Docteur Strange: sacré tour de magie ***1/2

Avec Benedict Cumberbatch qui tient le rôle-titre, Docteur... (Fournie par Disney/Marvel)

Agrandir

Avec Benedict Cumberbatch qui tient le rôle-titre, Docteur Strange offre des personnages étoffés, tout en étant visuellement spectaculaire et terriblement amusant.

Fournie par Disney/Marvel

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Docteur Strange était attendu de pied ferme. Parce que la présence imposante d'acteurs «sérieux» induisait la promesse d'une évolution, à défaut d'une révolution à la Deadpool, dans la formule Marvel. C'est le cas. Le drame fantastique de Scott Derrickson propose des personnages étoffés et des thèmes substantiels, tout en étant visuellement spectaculaire et terriblement amusant.

Le Strange en question, interprété par un Benedict Cumberbatch avec autant de détachement amusé que d'intensité, est un neurochirurgien terriblement imbu. Jusqu'à ce qu'un accident d'auto lui fasse perdre l'usage de ses mains.

Il entreprend alors un long chemin de Damas, permettant de cerner l'arrogance du personnage, qui le conduit jusqu'au Népal. Il entre dans un mystérieux sanctuaire, dirigé par l'Ancien (fascinante Tilda Swinton), secondé par Mordo (Chiwetel Ejiofor), où l'apprentissage des arts mystiques devrait lui permettre de guérir. 

Il comprendra rapidement, à son corps défendant, que son don inné serait mieux utilisé à la survie du monde qu'à reprendre sa carrière. Le méchant Kaecilius (Mads Mikkelsen) risque de faire tomber la Terre du côté obscur dans sa quête d'immortalité.

Cette lutte de pouvoir est servie dans un écrin d'effets visuels kaléidoscopiques qui sont non seulement de véritables oeuvres d'art d'une beauté stupéfiante, mais au service du récit. C'est rare. L'humour pince-sans-rire et un peu décalé de Strange ajoute une autre tranche de fantaisie.

Mais on notera surtout l'effort de redéfinir la notion de superhéros. Les bons n'ont pas de pouvoirs qui proviennent de leur statut divin, d'une mutation ou de la technologie. Leur force magique provient de leur esprit. Et ils ne détruisent ni ville ni ne déciment la population.

Même s'il propose des réflexions intéressantes sur les notions de temps et d'espace, de vie et de mort, voire sur la rédemption d'un homme rongé par son ambition et son égocentrisme, Docteur Strange n'est pas, on s'en doute, un conte philosophique pour autant. On peut lui reprocher la superficialité de l'approche, mais ça demeure déjà surprenant pour un divertissement du genre. À l'inverse, les personnages principaux démontrent une complexité parfois paradoxale.

Quant à la trame du récit, il s'agit d'une variation, plutôt bien réussie quand même, sur les mêmes thèmes, en particulier celui de l'habituel combat du Bien contre le Mal. Mais celui-ci devient presque accessoire, même dans l'extravaganza finale.

Car le combat que livre Strange contre la nature de son individualisme, même si nous en connaissons la conclusion, a une profonde résonance. Abandonner ses certitudes et une partie de son libre arbitre pour le bien commun est un sacrifice que peu sont capables d'accomplir...

La réussite de Docteur Strange est un peu étonnante étant donné que la moyenne au bâton de Scott Derrickson (Sinistre) est très faible. Le spécialiste des films d'horreur livre pourtant la marchandise de façon convaincante, misant sur une caméra nerveuse et des ellipses pour empêcher le récit de s'enliser.

Une remarque en terminant. Bien que l'univers de Docteur Strange ait précédé celui des Star Wars, les ressemblances thématiques sont telles qu'il serait trop long, ici, de les mettre en évidence. Ce qui induit une familiarité qui a parfois des airs de déjà-vu. C'est un peu agaçant, mais pas assez pour gâcher le plaisir.

Au générique

  • Cote : *** 1/2
  • Titre: Docteur Strange
  • Genre: drame fantastique
  • Réalisateur: Scott Derrickson
  • Acteurs: Benedict Cumberbatch, Tilda Swinton et Chiwetel Ejiofor
  • Classement: général
  • Durée: 1h55
On aime: des enjeux humains, le bon usage des effets spéciaux, la distribution toutes étoiles

On n'aime pas: toujours un peu la même recette, certains dialogues creux

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer