Les fleurs bleues: résister! ***1/2

Le film posthume du légendaire cinéaste polonais Andrzej... (Fournie par EyeSteel Films)

Agrandir

Le film posthume du légendaire cinéaste polonais Andrzej Wajda, un portrait du peintre dissident Wladyslaw Strzeminski (superbe Boguslaw Linda), est une leçon de cinéma en soi.

Fournie par EyeSteel Films

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Quel intérêt y a-t-il à voir un long métrage sur un peintre polonais méconnu du XXe siècle? Un très grand s'il s'agit des Fleurs bleues (Powidoki), film posthume du légendaire Andrzej Wajda. Parce que son portrait de Wladyslaw Strzeminski, terriblement juste et touchant, se veut une dénonciation explicite des dérives idéologiques commises au nom d'un régime politique; un acte de résistance et un film-testament sur l'importance de l'art dans la société.

Strzeminski, superbement interprété par Boguslaw Linda, était un pionnier de l'avant-garde constructiviste, ce qui le rendait politiquement radioactif pour le régime communiste après la Seconde Guerre mondiale. On le somme de rentrer dans le rang plutôt que de saboter la ligne idéologique... À savoir, abandonner l'art décadent (lire créatif) pour l'infâme réalisme socialiste.

Mais l'artiste est un homme fier, qui décide de résister en refusant de se plier aux diktats du régime. Erreur. Les apparatchiks vont tenter de le dépouiller de sa dignité. D'abord en le congédiant de son poste de professeur de l'école d'arts plastiques de Lotz (qu'il a cofondée), malgré le soutien de fidèles étudiants, puis en faisant disparaître son oeuvre de tous les lieux publics au nom de la nouvelle ère...

Andrzej Wajda survole les dernières années de la vie de Strzeminski sans que ce soit laborieux - son recours aux ellipses est une leçon de cinéma en soi. Ce faisant, il prend soin de ne pas surligner son propos, illustrant autant l'acharnement révoltant du régime que les petites lâchetés de ceux qui se conforment à l'idéologie par crainte de représailles.

Mais il démontre aussi tout le pouvoir de la propagande avec Nika (Bronislawa Zamachowska). Sa jeune fille endoctrinée collabore au système sans s'en rendre compte, au grand désespoir de son père. Il y a dans cette relation, et avec ses étudiants, le grand humanisme du peintre, mais aussi celui du cinéaste qui livre ainsi un film qui s'adresse autant à l'intelligence qu'aux sentiments. C'est rare.

La question du regard

En toile de fond de son drame biographique, Wajda se sert de la théorie de Strzeminski sur la vision pour livrer de pertinentes réflexions sur la question du regard, centrale dans l'art pictural en général et dans le cinéma en particulier. Le réalisateur, qui filme la plupart du temps en plans larges, en fait la démonstration lorsqu'il passe aux gros plans révélateurs.

Sur le plan plastique, dans ce film naturaliste, il oppose le gris vert sinistre de la misère sociale du régime oppressif aux couleurs lumineuses et vives de l'oeuvre du peintre. Il faut d'ailleurs voir le contraste entre ses tableaux et les immenses portraits de Lénine et de Staline qui défigurent la ville. La musique discrète, mais lancinante, renforce le sentiment d'oppression.

Les fleurs bleues (on vous laisse le soin de découvrir la référence, un moment très émouvant) est un film admirable à bien des égards. Ce qui aide à pardonner quelques raccourcis scénaristiques utilisés par l'immense réalisateur d'Ils aimaient la vie (1957) et de L'homme de fer (1981), décédé en octobre 2016, à 90 ans.

Un double

On peut voir dans Wladyslaw Strzeminski le double du cinéaste, qui a d'ailleurs étudié en cinéma à Lodz, à la même époque. Il y a un plan magnifique de mannequins démembrés, dans lesquels gît le peintre alors que défilent les passants devant la vitrine, complètement indifférents à son sort. Une mort symbolique de l'artiste dissident dont on oublie l'oeuvre.

Wajda n'a pas à s'inquiéter. Ce ne sera pas le cas de son cinéma. Dont Les fleurs bleues, qui figure en belle place. Si vous devez voir un seul film dans les prochaines semaines, ce devrait être celui-là.

Au générique

  • Cote: ***1/2
  • Titre: Les fleurs bleues (v.o.s.-t.f.)
  • Genre: drame biographique
  • Réalisateur: Andrzej Wajda
  • Acteurs: Boguslaw Linda, Aleksandra Justa et Bronislawa Zamachowska
  • Classement: général
  • Durée: 1h38
On aime: le grand humanisme de l'ensemble, la leçon de cinéma, l'interprétation remarquable de Boguslaw Linda

On n'aime pas: les raccourcis scénaristiques




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer