Gardiens de la galaxie 2: au nom du père ***

Même si le second volet des aventures de... (Fournie par Marvel)

Agrandir

Même si le second volet des aventures de Peter Quill (Chris Pratt) est moins loufoque que le précédent, on rigole beaucoup dans Les gardiens de la galaxie vol. 2.

Fournie par Marvel

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Les gardiens de la galaxie vol. 2 (Guardians of the Galaxy) lance officiellement la saison des superproductions estivales. Les attentes étaient élevées après le succès inattendu du premier volet et elles sont en bonne partie comblées. Moins loufoque et plus ambitieux sur le plan narratif sans vraiment y arriver, la suite des aventures de Peter Quill (Chris Pratt) et compagnie s'avère un bon divertissement qui ne demande pas trop d'efforts cérébraux.

Kurt Russell joue Ego, le père de Peter... (Fournie par Marvel) - image 1.0

Agrandir

Kurt Russell joue Ego, le père de Peter Quill

Fournie par Marvel

Le premier tome cherchait à rafraîchir l'opéra de l'espace (space opera) avec sa dérision, sa façon de jouer avec les codes du genre et, surtout, ses personnages extravagants. Mais aussi la fraîcheur de son approche «on ne se prend pas au sérieux». L'étonnement passé, difficile de recréer l'engouement et l'effet de surprise. Il fallait donc jouer sur l'effet de reconnaissance. Autrement dit, se renouveler, mais pas trop.

L'orgueilleux Quill, la farouche Gamora (Zoe Saldana), le tonitruant Drax (David Bautista), le cynique Rocket et bébé Groot (pour le facteur cuuuuuuute) doivent de nouveau sauver la galaxie, menacée par les visées d'un Dieu mégalomaniaque qui vient marcher parmi les hommes - on a de toute évidence puisé dans la mythologie grecque pour l'arrière-plan. Le résultat n'est pas à la hauteur de ses ambitions, tant sur le plan dramatique que du récit.

C'est un peu mieux réussi avec les préoccupations plus terre-à-terre des gardiens. Après avoir cherché à devenir une famille, ils apprennent à vivre ensemble. Avec les tensions qui viennent avec, surtout entre Gamora et sa soeur Nebula (Karen Gillian). Mais le noeud du récit tourne autour de la rencontre de Peter et Ego (Kurt Russell) - le nom de son père en dit suffisamment sur le personnage...

Surenchère d'images de synthèse

Évidemment, Yondu et ses Ravageurs sont de retour. Il y a aussi les Souverains, une race à la plastique parfaite, mais très superficielle (oui, il y a une référence générationnelle). Des rebondissements à la tonne, des effets visuels spectaculaires, de la musique omniprésente (Cat Stevens, Sam Cooke, George Harrison, etc.), du bavardage constant pour ne pas dire grand-chose. Trop c'est comme pas assez...

Dans le même ordre d'esprit, la surenchère d'images de synthèse limite d'ailleurs sérieusement la réalisation de James Gunn. Il n'y a pas beaucoup de cinéma dans ce film de science-fiction qui repose la plupart du temps sur les gros plans, les champs/contrechamps pour les dialogues et les plans de réaction pour les meilleures réparties humoristiques - oui, on rigole beaucoup. Surtout grâce aux références à la culture populaire (aux jeux vidéo, entre autres) et aux blagues d'initiés de l'univers Marvel.

Il faut reconnaître que Gunn, qui a réalisé le premier film et sera à la barre du troisième, a un talent certain pour réunir quantité d'éléments disparates en un tout consistant. Les thèmes abordés, même en surface, sont conséquents, de la mort (un personnage ne reviendra pas) à l'obsession de l'immortalité, en passant par la transmission, l'amour et la rivalité fraternelle. Il ne réussit toutefois pas dans les moments plus dramatiques à générer une quelconque émotion. 

Heureusement pour lui, Gunn sait manier l'art de la dérision avec beaucoup d'à-propos, désamorçant les clichés cinématographiques qui risqueraient d'enfoncer le film dans l'ultra convenu. 

Il livre la marchandise attendue, visuellement resplendissante, sans être victime de la malédiction de la suite. Ce vol. 2 supporte bien la comparaison. Mais une fois sorti du cinéma, il n'en restera pas grand-chose.


Au générique

  • Cote: ***
  • Titre: Les gardiens de la galaxie vol. 2
  • Genre: science-fiction
  • Réalisateur: James Gunn
  • Acteurs: Chris Pratt, Zoe Saldana, David Bautista et Kurt Russell
  • Classement: général
  • Durée: 2h16
On aime: la dérision, la dynamique des personnages, l'univers visuel

On n'aime pas: la sécheresse émotive, la surenchère, la superficialité




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer