Les Trolls ou l'hymne à la joie version Dreamworks

Les Trolls, ces joyeuses figurines aimées des enfants... (Fournie par Dreamworks)

Agrandir

Les Trolls, ces joyeuses figurines aimées des enfants du monde entier pendant des décennies, ont maintenant leur film musical.

Fournie par Dreamworks

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Dansez, chantez, embrassez-vous! Les Trolls, le nouveau film d'animation des studios DreamWorks qui arrivera sur nos écrans le 4 novembre, est une comédie musicale survitaminée, véritable hymne au bonheur et à la bonne humeur.

Après le gentil monstre Shrek, et le panda gourmand et adepte de kung fu, le géant américain de l'animation revient avec une ribambelle de poupées miniatures roses, bleues, multicolores, pailletées d'argent ou d'or, à la tignasse dressée sur la tête, qui font des câlins toutes les heures, chantent, se trémoussent et ne conçoivent la vie que dans la fête et la bonne humeur.

«C'est ici que nous allons créer notre monde, il y a tout: de l'air frais, de l'eau claire et une bonne acoustique», annonce d'emblée le patriarche des Trolls.

Ces joyeuses figurines insouciantes, qui étaient des poupées appréciées des enfants du monde entier dans les années 60 à 90, ont pourtant des ennemis de taille, les Bergens, des géants tristes et agressifs qui ne rêvent que d'une chose, dévorer un Troll et accéder ainsi à la joie de vivre.

Un seul Troll, Branch, dont la voix est celle de l'acteur et chanteur Justin Timberlake en version originale (et de M. Pokora pour la version française), inquiet d'une possible attaque de Bergens, se refuse à faire la fête.

Quand le pire arrive, c'est vers lui que la princesse Poppy, qui a la voix de la chanteuse Anna Kendrick (celle de Louane Emera pour la version française), se tourne pour l'aider à venir en aide à ses amis.

Il est aussi morose qu'elle est pétillante, aussi pessimiste et méfiant qu'elle croit en la bonté de chacun. Ces deux extrêmes vont s'allier pour le meilleur et pour...le meilleur.

Chansons des années 80

Résolument optimiste et joyeuse, cette comédie musicale animée, qui au passage revisite le conte de Cendrillon et distille des hits musicaux réinterprétés des années 80 - True Colors de Cyndi Lauper, Hello de Lionel Ritchie, Total Eclipse of the Heart de Bonnie Tyler, September de Earth, Wind & Fire -, est une explosion de couleurs acidulées en 3D. 

Justin Timberlake a écrit et interprète plusieurs chansons de la bande originale du film, notamment le hit Can't Stop the Feeling, dont la vidéo officielle a déjà été vue plus de 245 millions de fois sur YouTube.

En présentant les premiers extraits du film au Festival de Cannes, en mai, le patron de DreamWorks, Jeffrey Katzenberg annonçait «de petits moments irrévérencieux et subversifs». Un extrait montrait ainsi un Troll épouvanté faire des crottes en forme de cupcake. Un autre pète des paillettes pour faire diversion.

Et puis, bonté et bonne humeur l'emportent sur le pessimisme et la violence. Effectivement subversif par les temps qui courent.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer