Damien Chazelle vise la lune

Damien Chazelle, ci-dessus avec l'actrice Emma Stone, aspirait... (Fournie par Les Films Séville)

Agrandir

Damien Chazelle, ci-dessus avec l'actrice Emma Stone, aspirait à réaliser Pour l'amour d'Hollywood depuis l'université, et il en a écrit le premier jet il y a six ans.

Fournie par Les Films Séville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jamais, même dans ses rêves les plus fous, Damien Chazelle avait espéré que Pour l'amour d'Hollywood (La La Land) rencontre un tel succès, a-t-il expliqué au Soleil. Le jeune réalisateur américain, qui a établi sa réputation avec Whiplash (2014), espérait trouver une audience. Le voilà maintenant récompensé d'un incroyable succès public et critique. Et avec la possibilité de viser la Lune aux Oscars et dans son prochain film.

C'est le 24 janvier que l'Académie dévoilera la liste des nommés à la 89e cérémonie des Oscars. Il est écrit dans le ciel que son troisième long métrage sera en nomination dans toutes les principales catégories (film, scénario, réalisation, acteurs, etc.). Et qu'il repartira avec plusieurs trophées. Pour l'amour d'Hollywood a d'ailleurs établi un record aux récents Golden Globes avec sept récompenses. Et pourrait faire la même chose aux BAFTA, l'équivalent britannique des Oscars, où il enregistre 11 nominations.

Damien Chazelle prend la chose avec un grain de sel. «C'est vraiment un honneur. J'essaie de ne pas trop y penser. Ce qui importe, c'est le projecteur que ça braque sur le film», explique-t-il. Cette véritable fête pour les sens s'attache au destin de Sebastian Wilder (Ryan Gosling), un pianiste puriste de jazz, et Mia Dolan (Emma Stone), une aspirante-actrice ingénue qui travaille comme serveuse. Les deux rêveurs vont tomber amoureux, ce qui plombera sérieusement leurs chances de réussite.

Ce long métrage, il aspire à le réaliser depuis l'université et il en a écrit le premier jet il y a six ans. Avec l'objectif de démontrer que la comédie musicale a des choses à dire sur notre époque et qu'il s'agit d'un genre beaucoup plus large que celui dans lequel on veut le confiner. Pour changer cette perception d'un spectacle kitsch et mélodramatique, l'Américain a révolutionné le genre, rien de moins.

Résultat: même des gens qui détestent cordialement la comédie musicale, comme l'auteur de ce texte, n'ont eu d'autre choix que d'en reconnaître ses grandes qualités artistiques - Chazelle a un incroyable sens de la mise en scène. Il s'agit d'une comédie dramatique romantique, mais pas seulement.

Le succès remporté par Whiplash et Pour l'amour d'Hollywood, deux films exceptionnels, place Chazelle dans le siège du conducteur pour négocier la réalisation de ses prochains films. «J'espère. C'est important de pouvoir faire le film que tu veux faire. Ce n'est jamais facile, surtout quand il s'agit de films personnels. Je suis tout de même content d'avoir pu les tourner sans compromis et avec beaucoup de liberté artistique.» 

Il considère que sa dernière oeuvre est aussi personnelle que la précédente. Pour Whiplash, il s'est servi de son expérience d'ex-batteur de jazz à New York pour mettre en scène le difficile apprentissage d'un jeune batteur sous la férule d'un maestro impitoyable. Cette fois, il s'est inspiré de son déménagement à Los Angeles et des rêves qui jaillissent encore dans l'imaginaire des jeunes créateurs lorsqu'ils s'y établissent.

Damien Chazelle, né le 19 janvier 1985 d'un père français et d'une mère américaine, avoue avoir réalisé son rêve avec Pour l'amour d'Hollywood. «Je vais devoir en trouver un autre», dit-il en riant.

En attendant, il vise la Lune, rien de moins. Le très doué cinéaste travaille sur First Moon, récit sur les années cruciales qui ont permis à feu Neil Armstrong d'être le premier homme à poser le pied sur notre satellite naturel. 

«C'est assurément une rupture» avec ses trois films précédents, qui tournaient autour de la musique. Mais, dit-il, le thème est le même: comment trouver un équilibre entre ses profondes aspirations et la vraie vie. Et à quel coût...

Ce qui est précisément le sous-texte de Pour l'amour d'Hollywood. Qui plus est, c'est Ryan Gosling qui jouera l'astronaute américain. Chazelle révèle toutefois qu'il a pressenti l'acteur canadien pour ce rôle avant que ne se mette en branle le tournage de son plus récent film.

On est encore loin du premier clap. Pour l'instant, le réalisateur est aspiré par le tourbillon créé par la popularité de La La Land - cette entrevue téléphonique s'est déroulée à l'occasion d'un blitz médiatique pour la promotion de la sortie française, le 25 janvier. Et il y a les Oscars, le 26 février. Mais il garde la tête froide sur sa réelle ambition. «Plus que jamais, la création artistique est importante.»

Comme disait Oscar Wilde, il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer