Les livres de la semaine: L'enfant chargé de songes et Un habit de lumière

Anne Hébert, L'enfant chargé de songes (Points), et Un habit de... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Anne Hébert, L'enfant chargé de songes (Points), et Un habit de lumière (Seuil)

Anne Hébert... - image 2.0

Agrandir

Anne Hébert

L'auteure: Née en 1916 à Sainte-­Catherine-de-la-Jacques-Cartier, elle a grandi à Québec dans une famille d'écrivains. Elle s'est d'abord illustrée dans la poésie. Ce n'est qu'en 1958 qu'elle a publié son premier roman, Les chambres de bois, ce qui lui a valu l'honneur d'être élue membre de la Société royale du Canada en 1960. Elle déménage à Paris en 1965, où elle vivra 32 ans avant de revenir à Montréal en 1998, où elle est décédée en janvier 2000.

L'enfant chargé de songes

L'histoire: Deux adolescents, le frère et la soeur, vivent sous la domination d'une mère possessive dans le beau décor de Du­chesnay. Arrive une étrangère qui accapare leur vie et brise leur jeunesse. Un seul survivra, mais il ne parviendra jamais à trouver le bonheur et à réaliser ses rêves, même à Paris où il va porter sa quête d'amour.

Une bien sombre histoire

CRITIQUE / Je ne savais pas à quoi m'attendre de L'enfant chargé de songes, le septième roman d'Anne Hébert publié en 1992, à une époque tardive de sa vie où elle avait eu droit à tous les honneurs. Je savais que ce serait merveilleusement écrit, et c'est le cas. Mais je ne m'imaginais pas que ce serait aussi sombre. Deux adolescents, Julien et Hélène, qui se laissent entraîner par une belle inconnue malveillante, Lydie, qui veut les libérer de l'emprise de Pauline, leur mère. Julien tombe éperdument et naïvement amoureux, elle lui brise le coeur. Hélène est en adoration béate devant cette étrangère qui lui laisse entrevoir un monde magique. Ça lui coûtera la vie ainsi que celle de sa mère. Une peine d'amour à l'adolescence, c'est une étape importante dans l'apprentissage des relations humaines. Mais c'est destructeur dans un contexte aussi sombre. Julien ne parviendra plus jamais à aimer. À l'âge adulte, on le retrouve à Paris où il s'éprend d'une autre étrangère, qui lui brise le coeur, encore une fois! Le roman se termine avec son retour vers le Québec, où il va retrouver Aline qu'il n'aime pas, mais à qui il a fait un bébé sans le vouloir.

Je n'ai pas vraiment compris où voulait nous entraîner l'auteure avec une telle histoire. Est-ce un jugement sur l'impossibilité d'aimer, quand on a connu un échec trop douloureux? Peut-être.

Pourquoi lire un tel roman alors qu'il y a tellement de belles histoires sur les rayons de la bibliothèque municipale? Tout d'abord à cause de la qualité de l'écriture qui nous fait vivre les émotions de ses personnages avec une telle force, qu'on a l'impression de revenir à notre propre adolescence. Mais également pour explorer notre passé collectif avant la Révolution tranquille et la libéralisation des moeurs au Québec.

Somme toute, ce n'est pas une lecture d'été... à moins que vous ne passiez vos vacances dans la belle région de Portneuf, où Anne Hébert a placé ses personnages, avant Québec et Paris.  Gilbert Lavoie, Le Soleil, ***

. . . . . . . . . .

Un habit de lumière

L'histoire: Rose-Alba Almevida est concierge, 102, rue Cochin, dans le Ve, à Paris, en France. Enchaînée à sa loge et à sa machine à coudre, elle entretient soigneusement des rêves de midinette. Pedro, son mari, rêve plus prosaïquement d'un retour au pays. Date de publication originale : janvier 1999.

Faire danser les zones d'ombre

CRITIQUE / Il me faut d'emblée avouer que je n'ai jamais eu à lire Anne Hébert en classe. Pas plus au secondaire qu'au cégep. Ainsi, contrairement à plus d'une génération d'élèves devenus adultes, je n'avais pas décortiqué Kamouraska ou Les fous de Bassan ni goûté à ses Poèmes pour la main gauche, par exemple, avant de me laisser charmer par Un habit de lumière, publié en janvier 1999. L'écrivaine étant décédée un an plus tard, c'est donc sans le savoir par son tout dernier roman que j'ai découvert Anne Hébert, pourtant couronnée de moult prix littéraires...

Dans cet Habit de lumière, la romancière brode avec finesse les destins croisés de Rose-Alba, son fils adolescent Miguel et Jean-Ephrem, qui enflamme leurs sens à tous deux. Tant la loge de la concierge que les corridors du Paradis perdu où danse presque nu Jean-Ephrem prennent des airs d'arènes de sables mouvants : les plumes de l'éphèbe noir attisent les pulsions et désirs, piquent le coeur et l'âme de la mère et du fils. Comme les banderilles d'un torero. Mari trompé et père déçu, Pedro, lui, voit rouge. Qui s'enlisera ou sera encorné(e), au terme de cette corrida se déroulant en plein Paris? Car la Québécoise a beau être rentrée au pays de son enfance en 1998, elle n'en loge pas moins ses personnages rue Cochin, dans cette Ville lumière qu'elle a habitée pendant plus de 30 ans.

Sur fond de quête sexuelle et d'identification par rapport à la figure maternelle (et celle, presque tout aussi incontournable, de l'amant), de rêves d'ascension sociale (qui passe entre autres par les fourrures convoitées par Rose-Alba) et de mort inéluctable, Anne Hébert plante ici les thèmes récurrents de son oeuvre dans une écriture plus linéaire, certes, mais toujours gorgée de sa prose minimaliste, tour à tour crue et poétique. Cet Habit s'est révélé être une fenêtre m'ouvrant à l'univers Hébert.  Valérie Lessard, Le Droit, *** 1/2

. . . . . . . . . .

Écrivez-nous!

Le Club de lecture se veut un lieu d'échange sur la littérature. Chaque semaine, deux journalistes du Groupe Capitales Médias partagent leur appréciation d'un livre. Et nous voulons aussi votre avis! Vous avez lu le bouquin dont nous parlons et voulez donner vos commentaires? Envoyez-nous un texte d'environ 80 mots (500 caractères) avec votre nom et votre lieu de résidence à clubdelecture@gcmedias.ca

À venir

13 août: Antoine Leiris, Vous n'aurez pas ma haine (Fayard)

20 août: Sarah-Maude Beauchesne, Coeur de slush (Hurtubise HMH)

27 août: Bastian Obermayer et Frederick Obermaier, Le secret le mieux gardé du monde (Seuil)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer