Julieta: portrait de femme ***

Adriana Ugarte incarne Julieta jeune dans ce film... (Fournie par Métropole Films)

Agrandir

Adriana Ugarte incarne Julieta jeune dans ce film sur la culpabilité signé Pedro Almodóvar.

Fournie par Métropole Films

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Depuis 1999 et son bouleversant Tout sur ma mère, Pedro Almodóvar est un incontournable au Festival de Cannes malgré une production fort inégale, en particulier ces dernières années. On appréhendait donc la présentation de Julieta lors du dernier festival. Nous avons vite été rassurés.

Ce 20e long métrage marque un retour en forme du flamboyant réalisateur espagnol, même s'il s'agit d'une oeuvre mineure dans son corpus. Il revient à ses amours : le portrait de femme, comme le sous-entend le titre.

La Julieta (Emma Suarez) en question est une femme bouleversée par la fuite de sa fille, qui a décidé de couper les ponts, il y a plusieurs années. Elle s'apprête toutefois à tourner la page et quitter Madrid, où elle a attendu en vain, avec son nouvel amoureux.

Mais la profonde blessure va se rouvrir après une rencontre fortuite. La mère éplorée va prendre la plume pour raconter à sa fille ce qu'elle n'a jamais osé lui dire. Un bon prétexte pour nous ramener 25 ans en arrière alors que Julieta, cette fois interprétée par Adriana Ugarte, fait la rencontre du père d'Antia.

On reconnaît là les grandes lignes du mélodrame à la Almodóvar, qui fait toutefois montre de retenue - ce qui ne l'empêche pas de proposer quelques moments un peu appuyés. Reste que le réalisateur, qui aime les effets de manche et une esthétique excessive, opte, cette fois, pour une étonnante sobriété. 

Ce qui est d'autant plus approprié qu'il s'agit d'un sujet qui peut s'avérer particulièrement bouleversant pour n'importe quel parent qui éprouve des problèmes de communication avec sa progéniture. Même s'ils ne sont pas aussi extrêmes que dans Julieta.

Dans le contexte, on aurait toutefois aimé que le film d'Almodóvar soit moins superficiel dans l'exploration de ses thèmes, notamment dans la lutte de la mère pour survivre à l'incertitude : qu'est devenue Antia? Pourquoi est-elle partie?

Ce qui marque, toutefois, dans ce film sur la culpabilité, c'est que ses protagonistes souffrent des affres du destin. Beaucoup. Mais trop, c'est comme pas assez...

Cette accumulation d'épreuves vient peut-être du fait que le cinéaste a tenté de fusionner trois nouvelles de la Canadienne Alice Munro, à laquelle il n'a pas été très fidèle, en une seule oeuvre.

L'emploi de deux actrices pour jouer le même rôle a du bon comme du mauvais. On évite un maquillage trop lourd. Mais on ressent tout de même le sentiment étrange qu'il ne s'agit pas de la même protagoniste. Les habitués du cinéaste vont reconnaître avec bonheur son inénarrable actrice fétiche, Rossy De Palma, dans un contre-emploi de femme de ménage.

Peu importe les petites réserves, Pedro Almodóvar demeure un maître dans l'art de mener son histoire touchante à bon port. On retrouve également son esthétique particulière, en plus d'un hommage à peine voilé à Hitchcock pour les scènes de train. Il en faut une signature forte pour intégrer un tel maître sans faux pas. Surtout qu'un Almodóvar dans la bonne moyenne, c'est plus que le meilleur d'une grande majorité de cinéastes.

Au générique

  • Cote: ***
  • Titre: Julieta
  • Genre: mélodrame
  • Réalisateur: Pedro Almodóvar
  • Acteurs: Emma Suarez, Adriana Ugarte et Daniel Grao
  • Classement: général
  • Durée: 1h40
On aime: le ton sobre, la signature esthétique

On n'aime pas: une certaine superficialité

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer