Une cinéaste micmac au festival de Sundance

La cinéaste micmac Heather Condo (photo) et son... (tirée du site Wapikoni Mobile)

Agrandir

La cinéaste micmac Heather Condo (photo) et son conjoint Stephen Jerome font un séjour au festival de film Sundance, en Utah, où est projeté cette semaine le court métrage My Father's Tools.

tirée du site Wapikoni Mobile

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné
Le Soleil

(Carleton) La cinéaste micmac Heather Condo et son conjoint Stephen Jerome profitent «immensément» de chaque minute de leur séjour au festival de film Sundance, en Utah, où est projeté cette semaine le court métrage My Father's Tools. Ils y font des rencontres fabuleuses et leur film sera projeté à la Berlinale, dans quelques semaines.

Les deux résidents de la communauté gaspésienne de Gesgapegiag font peu de cas du fait qu'ils n'ont pas remporté de prix mardi, lors de la remise des récompenses liées aux courts métrages. Dans My Father's Tools, ou Les outils de mon père, Heather Condo a tourné son conjoint, Stephen Jerome, alors qu'il fabrique des paniers en frêne, un art qui se perd.

«Je me considère gagnant depuis 11 ans, depuis que je vis avec Heather. C'est elle, ma grande récompense», résume M. Jerome.

«J'ai rencontré l'acteur Tim Robbins, le docteur David Suzuki et Laura Dunn, directrice du film Look and See : A portrait of Wendell Berry, pour lequel Robert Redford est producteur exécutif. Nous sommes jumelés avec ce film lors des projections. Je sais qu'il a vu mon film lors de la première projection mais nous n'étions pas encore arrivés au festival», explique Heather Condo.

«Les gens viennent nous voir. Tim Robbins est venu me féliciter. David Suzuki m'appelle Stephen, comme d'autres étoiles. J'adore cette expérience et les gens ici», ajoute Stephen Jerome.

Le couple a aussi été touché par sa rencontre avec David Archambault, un meneur sioux de la lutte entreprise à Standing Rock, au Dakota du Nord, pour empêcher le passage du pipeline Dakota Access.

À Berlin?

Un autre festival de cinéma, australien celui-là, montre de l'intérêt pour My Father's Tools. «Je n'ai pas encore parlé à un représentant de ce festival, qui doit encore voir le film», souligne Heather Condo.

Il est loin d'être certain que le couple pourra aller en Allemagne pour la Berlinale. «Je ne sais pas. Ça devient une question monétaire», dit-elle.

Elle travaille au Centre de santé et de services sociaux de Gesgapegiag et il produit ses paniers. Ils ont quatre enfants. Ils ont bénéficié de 2000 $ amassés lors d'un tirage tenu pour les appuyer dans leur voyage au festival Sundance, tandis que le conseil de bande de Gesgapegiag et le Centre de santé ont également contribué pour assurer leur présence pendant presque toute la durée de l'événement. Tout s'est cependant réglé dans les derniers jours avant le départ, alors que le couple devait voir à organiser la garde de leurs deux jeunes filles.

My Father's Tools a été tourné en juin 2016, lors du passage à Gesgapegiag, de Wapikoni Mobile, l'unité de tournage appuyant les initiatives cinématographique autochtones du Québec. L'unité a été fondée par la cinéaste Manon Barbeau. My Father's Tools est la première production de Wapikoni Mobile à se qualifier au festival Sundance.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer