Le pari «fou» du Clap

Le directeur général et copropriétaire du Clap, Robin... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le directeur général et copropriétaire du Clap, Robin Plamondon

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Né sous le baptistaire La Boîte à films, le cinéma Le Clap a soufflé cette année ses 30 bougies dans ses locaux de la Pyramide de Sainte-Foy. Et l'aventure devrait se poursuivre pour encore de nombreuses années, car les propriétaires ont plusieurs ambitions pour l'endroit, entre autres d'en augmenter le nombre de salles de projection.

L'histoire de ce cinéma indépendant - il n'appartient à aucune chaîne - dans la capitale a débuté en 1983. Durant deux ans, des centaines de cinéphiles se sont déplacés à Limoilou, sur la 3e Avenue, pour assister aux premières projections de la Boîte à films. Une seule salle était alors disponible dans l'établissement et l'achalandage était en forte croissance. 

Souhaitant répondre à la demande, en 1985, les propriétaires décident d'entreprendre un important virage et de déménager l'entreprise à Sainte-Foy, dans le Centre innovation. C'est alors la naissance du Clap. Cette stratégie avait comme objectif pour eux de se rapprocher de leur clientèle ainsi que d'augmenter le nombre de salles. La Boîte à films, qui était située dans l'édifice abritant aujourd'hui Demers bicyclettes et skis de fond, ferme définitivement ses portes en 1986.

Dès ses premières bobines, Le Clap parvient à charmer de nouveaux cinéphiles, et ce, alors que plusieurs médias annoncent la disparition des salles au profit des clubs vidéo apparaissant partout en Amérique. Afin de se démarquer de la compétition, le cinéma présentait dans ses deux salles à l'origine des films provenant de tous horizons. Le premier long métrage a être affiché : Les jours et les nuits de China Blue (Crimes of Passion) réalisé par Ken Russell.

«La pyramide était un endroit idéal aussi dû au nombre d'étudiants qu'il y avait aux alentours. Cela permettait d'augmenter le bassin de clients. On s'assurait également avec les étudiants d'avoir une relève cinématographique intéressante», raconte au Soleil le directeur général et copropriétaire du Clap, Robin Plamondon. «À l'époque, cela paraissait un peu fou de faire un cinéma à l'intérieur du Centre innovation. L'endroit n'était pas du tout adapté pour ça. Il fallait faire preuve de créativité pour réussir à transformer le sous-sol de l'édifice», poursuit-il, notant que dès la première présentation, «des clients faisaient la file jusqu'à l'extérieur du bâtiment. Il y avait déjà un engouement pour ce type de cinéma.»

En 1990, les propriétaires procèdent à un premier investissement majeur avec l'ouverture d'une troisième salle, de deux autres en 1994 ainsi que d'une autre en 1998. Alors que plusieurs cinémas fermaient leurs portes, Le Clap avait le vent dans les voiles. Aujourd'hui, le cinéma compte sept salles, variant de 32 à 202 places, et ce nombre devrait augmenter au cours des cinq prochaines années. 

Travail à l'européenne

«Ce qui fait un peu la particularité du Clap, c'est que nous avons toujours travaillé à l'européenne dans le type de salle et de fauteuil. La dimension de nos salles nous permet de rentabiliser des films qui sont parfois beaucoup plus pointus qui ne pourraient pas se rendre à Québec normalement, car ils n'auraient pas la capacité de remplir une salle régulière. Ayant une salle avec 32 fauteuils, cela nous permet d'avoir des films à petit déploiement qui ont souvent besoin d'être à l'écran plus longtemps pour aller chercher leur public», explique M. Plamondon, ne cachant pas que le cinéma est présentement à l'étroit et devra prendre de l'expansion pour continuer de répondre à la demande. 

«L'objectif pour les cinq prochaines années est d'augmenter notre nombre d'écrans, de plus d'un», note celui qui oeuvre dans l'entreprise depuis 1991, précisant qu'il y a encore de la place pour la croissance à l'intérieur de la Pyramide. Il évalue aussi la possibilité de développer de petits cinémas à d'autres endroits à travers la ville. 

D'ailleurs, cet été, un projet d'ouverture de quatre salles de cinéma sur l'avenue Maguire, dans l'arrondissement de Sillery, a été soulevé dans les pages du Soleil. Le projet, en collaboration avec le cinéma Le Clap, devait trouver niche au sous-sol de l'édifice Le Beaubourg. M. Plamondon confie toutefois que les discussions n'ont pas abouti.

Depuis l'ouverture du Clap, ce sont près de 10 millions $ qui ont été investis par les propriétaires pour mettre à jour les équipements et bonifier l'établissement qui a présenté plus de 10 000 films. Comme toute entreprise florissante, différents acheteurs ont cogné aux portes au fil des ans. Au début des années 2000, un important joueur dans le domaine du cinéma avait d'ailleurs montré de l'intérêt pour le commerce.

«Il y a déjà eu des discussions par le passé, mais il n'y avait pas tellement d'ouverture pour vendre. L'objectif du Clap a toujours été de mettre à l'écran du cinéma de qualité et non de faire de l'argent», affirme le copropriétaire. «On ne peut pas racheter une entreprise comme Le Clap et penser faire un programme comme on le fait actuellement pour un cinéma régulier. Il y a une très grande différence. [...] Nous, nous sommes dans une niche particulière; 70 % de nos films sont étrangers et québécois, 15 % des films sont américains d'auteur, et 15 % des films américains blockbuster», poursuit M. Plamondon, qui dirige une quarantaine d'employés. 

Selon le patron, c'est son offre variée au fil des ans qui a permis à l'entreprise de traverser les décennies malgré les géants du cinéma comme Cineplex Odeon. «Mon compétiteur, en général, c'est plutôt le domaine des arts», conclut M. Plamondon.

Annuellement au Cinéma Le Clap

350 000 personnes 

Entre 16 000 et 18 000 projections 

340 films en moyenne

100 000 $ en investissement

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer