• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Cinéma 
  • > Des bisons tués pour les besoins d'un film tourné en Alberta? 

Des bisons tués pour les besoins d'un film tourné en Alberta?

Les animaux étaient destinés à être abattus, selon... (Collaboration spéciale, Jean-Sébastien Massicotte)

Agrandir

Les animaux étaient destinés à être abattus, selon Studio 8, et une entreprise de produits de boeuf séché avait été contractée pour racheter la viande.

Collaboration spéciale, Jean-Sébastien Massicotte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Chris Purdy
La Presse Canadienne

Des agents spécialisés dans le bien-être des animaux tentent de déterminer si plusieurs bisons ont été tués pour que leurs carcasses figurent dans un film américain, The Solutrean, tourné en Alberta.

L'entreprise établie en Californie qui produit le film, Studio 8, a indiqué qu'elle procède également à des vérifications à l'interne, mais qu'aucune preuve ne confirme pour l'instant les allégations.

Les animaux étaient destinés à être abattus, selon Studio 8, et une entreprise de produits de boeuf séché avait été contractée pour racheter la viande.

L'entreprise américaine a ajouté que deux représentants de l'association American Humane étaient présents sur le plateau de tournage du film, en avril, pour s'assurer que l'équipe de Studio 8 ne violait aucune des règles fixées par leur organisation.

Un porte-parole de l'association, Scott Sowers, a indiqué par courriel que celle-ci avait demandé à un enquêteur indépendant de se pencher sur la requête.

Tuer un animal pour un film est strictement interdit, a-t-il ajouté.

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de l'Alberta avait reçu une plainte lors du tournage du film, dans la région de Drumheller.

Le porte-parole de Studio 8, Roland Lines, a répondu que le groupe n'avait aucune autorité juridique pour enquêter, puisqu'aucun élément n'indiquait que l'animal avait souffert en étant abattu. La plainte avait alors été transmise à ses collègues, aux États-Unis.

«Acheter une carcasse à un producteur de viande est correct», a dit Roland Lines, sans vouloir préciser qui a déposé les allégations pour des raisons de confidentialité.

Celui qui était le propriétaire du bison, l'éleveur John Scott, n'a pas pu commenter l'affaire, puisqu'il est lié par une clause de confidentialité à Studio 8.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer