L'odyssée: père et mer ***

L'odyssée est un drame autant familial que biographique... (Fournie par Entract Films)

Agrandir

L'odyssée est un drame autant familial que biographique sur le commandant Cousteau, notamment sur la relation qui le liait à son fils Philippe (Pierre Niney).

Fournie par Entract Films

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Jérôme Salle a adopté un parti pris surprenant pour L'odyssée. Plutôt que de raconter tous les grands faits d'armes de la carrière de Jacques-Yves Cousteau, le réalisateur a choisi de mettre l'accent sur la relation conflictuelle entre le célèbre explorateur des mers au bonnet rouge et son fils cadet. Une bonne idée qu'il n'arrive toutefois pas à pleinement concrétiser, empêtré dans un enjeu dramatique et une réalisation convenus. Heureusement, la distribution est très solide.

Les Français ont une relation ambiguë avec Cousteau. Jérôme Salle (Largo Winch) aurait pu le maintenir sur son piédestal de héros ou le déboulonner pour exposer le salaud. Il a choisi une approche mi-chair, mi-poisson. L'odyssée fait une belle part aux réalisations de l'aventurier, plongeur et cinéaste, interprété par Lambert Wilson, tout en montrant les failles de l'homme pour démystifier la légende.

Celles-ci sont exposées par l'entremise de la relation que le narcissique entretient avec sa femme Simone (Audrey Tautou), qu'il trompe sans vergogne. Mais, surtout, par celle, compliquée et inégale, qui le lie à ses deux fils. Cousteau néglige l'aîné Jean-Michel (Benjamin Lavernhe, vu dans Le goût des merveilles). Il n'en a que pour Philippe (Pierre Niney), le cadet.

Dans ce drame autant familial que biographique, le réalisateur va explorer leur dynamique amour-haine, moteur de leurs actions. Pendant que Philippe, une tête brûlée, veut sortir de son ombre, le paternel tire constamment sur la bride...

L'approche de Jérôme Salle est différente du drame biographique habituel, avec un récit chronologique du berceau au tombeau. Il a préféré mettre l'accent sur des moments-clés, ce qui a le grand mérite de révéler des aspects méconnus de la personnalité du commandant Cousteau. Ce qu'il gagne en pertinence, il le perd toutefois en originalité. Le réalisateur a négligé la dramaticité du récit en investissant, de toute évidence, de considérables énergies dans ses images. 

Plusieurs séquences sous l'eau sont absolument magnifiques. Il y a même ce mini-récit sous-marin, alors que Philippe veut filmer des requins et prend trop de risques, qui fonctionne de façon totalement autonome, sans aucun dialogue, et qui en révèle plus long sur le caractère du fils que tout le reste.

On pourrait aussi relever le chapitre dans l'Antarctique, où Cousteau a son épiphanie environnementale. Les images sont magnifiées par la splendeur sauvage des lieux. Ou le superbe ballet aquatique de Philippe avec une baleine. À bord du mythique Calypso, les Cousteau écument toutes les mers du globe.

Néanmoins, le titre s'avère trompeur. Le film de Salle n'a rien d'épique. On comprend bien l'idée de l'envers du décor, afin de mieux saisir l'essence des protagonistes, mais l'ensemble manque de souffle et de tonus. 

Il souffre aussi du portrait unidimensionnel qu'il trace de Simone, en mégère frustrée, pourtant le personnage avec le plus grand potentiel dramatique. En passant, Audrey Tautou fait ce qu'elle peut, mais grimée en petite vieille, on n'y croit pas...

L'odyssée en révèle tout de même beaucoup sur le phénomène Cousteau, son impact (tardif) sur la montée de la conscience environnementale et sa soif d'aventures (dans tous les sens du terme). Il peut aussi compter sur la performance impeccable de Lambert Wilson, qui ne fait qu'un avec le personnage, et de nombreuses scènes très réussies qu'il joue avec Pierre Niney, mémorable en Yves Saint Laurent (celui de Jalil Lespert).

Tout ça est très bien, mais on aurait souhaité que ce soit plus à la hauteur du sujet.

Au générique

  • Cote: ***
  • Titre: L'odyssée
  • Genre: drame biographique
  • Réalisateur: Jérôme Salle
  • Acteurs: Lambert Wilson, Audrey Tautou et Pierre Niney
  • Classement: en attente de classement
  • Durée: 2h03
On aime: l'angle inusité,les magnifiques images, la dynamique Wilson-Niney

On n'aime pas: le manque de tonus, les maquillages vieillissants, la réalisation convenue




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer