Dany Boon, le roi de la comédie

Dany Boon... (La Presse canadienne, Frank Gunn)

Agrandir

Dany Boon

La Presse canadienne, Frank Gunn

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À une époque de désertion cinématographique, Dany Boon remplit les salles. Même chose pour ses spectacles comiques solos. En France, l'héritier d'une longue lignée de bouffons est le roi de la comédie en titre. L'homme n'a pas la verve acidulée d'un Coluche ou les grimaces tordues d'un De Funès. Un talent naturel, certainement. Mais aussi une ardeur au travail presque maniaque. Le succès de Bienvenue chez les Ch'tis et autres longs métrages n'est pas le fruit du hasard - c'est aussi un perfectionniste «presque obsessionnel» qui s'assume.

L'homme de 50 ans n'arrête jamais. Même s'il le souhaite. D'ailleurs, il n'était pas très enclin à faire Radin!, son récent film, déjà succès millionnaire après une seule semaine en France. Daniel Hamidou, de son vrai nom, n'a pu se résoudre à laisser passer l'occasion de jouer ce grippe-sou qui, comme Harpagon dans L'avare, chérit son argent au détriment de tout le reste. Un homme qui ne lui ressemble pas du tout, jure le sympathique acteur, humoriste, réalisateur, musicien, producteur et père de cinq enfants, en entrevue au Soleil.

Q Votre filmographie donne le tournis. Êtes-vous hyperactif?

R J'ai l'impression. Je n'arrête pas de dire que je vais arrêter (rires). Je fais un one-man-show en ce moment pour fêter mes 25 ans de carrière. Mais, en même temps, quand j'ai lu la [version définitive] du scénario de Radin!, je me suis dit que je ne pouvais pas ne pas le faire. Tout s'enchaîne. Après, il va y avoir une grande période où je vais foutre la paix aux gens (rires).

Q Qu'est-ce qui vous attirait dans ce film de Fred Cavayé?

R Au début, je trouvais que ce n'était pas assez abouti et j'ai décliné. Un an après, j'ai lu la nouvelle version. J'ai été séduit par la drôlerie et le burlesque du film. Ça va assez loin, ce qu'on voit plus rarement dans les comédies actuelles. Et puis la bascule dans les scènes d'émotion, le fait de passer du rire aux larmes. C'était très plaisant.

Q Parlant de ce registre plus dramatique, vous n'aimeriez pas jouer dans un véritable drame?

R Éventuellement. Pour l'instant, je trouve important de respecter mon talent comique et de le mettre au service de films qui divertissent. Je trouve que le monde est assez dramatique comme ça sans en rajouter. J'aime bien en voir, mais j'ai besoin de faire rire. Ce compromis [comme Radin!] me plaît beaucoup, il y a des moments dramatiques très forts. J'aime bien passer de l'un à l'autre dans la même histoire.

Q Vous venez d'une famille modeste, mais gagnez de très gros cachets pour vos films. Quel est votre rapport à l'argent?

R Il est très sain - je le dépense facilement. Même quand j'en avais pas, je le dépensais facilement (rires). J'ai aucun souci de ce côté-là. J'ai même monté une fondation qui reverse toutes les recettes des produits dérivés de mes films à des associations caritatives. Je fais réellement ce que mon personnage prétend faire [pour expliquer son avarice]. Il n'y arrive pas. Dans la vie, c'est souvent comme ça: on ne change pas, on apprend à vivre avec ses défauts, en essayant de les limiter.

Une scène de Radin!... (Fournie par AZ Films) - image 2.0

Agrandir

Une scène de Radin!

Fournie par AZ Films

Q Vous êtes, entre autres choses, musicien. Votre personnage joue dans un orchestre. Avez-vous appris le violon?

R Oui. Je joue de la guitare et du piano, mais j'ai appris le violon chaque jour pendant trois mois avec Sarah Nemtanu, qui est le premier violon de l'Orchestre national de France. Au début, la production voulait seulement que j'apprenne l'archet. J'ai dit: non, non, je veux savoir placer les doigts, même si je joue faux et que je suis doublé après. J'avais besoin que ce soit crédible. Sarah venait à peine de sortir de dépression, c'était compliqué pour elle. Elle peut maintenant regarder une photo de violon sans pleurer, mais ma photo, c'est pas possible (rires).

Q Qu'est-ce qui se passe avec votre projet de suite à Bienvenue chez les Ch'tis?

R Ça fait depuis 2011 que je travaille sur un projet qui se passe dans le Nord [d'où il est originaire] et à Paris. Ce n'est pas une suite, mais ça se passe en ch'tis. Je vais normalement le tourner en 2017 pour qu'il sorte en 2018. C'est en route. Ça fait plusieurs fois que je retravaille le scénario. J'y vais tranquillement, mais je vais sûrement le faire.

Q Donc, vous ne serez pas en pause tant que ça...

R Je n'arrive pas à rien faire. Il faut au moins que j'écrive.

Q Qu'est-ce qui vous fait courir?

R Je ne sais pas. Je me suis posé la question. Mais je trouve que c'est une chance quand on réussit dans ce métier. Je suis perfectionniste d'une manière obsessionnelle. Quand on l'est, dans ce métier, on peut retravailler sans cesse et ça peut aller très loin. Je ne m'en plains pas.

Q Y a-t-il tout de même un projet de rêve que vous aimeriez réaliser?

R J'ai très envie d'écrire pour le théâtre. Ça reste un rêve pour le moment pour des questions de disponibilité, mais ça va se faire.

Q Et comment faites-vous pour la conciliation travail-famille?

R J'essaie au maximum. Je fais tout pour privilégier le temps que je passe avec mes enfants. Je fais très attention à être totalement disponible et à les amener faire des trucs. Il n'y a pas longtemps, je suis allé à Six Flags Magic Mountain avec mon fils de huit ans pour faire tous les manèges, parce qu'il est dingue de ça. Moi, ça me rend malade, mais j'y vais quand même parce que ça le rend super fier que je sois avec lui. [...] On est revenu [vivre] à Los Angeles parce que les enfants sont très attachés au Lycée français et à leurs amis. C'est compliqué, surtout pour voyager. Mais bon, avec ma femme, on a décidé de privilégier le bien-être des enfants. On fait des trucs que nos parents n'auraient pas faits pour nous, je crois.

Radin! prend l'affiche vendredi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer