Le livre de la semaine: Coeur de slush

SARAH-MAUDE BEAUCHESNE, Coeur de slush, Hurtubise HMH (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

SARAH-MAUDE BEAUCHESNE, Coeur de slush, Hurtubise HMH

L'histoire: C'est l'été, et Billie a 17 ans. Et comme tous les étés des filles de 17 ans, celui de Billie se passera en grand. Il y aura des sorties avec sa grande soeur qui a la bouche en feu et des verres de limonade préparée par son papa qui porte un noeud papillon rouge. Et, surtout, un grand cycliste blond un peu con qui marquera à jamais son coeur d'adolescente.

Sarah-Maude Beauchesne... - image 2.0

Agrandir

Sarah-Maude Beauchesne

L'auteure: Sarah-Maude Beauchesne a étudié en création littéraire à l'UQAM et est récipiendaire d'une bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec. Outre Coeur de slush et sa suite, Lèche-vitrines, l'auteure a publié deux recueils de nouvelles et de poésie et alimente le blogue Les Fourchettes. Elle est aussi rédactrice pour le magazine COOL, scénariste à la télévision et coscénariste pour la websérie Les presqu'histoires.

. . . . . . . . . .

Nostalgie d'été

CRITIQUE / Les derniers jours d'école. L'été. L'adolescence, cette période trouble où on regrette parfois la simplicité de l'enfance en même temps qu'on attend impatiemment le grand saut à l'âge adulte. Cette espèce de sentiment de liberté, auquel est mêlé un autre d'insouciance et qui nous font vivre tout si intensément.

Et il y a l'amour. Le premier. Celui qui nous trifouille l'estomac, qui nous épaissit la langue et qui nous trouble, qui nous fait douter. Celui qui nous hantera pour toujours.

C'est cet amour-là qu'aborde Sarah-Maude Beauchesne, dans Coeur de slush, à travers les yeux de Billie, son alter ego en quelque sorte.

Lire Coeur de slush à l'âge adulte, c'est un peu renouer avec celle qu'on était il n'y a pas si longtemps, au fond... On se souvient de notre jeunesse dans la poésie de Billie, dans ses coups de gueule, dans ses émois et dans ses remises en question. Son histoire, c'est celle de pratiquement toutes les adolescentes, public cible de l'écrivaine qui s'adresse à elles dans leur langage.

Pour ces raisons, rares seront celles qui ne se reconnaîtront pas dans le propos de Sarah-Maude Beauchesne, ce qui peut expliquer le succès du livre et sa transition prochaine au grand écran.

Ainsi, la trame narrative du roman n'a rien de réellement original. On ne réinvente pas ici la roue.

Malgré cela, on ne tombe jamais - heureusement - dans les clichés. Grâce au style d'écriture coloré et vivant de l'auteure, Coeur de slush est un livre rafraîchissant, tout léger, comme l'air d'été qui souffle les cheveux en pleine canicule.

Un bouquin qui se lit tout seul sur le bord de la piscine et qui s'offre très bien à une adolescente de son entourage.

Marie-Ève Martel, La Voix de l'Est ***

. . . . . . . . . .

À coeur ouvert

CRITIQUE / Je l'avoue, à première vue, j'ai sous-estimé Coeur de slush. Compte tenu du fait qu'il s'agit d'un roman jeunesse, sa trame boy-meets-girl aurait facilement pu tomber dans le cliché. Billie, plus tout à fait une fille sans pourtant être une femme, chavire pour un grand blond un peu con. On imagine bien la suite; le blond n'est finalement pas si con, et les tourtereaux commencent ce qu'on présume être une belle histoire d'amour. Ou bien il lui brise le coeur avec un acte de mesquinerie digne des pires chick flicks, et elle, elle se réconforte à grands coups de pantoufles en moumoute, de chansons d'Adele et de cuillères de crème glacée.Mais, surprise; il s'avère que le récit déroge complètement de ces deux scénarios classiques. Malgré ses sentiments ambivalents pour Pierre, une Billie en quête de papillons au ventre fonce vers sa première relation sexuelle avec le con. Même s'il lui envoie des signaux contradictoires. Même si ce foutu blond est loin d'être le gentleman auquel elle rêvait. Et c'est là la force du roman. Coeur de slush aborde le thème de la sexualité naissante d'une adolescente avec une franchise et une honnêteté totales. Dans ce roman raconté au «je», Billie livre ses nombreux questionnements - qui vont à connaître la couleur préférée de son jules jusqu'à savoir comment coiffer sa «madame» - sans censure ni morale, avec un langage imagé qui rend la lecture légère et drôlement charmante. Côté péripéties, le récit aurait pu être un peu plus rythmé; l'auteure laisse beaucoup plus de place aux réflexions du personnage principal qu'à ses aventures. Mais les adolescentes fondront sûrement pour cette longue confession à coeur ouvert qui répondra sans doute à bien des questions. Bref, un roman ensoleillé qui se lit en un long trait rafraîchissant... exactement comme on boirait un grand verre de slush.

Catherine Morasse, Le Droit ***

. . . . . . . . . .

Extrait: la première page

Chapitre 1

Pierre

J'ai appliqué beaucoup de crème solaire sur ma peau ce matin avant de partir. Mon père m'avait

conseillé d'en beurrer épais sur mon nez surtout. Mais un feu de camp de vacances me brûle le corps. C'est peut-être le soleil qui haït ma peau. Il veut se venger de je ne sais pas quoi. Il a sûrement ses raisons. Le soleil a toujours ses raisons, j'imagine. J'ai étendu deux couches de crème qui coûte cher sur mon nez, mes joues, mes jambes, mes bras, mes épaules, mais je ressemble quand même à un crabe. En face de moi, il y a un miroir en forme de coeur avec mon reflet dedans, un reflet rouge qui ne sourit pas. Je suis fâchée contre l'été, aujourd'hui. Il me maltraite.

. . . . . . . . . .

Ma peau est rouge suçon aux cerises, rouge crabe, rouge homard d'Ogunquit. J'ai passé huit 10 heures à siffler dans un sifflet, à me crémer le nez, à crémer le dos des autres, à regarder des enfants se baigner et faire pipi dans l'eau, à désinfecter des bobos de petits gars qui courent autour de la piscine à vagues. Huit heures dans la lune, à cuire. J'étais dans la lune parce que je souhaitais fort qu'il se passe quelque chose et ça m'occupait la tête au complet, quelque chose qui changerait mon moi, mon quotidien, mes jours d'été, mes nuits aussi.

Écrivez-nous!

Le Club de lecture se veut un lieu d'échange sur la littérature. Chaque semaine, deux journalistes du Groupe Capitales Médias partagent leur appréciation d'un livre. Et nous voulons aussi votre avis! Vous avez lu le bouquin dont nous parlons et voulez donner vos commentaires? Envoyez-nous un texte d'environ 80 mots (500 caractères) avec votre nom et votre lieu de résidence à clubdelecture@gcmedias.ca

. . . . . . . . . .

À venir

  • 27 août: Bastian Obermayer et Frederick Obermaier, Le secret le mieux gardé du monde (Seuil)
  • 3 septembre: Emily St John Mandel, Station Eleven (Alto)
  • 10 septembre: Lawrence Hill, Le sans-papiers (Pleine Lune)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer