Mon ami Dino: bas les masques ***

Tour à tour vibrant et touchant, Dino Tavarone... (Fournie par L'Atelier)

Agrandir

Tour à tour vibrant et touchant, Dino Tavarone sait jouer de son instrument comme un virtuose, atteignant chaque note avec la confiance de celui qui interprète une partition qu'il connaît sur le bout des doigts: la sienne.

Fournie par L'Atelier

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Mon ami Dino est un étrange objet cinématographique qui se base sur la réalité pour tenter de nous faire avaler un gros mensonge - une fiction qui se dissimule sous les habits du documentaire. Et ça marche. Ce faisant, Jimmy Larouche livre un portrait authentique et touchant de l'acteur Dino Tavarone. Mais le réalisateur joue aussi avec les sentiments du spectateur...

Puisque le réalisateur québécois réfute la dénomination documentaire, utilisons docudrame. Mon ami Dino est présenté comme un drame en trois actes qui documente la progression fulgurante d'un cancer chez un acteur vieillissant - Dino Tavarone, évidemment.

L'homme vit d'abord dans le déni, comme en témoigne son agente Ginette Achim, qui le décrit comme un effronté et un clown, mais aussi un être sage et bon. Le fascinant film suit Dino et son chien Pipingo dans leur quotidien, maintenant composé de visites en milieu hospitalier, et s'avère une bonne occasion de revenir sur son parcours depuis sa sortie de prison alors qu'il devient une vedette instantanée grâce à la série télé Omertà (1996). Tavarone y jouait Scarfo, un parrain de la mafia.

Après avoir refusé de révéler sa maladie à ses proches, l'homme finit par se confier à certains, ce qui ne va pas sans un certain voyeurisme... On vous laisse découvrir la suite.

L'histoire n'a rien de bien original, la forme, si, pour laquelle j'ai tout de même de grosses réserves (voir plus bas). L'intérêt de Mon ami Dino réside surtout dans la performance livrée par Dino Tavarone. À 72 ans, l'acteur sait fort bien qu'il s'agit probablement de son dernier tour de piste et il n'a pas l'intention de rater sa sortie.

Tour à tour vibrant et touchant, le diable d'homme sait jouer de son instrument comme un virtuose, atteignant chaque note avec la confiance de celui qui interprète une partition qu'il connaît sur le bout des doigts: la sienne. Parlant d'abondance en improvisant, Tavarone a aussi le sens de la formule inspirée, comme celle-ci: «je n'ai pas peur de mourir, j'ai peur de perdre la vie».

Les liens d'amitié qui unissent les deux hommes, et la formule utilisée, permettent certes à Larouche (Antoine et Marie) de révéler des pans intimes de son sujet, mais ils le limitent aussi à laisser dans l'ombre certaines zones que le réalisateur aurait pu explorer plus à fond - notamment la perception de Tavarone concernant sa société d'accueil.

Basé sur un mensonge

De la même façon, on peut examiner les deux côtés de la médaille de l'approche originale choisie. Cette fiction qui emprunte les habits du documentaire se rapproche de l'essence du cinéma-vérité. Ce qui permet donc une proximité avec Dino Tavarone, l'homme, qui est bien réel.

Mais quoi qu'en disent le réalisateur et son acteur, Mon ami Dino repose bel et bien sur un mensonge. Le film joue carrément avec les émotions du spectateur. Un procédé pour le moins discutable.

Évidemment, on peut argumenter longtemps sur la question de la représentation dans la réalité - chacun joue un rôle en société. Sur les frontières poreuses entre la vérité et la fiction. Là n'est pas l'essentiel. Jimmy Larouche me disait, en entrevue, que son film suscite des émotions, ce qui est l'essence de son long métrage. Fort bien. À mon avis, ce qui importe, pour paraphraser Godard, ce n'est pas de susciter juste des émotions, mais des émotions justes.

Au générique

  • Cote: ***
  • Titre: Mon ami Dino
  • Genre: docudrame
  • Réalisateur: Jimmy Larouche
  • Acteurs: Dino Tavarone, Sasha Migliarese et Michel Côté
  • Classement: général
  • Durée: 1h24
On aime: l'approche, la partition jouée par Tavarone

On n'aime pas: la manipulation, le manque de distance

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer