Le succès de Papa ou maman fait des petits

Le succès inattendu et inespéré de Papa ou... (Fournie par AZ Films)

Agrandir

Le succès inattendu et inespéré de Papa ou maman, en 2015, a imposé une suite. Les acteurs Marina Foïs et Laurent Lafitte y reprennent leur rôle et ont même collaboré de près au scénario.

Fournie par AZ Films

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Paris) Martin Bourboulon l'avoue : aucun réalisateur ne peut s'attendre à réaliser près de trois millions d'entrées en France avec son premier long métrage. Le succès inattendu et inespéré de la comédie grinçante Papa ou maman (2015) a, évidemment, imposé une suite. Marina Foïs et Laurent Lafitte étaient prêts à reprendre leur rôle, mais à leurs conditions. Ils ont donc collaboré de près au scénario. «Je n'aurais jamais pu faire ça tout seul», avoue le cinéaste de 37 ans. Il a même eu un coup de pouce d'une grande du cinéma français.

Pourtant, Martin Bourboulon est tombé dans la marmite du cinéma quand il était petit : son père est producteur. Un avantage et un inconvénient, explique-t-il. Plusieurs ne le prenaient pas au sérieux. Il en a fallu, du temps, pour être crédible. Et il ne l'a pas eu facile pour la première mouture : un travail de cinq ans «sans être sûr qu'il allait se faire». Le succès est venu récompenser un dur labeur.

Mais il n'était surtout pas question de «refaire la même chose» : «On n'a pas envie de décevoir.» Ici, l'histoire était celle de deux professionnels, Vincent et Florence, qui se disputent pour éviter d'avoir la garde de leurs trois enfants, pour profiter d'une promotion. Les deux scénaristes originaux, le réalisateur et les deux acteurs ont donc imaginé un deuxième tome qui reprend tout de suite à la fin du premier, alors que les divorcés, qui habitent l'un en face de l'autre, ont de nouveaux conjoints...

«Marina et Laurent ont énormément amené de choses pour faire progresser le film, toute leur créativité.» Sur l'ensemble des propositions, Martin Bourboulon a beaucoup épuré. «Il y avait beaucoup de choses écrites dans un cadre et, après, il y avait un peu d'improvisation. Mais ils ont toujours le souci de ce que la situation raconte. C'est comme ça qu'ils arrivent à la rendre drôle. C'est là où ils sont très forts», dit-il en louangeant leur grande précision.

Amis

Devenus amis depuis la première mouture, leur contribution a évidemment facilité les choses au tournage, les acteurs reprenant avec beaucoup d'aisance leur rôle respectif. Beaucoup de plaisir, même si «c'est difficile d'être à la hauteur de leurs exigences». Les deux vedettes ont une longue feuille de route cinématographique et beaucoup de reconnaissance.

L'équipe a donc essayé de «tout remettre en question en permanence. Il y a quelque chose d'un peu angoissant à faire un deuxième film, même si j'étais un peu plus en confiance.» Assez, en tout cas, pour demander à Nicole Garcia de jouer le rôle de la mère de Florence. La célèbre actrice (Mon oncle d'Amérique) et réalisatrice (Place Vendôme) s'est laissée désirer avant d'accepter. «On voulait vraiment qu'elle soit là. Ce n'est pas rien.»

Pour cette suite, l'équipe a décidé de creuser un angle très intéressant : la jalousie post-séparation, tant amoureuse que parentale. «Les scénaristes aimaient l'idée de confronter les personnages à cette mauvaise foi. C'est un bon levier de comédie.» Qui en dit beaucoup aussi sur la famille recomposée.

Le réalisateur, lui, s'est surtout préoccupé du rythme. «C'est très important de ne jamais décrocher de l'histoire. Il faut être très vigilant à ce qu'on ne s'ennuie pas. On a resserré au maximum au montage pour garder le meilleur à chaque fois. C'est pour ça que [le film] est rapide et court.» Même s'il y avait beaucoup de matériel. 

Pas de troisième film

Les choses se sont déroulées rondement, ce qui a permis à Papa ou maman 2 de prendre l'affiche en décembre en France. Ce qui n'était pas nécessairement une bonne idée, celui-ci se trouvant noyé dans la mer de superproductions américaines. Il a tout de même récolté 1,7 million de spectateurs et «de bonnes critiques : on aurait pu se faire dégommer. C'était très important pour moi.»

Pas question d'un troisième chapitre, par contre. «Je ne crois pas que ce soit une bonne idée. À mon avis, l'histoire est pas mal finie», s'esclaffe le réalisateur. «[Pour la suite des choses] j'ai plusieurs propositions, mais je ne sais pas du tout. Je cherche le coup de coeur. C'est mon travail de tous les jours. Mais j'aimerais bien travailler avec Marion Cotillard. Je cherche pour elle.»

On peut toujours rêver...

***

Papa ou maman 2 prend l'affiche le 3 mars.

Les frais de ce reportage ont été payés par UniFrance.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer