Thierry et moi

Thierry Frémaux est le délégué général du Festival de... (AFP, Joël Saget)

Agrandir

Thierry Frémaux est le délégué général du Festival de Cannes. C'est lui qui choisit les films qui seront en compétition pour la fameuse Palme d'or (et plein d'autres pour les sections parallèles).

AFP, Joël Saget

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival de Cannes

Arts

Festival de Cannes

Du 11 au 22 mai, notre journaliste Éric Moreault est à Cannes pour suivre le festival de cinéma qui en est à sa 69e présentation. »

BILLET / Avez-vous vu l'hilarant et subversif Roger et moi de Michael Moore? Il s'agit du long métrage qui a révélé le trouble-fête en 1989. Le documentaire met en scène les tentatives infructueuses du cinéaste pour réaliser une entrevue avec le pdg de General Motors, Roger B. Smith, afin qu'il constate les conséquences de la suppression de 30 000 emplois à Flint, sa ville natale. Notre situation est pas mal moins dramatique, mais ces dernières semaines, je me sens comme MM dans ma quête d'une entrevue avec Thierry Frémaux.

Thierry, il ne m'en voudra pas d'utiliser son prénom tellement j'ai l'impression qu'on se connaît malgré tout, Thierry, donc, est le délégué général du Festival de Cannes. C'est lui qui choisit les films qui seront en compétition pour la fameuse Palme d'or (et plein d'autres pour les sections parallèles).

Enfin, il y a des petits comités pour visionner - un pour les films français et un pour les films étrangers, qui sont des prétendants sérieux, et un autre pour tous les illustres inconnus qui rêvent de ne plus l'être (au-dessus de 1800). Mais c'est Thierry qui a le dernier mot. Et la pression qui vient avec. Comme il le dit, une bonne sélection, c'est grâce aux films; une mauvaise sélection, c'est à cause du sélectionneur.

L'idée de départ était donc de marquer le coup du 70e anniversaire du Festival avec une interview. Comme Thierry venait d'écrire un journal, Sélection officielle, mon patron m'a suggéré de faire une demande chez son éditeur Grasset. Ce qui impliquait de me taper les interminables 617 pages de l'assommante brique remplie de références franco-françaises et d'innombrables passages consacrés à l'Olympique lyonnais, le club de foot préféré de Thierry. Je me suis donc sacrifié pour la bonne cause...

Je déconne. En fait, j'ai bien aimé et dévoré son hommage au septième art. Le truc de la demande chez l'éditeur, c'était rusé, mais ça n'a pas fonctionné.

J'ai caressé l'idée de lui tendre une embuscade à la Michael Moore à la sortie de l'Institut Lumière, qu'il préside, sur la rue du Premier Film, à Lyon. En passant, ce n'est pas pour nous vanter, Thierry, mais il y a une rue du Court-métrage à Québec. Ou de le surprendre devant les bureaux parisiens du Festival - les gens du Graal absolu du cinéma ne séjournent que quelques semaines sur la Croisette. Mais, bon, pas évident à vendre auprès de la direction du Soleil. Twitter? Nan. Ça ne fait pas sérieux.

Je me suis donc rabattu sur Julie, aux communications du Festival. Qui défend aimablement l'accès à Thierry comme s'il était le pape. Ou le pdg de GM. J'ai tout essayé dans mes demandes, sans trop insister. Notamment en faisant valoir qu'on avait des points communs, Thierry et moi, à part le fait qu'il est à la tête du plus gros festival du monde et que je suis critique de cinéma. Comme Bruce Springsteen et le vélo (si vous permettez, d'ailleurs, je vais aller rouler un peu. Aaah, ça remet les idées en place, on peut continuer).

Après plusieurs supplications, peut-être Julie a-t-elle eu pitié, ou Thierry aime les journalistes québécois comme il aime Xavier Dolan, j'ai enfin obtenu une ouverture : une entrevue par courriel. C'est mieux que rien.

Bien sûr, ça élimine les questions que j'aurais aimé poser, même si elles seraient demeurées sans réponse. Comme : avez-vous prévu un spectacle impromptu comme celui de U2 sur les marches du Palais pour le 60e anniversaire? Lynch ou Scorsese?

J'aurais bien aimé qu'il me donne ses impressions sur les nouveaux Coppola, Doillon, Haneke, Haynes, Lanthimos et Ozon qui seront en compétition à partir de mercredi.

J'ai plutôt choisi de l'interroger sur son livre, l'état de la cinéphilie et l'avenir du Festival. Classique, mais il n'y a pas de mauvaises questions. D'ailleurs, Thierry a répondu à la dernière dans une entrevue récente à l'AFP. «Le Festival garde sa raison d'être : défendre l'art cinématographique sous toutes ses formes, utiliser l'art et la culture comme un instrument de dialogue entre les peuples, et continuer à faire en sorte que pendant 12 jours, et pour le reste de l'année, le cinéma, aujourd'hui entouré de nouveaux langages des images, puisse être au coeur du monde.»

Les jours ont passé et Thierry ne m'a pas répondu. Puis la bombe Netflix a éclaté mercredi en faisant de beaux dégâts et le délégué général a dû colmater les trous de sa bourde. À savoir que dès 2018, les films soumis devront sortir en salle par la suite. Les deux titres Netflix de cette 70e édition vont être diffusés seulement en ligne, ce qui a mis tout le monde sans connaissance en France.

Bref, rendu à jeudi midi, j'ai tenté le coup une dernière fois en sachant que si mon chien n'était pas mort, il n'était pas fort. Réponse de Julie : «Hélas, pour le moment cela me paraît effectivement bien compliqué. Thierry Frémaux est submergé de demandes.» Je m'en doutais.

À la fin de Roger et moi, Michael Moore réussit à obtenir un bref entretien à distance avec le pdg fantôme. Me reste plus qu'à tenter la même chose en haut des 24 célèbres marches de la gloire, en m'immisçant entre Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant. Et comme je sais que les commentaires banals, dans les circonstances, l'horripilent, j'en profiterai pour lui demander ce qu'il pense du beau temps ou de la robe de Jessica Chastain.

Ce sera bien fait pour toi, Thierry.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer