de solution qui pourraient rendre l'idéal de l'égalité des sexes une réalité.

Somme toute, un tel livre était nécessaire, ne serait-ce que pour la prise de conscience collective qu'il provoque.  Marie-Ève Martel, La Voix de l'Est ***

. . . . . . . . . .

Dames de coeur et... de tête

CRITIQUE / Le livre de Marie Hélène Poitras et Léa Clermont-Dion est né d'un cri du coeur, d'un profond sentiment d'injustice. Ébranlées au plus profond d'elles-mêmes par le manque de considération à l'égard des femmes, comme elles, qui réussissent à faire leur place au soleil, les deux complices ont choisi de donner la parole à quelques «superbes» ayant choisi de combattre les préjugés et les stéréotypes sexistes. Des femmes qui n'ont pas eu peur d'écraser quelques orteils dans les boys club, n'en déplaise à quelques dinosaures...

Si plusieurs sont connues (Pauline Marois, Fabienne Larouche, Marie-Mai...) et d'autres un peu moins (Hélène Charron, Élise Gravel, Perrine Leblanc...), toutes ces femmes partagent le désir de témoigner à coeur ouvert de leur propre parcours, parsemé d'adversité et parfois d'attaques personnelles.

Des échanges épistolaires entre les deux auteures parsèment le livre et témoignent d'une confiance trouvée pour défendre leur identité et garder la tête haute. Comme des superbes.

L'approche ouvertement féministe du livre ne laisse pas en plan les hommes, grand bien nous fasse, représentés par le réalisateur Rafaël Ouellet (Camion) et le député de Québec solidaire, Amir Khadir (dans un trop bref segment).

Un ouvrage nécessaire, qui rappelle que rien n'est jamais acquis pour les femmes et qu'il leur faut, encore et toujours, déployer plus d'efforts que leurs collègues masculins pour faire reconnaître leur potentiel à sa juste valeur.

La sortie du livre a été marquée par le tweet misogyne d'un individu qui a cru faire rire en rappelant à notre sinistre mémoire le nom d'un certain Marc Lépine. Si on cherchait une seule preuve à la pertinence d'un tel ouvrage, elle est là. Normand Provencher, Le Soleil ***1/2

. . . . . . . . . .

Extrait: la première page

PREMIÈRES LETTRES

Montréal, le 25 mars 2015

Chère Léa,

Je suis vraiment excitée par notre projet qui prend l'allure d'une quête.

J'essaie de casser la froidure de ce mois de mars qui s'éternise avec une grande tasse de thé vert. Et je m'accroche à une image qui me plaît : à un stade plus avancé, nous écrirons dans ma cour fleurie en buvant du rosé. On s'est dit que notre livre ne ressemblerait pas à une longue lamentation, que nos mots seraient orientés vers l'action, que nous chercherions à redonner aux femmes, et à nous-mêmes, plus de pouvoir pour tendre vers une autonomisation.

Tu te souviens quand je t'ai appelée pendant les vacances des fêtes? J'aime cette habitude qu'on a prise de se téléphoner pour un oui ou pour un non, pour des niaiseries ou pour les questions cruciales. J'ai demandé : "Léa, penses-y comme il faut, on doit savoir précisément pourquoi on se lance dans cette aventure. On ne sait pas très bien où tout ça va nous mener, mais on va galoper ensemble. Je veux qu'on prenne un moment pour peser les raisons qui nous poussent à prendre ce risque." Tu m'as répondu que tu voulais écrire ce livre pour proposer d'autres modèles aux nouvelles générations et pour sensibiliser le grand public à cet enjeu.

. . . . . . . . . .

À venir

  • 3 décembre: Deni Ellis Béchard, Dans l'oeil du soleil (Alto)
  • 10 décembre: Leïla Sliman, Chanson douce (Gallimard)
  • 17 décembre: Michel Tremblay, Conversations avec un enfant curieux (Leméac)

Le Club de lecture se veut un lieu d'échange sur la littérature. Chaque semaine, deux journalistes du Groupe Capitales Médias partagent leur appréciation d'un livre. Et nous voulons aussi votre avis! Vous avez lu le bouquin dont nous parlons et voulez donner vos commentaires? Envoyez-nous un texte d'environ 80 mots (500 caractères) avec votre nom et votre lieu de résidence à clubdelecture@gcmedias.ca.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer