La fille du train: à travers les brumes ***

Emily Blunt défend son rôle avec brio. Son... (Fournie par Universal)

Agrandir

Emily Blunt défend son rôle avec brio. Son jeu, expressif mais nuancé, permet de mesurer la détresse de Rachel, mais aussi sa duplicité.

Fournie par Universal

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Tate Taylor n'est pas David Fincher, tant s'en faut. Et Paula Hawkins n'est pas Gillian Flynn. La fille du train ne peut donc pas être Les apparences (Gone Girl) 2 - il souffrirait de la comparaison. Une fois ceci accepté, on peut le regarder pour ce qu'il est : un amalgame de suspense et de drame psychologique dont les pièces du puzzle se déposent lentement, mais sûrement. Mais surtout un film porté par une extraordinaire performance d'Emily Blunt dans le rôle-titre.

Anna (Rebecca Ferguson) vit avec l'ex-mari de Rachel,... (Fournie par Universal) - image 1.0

Agrandir

Anna (Rebecca Ferguson) vit avec l'ex-mari de Rachel, avec qui elle a un enfant.

Fournie par Universal

Lorsque Megan (Haley Bennett) disparaît, une question se... (Fournie par Universal) - image 1.1

Agrandir

Lorsque Megan (Haley Bennett) disparaît, une question se pose: Rachel a-t-elle commis l'irréparable?

Fournie par Universal

L'adaptation d'Erin Cressida Wilson respecte les grandes lignes du roman d'Hawkins. La grande difficulté était de transposer un récit qui est narré par les trois personnages féminins: Rachel (Emily Blunt), Anna (Rebbeca Ferguson) et Megan (Haley Bennett).

L'intrigue de La fille du train est une question de point de vue, a priori celui de Rachel. Dépressive et alcoolique, la professionnelle ne s'est jamais remise du départ de son mari Tom (Justin Theroux), qui vit maintenant avec sa maîtresse Anna. Leur bébé est gardé par Megan, une voisine.

Chaque jour, Rachel passe en train à l'arrière de son ex-domicile, faisant semblant d'aller travailler. Rongée par la jalousie, elle observe ce qu'elle a perdu. Elle aperçoit aussi, parfois, Megan et son mari sur leur balcon, fantasmant à distance sur leur amour parfait - qui est loin de l'être...

Un matin, elle voit Megan embrasser un autre homme, ce qui déclenche une énorme colère, qu'elle noie dans l'alcool. Le même soir, Megan disparaît. Le lendemain matin, Rachel se réveille couverte de sang et avec aucun souvenir de ce qu'elle a fait - a-t-elle commis l'irréparable?

Tate Taylor (La couleur des sentiments) a choisi d'imbriquer les perspectives en utilisant la voix hors champ et les retours en arrière successifs. Ceux-ci nous permettent d'en apprendre un peu plus sur chacune des trois femmes : le sentiment de culpabilité et la honte de la femme qui boit; la fuite en avant de la gardienne, une mythomane qui trompe son ennui dans les aventures; la soumission de la femme à la maison.

Le réalisateur s'intéresse plus à l'aspect psychologique et aux motivations des personnages qu'à maintenir le suspense, qui se perd parfois à travers les brumes de la banlieue new-yorkaise et les vapeurs d'alcool des beuveries de Rachel.

Celle-ci est défendue avec brio par Emily Blunt (Sicario), qui donne une épaisseur à son personnage (les autres sont plutôt unidimensionnels). Son jeu, expressif mais nuancé, permet de mesurer la détresse de Rachel, mais aussi sa duplicité. Ses mensonges viennent suffisamment brouiller les pistes pour qu'on se demande qui croire - ne dit-elle pas au début qu'elle a une imagination débordante?

Évidemment, le troisième acte, un peu trop chargé et parfois difficile à croire, nous révèle le portrait global, avec une twist juste assez intéressante. Le fait est que ce n'est pas tant, ici, le whodunnit qui importe que les trajectoires des trois femmes et les thèmes abordés (alcoolisme, adultère, violence psychologique, etc.).

Ceux qui espèrent un suspense violent resteront sur leur appétit. Même chose pour ceux qui ont lu le livre. Les autres vont apprécier le trajet même si la destination ne remplit pas toutes ses promesses.

***

Au générique

Cote: ***

Titre: La fille du train

Genre: drame policier

Réalisateur: Tate Taylor

Actrices: Emily Blunt, Haley Bennett et Rebbeca Ferguson

Classement: 13 ans et plus

Durée: 1h52

On aime : le formidable jeu nuancé d'Emily Blunt, les thèmes abordés 

On n'aime pas: un manque de rythme, un troisième acte pas toujours crédible

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer