Deneuve et Frot s'offrent un duo piquant

Catherine Frot, le réalisateur français Martin Provost et... (AFP, Gregor Fischer)

Agrandir

Catherine Frot, le réalisateur français Martin Provost et Catherine Deneuve sur le tapis rouge à la première du film Sage femme.

AFP, Gregor Fischer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Aurélie Mayembo
Agence France-Presse
Berlin

Elles n'avaient encore jamais été réunies à l'écran... Et pourtant, Catherine Deneuve et Catherine Frot forment un tandem hors pair dans Sage femme, présenté à la Berlinale, une comédie dramatique sur des contraires qui s'attirent.

Le quatrième film de Martin Provost - le réalisateur de Séraphine auréolé de sept César en 2009 - met en scène deux femmes qui se retrouvent 40 ans après leur dernière rencontre.

Claire (interprétée par Catherine Frot) est sage-femme et élève seule son fils en région parisienne. Toute dévouée à son métier, bardée de principes, elle en oublie de vivre.

Son quotidien est chamboulé par le retour de Béatrice (Catherine Deneuve), l'ancienne maîtresse de son père, une femme fantasque et grande amoureuse de la vie.

Incompréhension, reproches et distance vont caractériser le début de leur relation avant que ne s'établissent des liens plus tendres, évoquant une mère et sa fille.

Le sentiment de «filiation est au coeur de l'histoire», explique Martin Provost, qui a imaginé le scénario en pensant à son duo d'actrices et à Olivier Gourmet qui vient compléter la distribution dans le rôle de Paul, le voisin amoureux.

«Le casting dans le film, c'est presque plus important que la technique», souligne le cinéaste, évoquant dans les notes d'intention une Catherine Frot «très structurée» face à une Catherine Deneuve plus «dans l'instant» comme «une équilibriste».

Dans le rôle d'une femme libre aimant l'alcool, le jeu, Catherine Deneuve s'en donne à coeur joie. La star française a beau jouer une femme atteinte d'une tumeur au cerveau, c'est elle qui apporte une touche d'humour au film, disant qu'elle aime la bière quand on lui propose un traitement médical en Belgique.

«J'aime le scénario car c'est un rôle de composition. Je comprends ce personnage» tout en étant différente, a souligné l'actrice lors d'une conférence de presse à Berlin. Pour les besoins du rôle, elle a appris un jeu de cartes, la Marseillaise, et a tourné des scènes dans des salles clandestines, entourée de vrais joueurs.

Vrais accouchements

En parallèle, Catherine Frot a dû se former à être sage-femme, le film donnant à voir de véritables accouchements. Cinq naissances ont été filmées pour l'occasion, en Belgique où la loi autorise de tourner avec des nouveau-nés.

«Demain, si une femme accouche en urgence, je peux m'en occuper», a plaisanté à Berlin l'actrice, César 2016 pour son rôle de cantatrice à la voix de crécelle dans Marguerite.

«D'habitude, mon métier d'actrice m'oblige à être dans l'illusion, j'ai interprété une pianiste virtuose dans La tourneuse de pages, une cuisinière émérite dans Les saveurs du palais et là, j'ai dû aller au-delà de ça, sans état d'âme.»

Souvent légère et piquante, la comédienne interprète ici une femme rigide, qui vit avec les fantômes de son passé, avant de sortir de sa carapace.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer