Méchant père Noël 2: insignifiant et vulgaire *

Méchant père Noël 2 est du réchauffé fade... (fournie par Santamax Distribution, Jan Thijs)

Agrandir

Méchant père Noël 2 est du réchauffé fade qui laisse un goût amer dans la bouche.

fournie par Santamax Distribution, Jan Thijs

Le SoleilÉric Moreault 1/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Au rayon des suites complètement superflues, Méchant père Noël 2 (Bad Santa 2) arrive en bonne position, surtout 13 ans après l'original. S'il n'y avait que ça. Le nouveau cru est insignifiant, vulgaire et répétitif. On se demande ce qui a bien pu convaincre Billy Bob Thornton de reprendre son rôle de cambrioleur minable accro au sexe et à l'alcool

Le temps des Fêtes n'est pas une sinécure pour tous. Les films féroces servent d'exutoire pour ceux qui détestent cette période de réjouissance imposée. Mais dans leur volonté de choquer, les scénaristes Johnny Rosenthal et Shauna Cross s'avèrent puérils et d'un cynisme malsain, saupoudrant leurs dialogues insignifiants de blagues scatologiques qui ne font pas rire du tout. J'ai souri une fois ou deux, sans plus. En fait, je serais parti après une demi-heure si j'avais pu.

Je suis resté par acquit de conscience. Malheureusement. Plus le long métrage avance, plus il s'enfonce dans la médiocrité. À la réalisation, Mark Watters (Méchantes ados), un tâcheron dont la carrière compte plus d'échecs que de réussites, démontre les limites de son talent, filmant sans originalité et manquant cruellement de sens du rythme.

Bien peu de conviction

Reste Thornton, inoubliable dans Le bal du monstre (2001), qui reprend avec bien peu de conviction son rôle de Willie T. Stokes. Au bout du rouleau, notre perdant de première tente encore de se suicider. L'arrivée inopinée de Thurman Merman (Brett Kelly), toujours aussi naïf même à 21 ans, va le convaincre de renoncer. Surtout qu'il est porteur d'une missive de Marcus (Tony Cox), son ex-complice. Sorti de prison, le faire-valoir lui propose de voler un organisme de charité dont le président détourne les fonds.

Arrivé à Chicago, le misanthrope s'aperçoit que le «cerveau» du vol n'est nul autre que sa mère (Kathy Bates), une dure à cuire encore plus dépravée que son fils. Évidemment, la paire se déteste, mais il n'y a rien de drôle à les entendre se balancer des vacheries. 

Bates (Dolores ClaiborneMisery) fait ce qu'elle peut, mais le matériel a ses limites. Même chose pour le rôle de la conjointe du président, une femme au coeur d'or et à la libido débordante. Christina Hendricks (Joan dans Mad Men) réussit tout de même à bien s'en tirer.

Le premier Bad Santa (2003) avait presque un statut de film-culte, une comédie noire tout aussi vulgaire et politiquement incorrecte. Mais qui avait l'avantage d'être drôle et de compter sur l'attrait de la nouveauté. Le deuxième est du réchauffé fade qui laisse un goût amer dans la bouche.

Au générique

  • Cote: *
  • Titre: Méchant père Noël 2
  • Genre: Comédie
  • Réalisateur: Mark Waters
  • Acteurs: Billy Bob Thornton, Tony Cox, Kathy Bates
  • Classement: -
  • Durée: 1h32
  • On aime: Pas grand chose
  • On n'aime pas: À peu près tout

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer