Vie: les apprentis sorciers **1/2

Jake Gyllenhaal et Rebecca Ferguson dans Vie. Le... (Fournie par Columbia)

Agrandir

Jake Gyllenhaal et Rebecca Ferguson dans Vie. Le film ne renouvelle pas le genre, mais il s'agit d'un divertissement efficace.

Fournie par Columbia

Le SoleilÉric Moreault 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Vie (version française de Life) était attendu avec impatience, compte tenu de sa distribution, qui réunit Jake Gyllenhaal, Rebecca Ferguson et Ryan Reynolds. Mais dès la sortie de la bande-annonce, il était évident qu'il s'agissait d'un clone d'Alien (Ridley Scott, 1979). Le huis clos de Daniel Espinosa ne renouvelle pas le genre et repose sur un scénario plutôt mince, qui ne cesse de craquer de partout. Il s'agit par contre d'un divertissement efficace.

Dans un futur rapproché, les six astronautes de la Station spatiale internationale interceptent une capsule qui contient des échantillons provenant de Mars. Ils découvrent une preuve de vie extraterrestre. 

Il y avait là une base intéressante de considérations éthiques et de réflexions sur la place de l'homme dans l'univers, mais tout ça est rapidement largué par-dessus bord pour emprunter le sentier ultra-balisé du film de science-fiction d'horreur avec des dialogues d'une simplicité navrante.

Car l'excitation initiale passée, l'équipage se met à jouer aux apprentis sorciers avec la créature. Qui croît en force et en intelligence au fur et à mesure qu'elle mord la main qui la nourrit... 

Le groupe en débâcle doit éliminer la chose qui joue à cache-cache dans la station, mais il est difficile de croire que ce groupe de scientifiques surentraînés prend toujours la décision la plus irrationnelle dans les circonstances!

Avec son budget conséquent et sa distribution costaude, on se serait attendu que Vie dépasse les clichés de genre. Mais non. Ou peut-être est-ce une métaphore de l'humanité qui court sans cesse à sa perte, une allégorie de la théorie de la sélection naturelle. Pas sûr. Le film insiste assez lourdement sur la notion de sacrifice, mais n'allez pas chercher plus loin.

Par contre, il faut souligner le travail à la réalisation de Daniel Espinosa (Le refuge, dans lequel jouait d'ailleurs Reynolds). Bien sûr, il utilise tous les trucs du genre, à commencer par les plans de réaction de chacun quand une alarme se déclenche. Sans parler de la musique anxiogène et du bruitage pour créer les effets de surprise. Et la caméra subjective, utilisée avec parcimonie. Une recette éprouvée, mais ça fonctionne.

Et il y a Gyllenhaal (Ennemi, Prisonniers), Ferguson (Mission : Impossible - La nation Rogue, La fille du train) et, dans une moindre mesure, le Canadien Reynolds (Deadpool) qui sont impeccables. On apprécie toujours la présence d'acteurs de ce calibre, en particulier Gyllenhaal, très bon en médecin au bout du rouleau après un trop long séjour dans l'espace.

Bref, Vie est un divertissement clinquant. Mais ne vous laissez pas berner par son éclat. Tout ce qui brille n'est pas or.

Au générique

  • Cote: ** 1/2
  • Titre: Vie
  • Genre: science-fiction
  • Réalisateur: Daniel Espinosa
  • Acteurs: Jake Gyllenhaal, Rebecca Ferguson et Ryan Reynolds
  • Classement: 13 ans et plus
  • Durée: 1h43
On aime: l'efficacité, la présence du trio de vedettes

On n'aime pas: la minceur du scénario, le manque d'originalité




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer