Une histoire de fantôme: ce qu'il reste de lui

C (Casey Affleck) se réveille à la morgue... (fournie par Métropole Films)

Agrandir

C (Casey Affleck) se réveille à la morgue en fantôme couvert d'un drap blanc. L'apparition semble ridicule, mais l'impression se dissipe rapidement lorsque le spectre erre dans le modeste bungalow de sa jeune veuve éplorée M (Rooney Mara).

fournie par Métropole Films

Le SoleilÉric Moreault 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Depuis des siècles, l'humanité se demande ce qu'il reste de nous dans la mémoire des autres après notre mort (et, pour certains, dans les livres d'histoire). Et c'est exactement ce qui hante C (Casey Affleck) après son décès tragique dans un accident. Tout comme David Lowery qui, à partir d'une idée éprouvée, livre avec Une histoire de fantôme (A Ghost Story) un magnifique film intimiste, une poignante, et parfois troublante, méditation sur l'amour, le deuil et la résilience.

L'hégémonie des superproductions hollywoodiennes nous fait parfois perdre de vue qu'il se fait encore de l'excellent cinéma indépendant américain. Lowery en est maintenant un fer de lance d'une nouvelle génération de cinéastes. 

Tourné dans l'urgence avec trois fois rien et deux très bons acteurs, Une histoire de fantôme débute de façon classique avec un couple, C et M (Rooney Mara), qui s'aime éperdument. Mais, déjà, la forme est particulière. Lowery utilise une image carrée aux coins écornés, qui rappelle les polaroids, et de longs plans-séquences qui permettent au spectateur de s'imprégner de l'atmosphère parfois troublante du film, rehaussée par la trame sonore oppressante de Daniel Hart.

Après cette mise en place, le réalisateur d'Ain't Them Bodies Saints (2013), avec les mêmes acteurs, entre dans le vif du sujet. C se réveille à la morgue en fantôme couvert d'un drap blanc - l'apparition semble ridicule, mais l'impression se dissipe rapidement lorsque le spectre erre dans le modeste bungalow de sa jeune veuve éplorée. 

L'idée n'a rien de neuf : M. Night Shyamalan l'a utilisé dans Le sixième sens (1999) et Alejandro Amenábar dans Les autres (2001). Mais la perspective est différente cette fois. Nous épousons le point de vue du fantôme en toute connaissance de cause. Ce qui devient aussi un prétexte à cette réflexion du réalisateur sur la perte et la souffrance.

Lowery profite en effet que le temps semble se dérouler en accéléré pour cet esprit en peine, filmant le déménagement de M, l'arrivée et le départ d'une famille hispanique puis de nouveaux occupants. Lors d'une soirée, un invité livre un incroyable monologue nihiliste sur le sens de la vie et la vacuité de l'existence, qui indispose C.

Casey Affleck... (fournie par Métropole Films) - image 2.0

Agrandir

Casey Affleck

fournie par Métropole Films

Le film s'accélère alors en un troisième mouvement dont je vais préserver les détails pour que vous puissiez voir ce film percutant l'esprit vierge. Une oeuvre forte qui rappelle aussi le questionnement existentiel du Septième sceau de Bergman (1957).

N'allez pas croire qu'on se prend la tête pour autant. Lowery a aussi un humour décalé qui fait mouche. Et sa réalisation, bien qu'il ne s'agisse pas à proprement parler d'un film de peur, est capable de jouer sur les cordes sensibles du genre pour provoquer quelques frayeurs.

On retiendra surtout sa grande maîtrise comme cinéaste, qui mise sur les images pour raconter une histoire (il y a très peu de dialogue). Sa façon de cadrer large en jouant avec la profondeur de champ, ses plans-séquences signifiants, son refus du sensationnalisme, sa touche délicate, l'humanisme du propos et sa direction d'acteurs.

Une histoire de fantômes a été présenté en première mondiale au Festival de Sundance, en janvier, où il a fait forte impression. C'est, dans un registre fort différent, un des meilleurs films de 2017 avec Dunkerque (Nolan) et Detroit (Bigelow).

***

Au générique

  • Cote : ****
  • Titre : Une histoire de fantôme
  • Genre : drame psychologique
  • Réalisateur : David Lowery
  • Acteurs : Casey Affleck et Rooney Mara
  • Classement : général
  • Durée : 1h32
  • On aime : le ton intimiste et poignant, l'approche sensible, la réalisation parfaitement maîtrisée
  • On n'aime pas : -




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer