Le goût des merveilles: un film pur bonheur ***1/2

En présentant dans Le goût des merveilles un... (Fournie par Axia Films)

Agrandir

En présentant dans Le goût des merveilles un personnage principal autiste (Benjamin Lavernhe), le réalisateur Éric Besnard fait autant un éloge de la différence qu'il lance une invitation au spectateur à retrouver son coeur d'enfant.

Fournie par Axia Films

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Éric Besnard aurait royalement pu se planter avec Le goût des merveilles. D'abord parce que ce n'est pas dans son style habituel, ensuite parce qu'un film dont le personnage principal est un autiste (léger) présente des risques élevés de tomber dans les clichés à la pelletée. Mais le réalisateur français a su éviter les nombreux pièges du drame sentimental et livrer un long métrage touchant, d'une magnifique facture et porté par deux interprètes absolument convaincants.

Dans ce long métrage plein de bons sentiments, mais d'une sincérité non feinte, Louise (Virginie Efira) est forcée d'héberger Pierre (Benjamin Lavernhe), après l'avoir renversé en voiture à proximité de sa résidence. La veuve monoparentale peine à joindre les deux bouts avec son exploitation arboricole, et à réfréner les envies de son voisin...

Jusqu'à ce que Pierre fasse irruption dans sa vie - ce dont elle n'a vraiment pas besoin, d'autant que l'animal s'incruste... Plein de tics et de manies étranges, il se révèle néanmoins attachant, surtout auprès de ses deux enfants. Elle découvre après un temps que l'autiste atteint du syndrome d'Asperger a beau être étrange, il peut aussi lui venir en aide grâce à son génie des chiffres. Mais il est recherché par les autorités, qui veulent l'interner...

La personnalité de Pierre en fait un personnage singulier: il livre le fond de sa pensée avec candeur et n'a aucun intérêt pour l'argent. Louise n'est pas moins intéressante. Blessée par la vie, la trentenaire tente vaillamment de maintenir sa famille à flot même si sa barque fuit de partout...

En posant un regard humain et sensible sur ce duo improbable, Besnard fait autant un éloge de la différence qu'il lance une invitation pressante au spectateur à retrouver son coeur d'enfant. Le regard que Pierre pose sur la nature provençale est magnifié par la très belle cinématographie de Philippe Guilbert et les pièces au piano de Christophe Julien. Même chose pour les gros plans de ses mains qui effleurent des objets, avec beaucoup de sensualité.

D'ailleurs, même s'il aborde indirectement le thème maintes fois rabâché de l'amour impossible, Le goût des merveilles pose un regard oblique et pertinent sur la pudeur et le romantisme qui conduisent à la montée du désir.

Le goût des merveilles s'avère une surprise parce que Besnard a surtout oeuvré dans le polar comme scénariste (Le convoyeurMade in France) et aussi comme réalisateur, avec moins de succès. Son film, assez convenu et d'une forme classique, est tout de même porté par une réelle poésie. Elle s'exprime autant par les images que par la façon que le cinéaste a de nous faire entrer dans la tête de Pierre - il y a un fort travail sur le son, l'homme étant sensible au bruit, qui traduit admirablement son sens des perceptions.

Besnard doit un fier coup de chapeau à ses interprètes. Virginie Efira, très bonne dans Caprice - (Emmanuel Mouret), démontre qu'elle a aussi un bon registre dramatique et pas seulement une belle plastique. Mais la véritable révélation est Benjamin Lavernhe. Dans un rôle où il aurait été facile d'en faire trop, sa retenue sensible et son intériorité frémissante s'avèrent d'un naturel confondant et attachant.

Un film pur bonheur, comme dit l'OLF pour traduire feel good movie.

Au générique

  • Cote: ***1/2
  • Titre: Le goût des merveilles
  • Genre: drame sentimental
  • Réalisateur: Éric Besnard
  • Acteurs: Virginie Efira et Benjamin Lavernhe
  • Classement: général
  • Durée: 1h37
On aime: la dynamique des acteurs, la touche sensible de la réalisation, la poésie visuelle 

On n'aime pas: assez convenu, somme toute

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer