Dieu, le travail et l'Amérique, selon Morgan Freeman

Morgan Freeman incarne Ilderim dans Ben-Hur.... (Photo fournie par Paramount Pictures)

Agrandir

Morgan Freeman incarne Ilderim dans Ben-Hur.

Photo fournie par Paramount Pictures

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Morgan Freeman, monument de Hollywood à la voix de velours, qui joue dans une nouvelle version survoltée de Ben-Hur en 3D, garde la tête froide à l'évocation de son impressionnante carrière.

Depuis ses débuts comme figurant dans Le prêteur sur gages (1964), la filmographie de l'acteur s'est allongée jusqu'à 79 titres.

Ils ont collectivement généré 4,3 milliards $ au box-office, soit presque autant que les recettes combinées de tous les films d'Al Pacino et Robert De Niro.

Freeman, 79 ans, a été nommé cinq fois aux Oscars mais a dû attendre 2005 pour décrocher une prestigieuse statuette : celle du meilleur second rôle grâce au film de Clint Eastwood, Million Dollar Baby.

Beaucoup à Hollywood estiment qu'il aurait dû remporter celle du meilleur acteur pour son interprétation magistrale d'Ellis Boyd «Red» Redding, un détenu désabusé dans Les évadés (1995), peut-être sa prestation la plus unanimement saluée.

Cet acteur prolifique est apparu dans des comédies comme Ted 2, des superproductions de science-fiction façon Batman Begins ou The Dark Knight ou des thrillers à succès comme Seven de David Fincher.

Il collabore régulièrement avec Clint Eastwood, pour lequel il a campé l'ex-figure de la lutte anti-apartheid devenue président d'Afrique du Sud, Nelson Mandela (Invictus, 2009).

Dans Ben-Hur, qui sort le 7 septembre en France, Freeman se glisse dans la toge d'un chef nubien.

Lors d'une table ronde pour la sortie de la nouvelle version du mythique péplum avec Charlton Heston, les journalistes lui ont demandé s'il avait prodigué des conseils à Rodrigo Santoro, l'acteur brésilien qui incarne Jésus.

Morgan Freeman... (PHOTO AFP) - image 2.0

Agrandir

Morgan Freeman

PHOTO AFP

Jouer Dieu, «pas si dur»

Car Freeman, né à Memphis dans le Tennessee (sud), a interprété Dieu dans la comédie potache Bruce Tout-Puissant (2003).

«Jouer les divinités n'est pas si dur, si vous voulez tout savoir», a-t-il répondu.

«Les gens disent : "Oh! vous avez joué Dieu. Comment vous êtes-vous préparé? En allant à l'église, peut-être?"» a-t-il raconté avant de se couvrir le visage des mains, l'air affligé.

Et de répondre : «Non. En lisant le foutu script, c'est comme ça qu'on se prépare.»

C'est en résumé ce qu'il répète en permanence aux questions sur ses rôles multiples, de professeur de neurologie (Lucy) à ministre de la Justice (la série Madam Secretary) ou autre.

«C'est juste un travail», poursuit Freeman-les-pieds-sur-Terre. «C'est ce que nous faisons, nous, les acteurs.»

«Quand on a autant de chance que moi, de temps en temps, on tombe sur un rôle extraordinaire», ajoute-t-il.

Dans Ben-Hur, il donne la réplique à Jack Huston - un acteur «sééééduisannnnt!», selon Freeman - qui redonne vie au légendaire prince juif trahi par son frère et qui devient champion de courses de chars dans les arènes de Jérusalem.

La version 2016 de cette saga de rivalité fraternelle et de rédemption, réalisée par Timur Bekmambetov, s'attaque à l'un des films phares de l'histoire de Hollywood.

Le Ben-Hur de William Wyler, sorti en 1959, fut un temps le film le plus cher de l'histoire de Hollywood avec le plus vaste plateau de tournage jamais vu. Il a raflé 11 Oscars.

Freeman, qui pense que l'humanité a «inventé Dieu», estime qu'une histoire aussi religieuse que celle de Ben-Hur mérite d'être racontée, plusieurs fois s'il le faut.

«Il y a beaucoup de choses dans cette histoire dont nous pouvons apprendre, nous, les humains : la rédemption, la tolérance, le pardon, l'amour», juge-t-il.

S'il se définit comme agnostique, Freeman garde dans sa bibliothèque les grands textes religieux comme le Coran et la Bible, et a prêté sa voix à plusieurs documentaires sur la foi.

Ce démocrate, gros donateur pour la campagne de réélection de Barack Obama en 2012, et qui finance localement des initiatives contre le racisme, puise dans le vocabulaire religieux pour parler de la campagne présidentielle cette année, où l'immigration est un des sujets à controverses.

«L'espérance, c'est la signification de l'Amérique», a-t-il dit à l'AFP avec son célèbre regard pétillant. «Nous allons finir par réaliser qui nous sommes, en tant que peuple, et du côté de Dieu.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer