L'été Guillaume Lemay-Thivierge, prise deux

En 2007, Guillaume Lemay-Thivierge était la tête d'affiche des deux productions... (Photo fournie par Les Films Séville)

Agrandir

Photo fournie par Les Films Séville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En 2007, Guillaume Lemay-Thivierge était la tête d'affiche des deux productions québécoises qui ont fait exploser le box-office : Nitro et Les 3 p'tits cochons. C'est encore le cas cet été, avec les suites des deux films, un phénomène rare au cinéma québécois. Le Soleil en a discuté avec le populaire artiste multidisciplinaire, qui n'a pas la grosse tête pour autant, ainsi que du tournage des P'tits cochons, qu'il compare à une récréation.

Guillaume Lemay-Thivierge reprend le rôle du naïf Christian,... (Photo fournie par Les Films Séville) - image 1.0

Agrandir

Guillaume Lemay-Thivierge reprend le rôle du naïf Christian, qui tombera en amour pour la première fois à 38 ans. 

Photo fournie par Les Films Séville

Q Qu'est-ce que ça te fait d'être la vedette des gros films québécois de l'été?

R J'en parlais ce matin [mardi] avec mon amoureuse. Que quand tu vis quelque chose comme ça, tu ne le vois pas vraiment, tu ne t'en rends pas compte. Il y a un ami qui m'a envoyé une photo prise à Saint-Jérôme [sa ville natale], les deux affiches se font face. C'est un peu surréaliste, ça me fait rire. Je ne le vois pas comme : ah! je réussis ma carrière. Je suis heureux et fier de ce beau hasard. Je suis plus comme un enfant. Ma vraie réussite, c'est que je travaille et que je gagne ma vie avec ça, le fait que les gens me proposent de beaux projets et que je puisse choisir.

Q Comment as-tu abordé ces rôles que tu as déjà joués?

R Par chance, dans Les 3 p'tits cochons, c'est assez précis. Tu te remets dans les bottines d'un autre, un gars naïf. C'est très naturel et c'est vraiment le fun. Il y a des personnages qui peuvent être un peu plus lourds à rejouer. Nitro, c'est intense. La dureté dans le regard, la voix grave, la façon de bouger et d'agir. Tandis que l'autre, il y a un côté plus ludique. C'est rare qu'on puisse le faire, et j'ai aucun préjugé sur les suites. Il y a des films où tu as le goût de revoir les personnages, autant pour la production que pour le public.

Q J'imagine que filmer avec Paul Doucet et Patrice Robitaille a été une vraie partie de plaisir?

R Ça a été tellement agréable. Le déchiffrage a déjà été fait, t'as pas à apprendre à te connaître, à t'apprivoiser... T'es pas nerveux. Il n'y avait personne non plus [qui était] inquiet de sa façon d'être ou de jouer. C'est agréable, c'est drôle, le réalisateur aime les acteurs, il est ouvert aux propositions. On avait l'opportunité de prendre le temps de bien faire les choses pour trouver la magie, l'émotion particulière, ce qui est plutôt rare de nos jours. Ça a été du gros plaisir.

Q Justement, qu'est-ce que Jean-François Pouliot (La grande séduction) a pu amener dans cet univers comme réalisateur?

R J'avais plus l'impression de faire un film très inspiré des 3 p'tits cochons qu'une suite. Jean-François travaille d'une façon tellement différente de Patrick [Huard]... Il n'y a pas de comparaison à faire. Mais Jean-François donne l'impression d'être un gamin qui regarde son émission préférée dans son moniteur. Il rit quand c'est drôle, il est triste quand c'est émotif... Il est passionné. Je te le dis, c'est injuste, c'est une véritable récréation. Mais plus t'es heureux, plus t'es bon, plus t'es bon, plus le film risque de marcher et toi d'en faire un autre. C'est extraordinaire comme métier.

Q Christian tombe amoureux pour la première fois, à 38 ans. Mais ça ne vient pas sans culpabilité. Comment as-tu abordé ton rôle?

R L'amour, ça ne se fabrique pas, ça se vit. C'est plus fort que toi. Je trouve ça intéressant de l'envisager sous cet angle. C'est bien beau deux célibataires disponibles qui se rencontrent, mais ce n'est pas toujours la réalité. J'ai des gens près de moi qui sont tombés en amour après qu'ils aient été trompés par leur conjoint. Tu ne peux pas contrôler ça. Comme de tomber en amour avec l'ex-femme de ton frère. Entre le fait d'être raisonnable et d'être en vie, tu choisis la vie et le bonheur. Tu ne peux pas toujours être logique et cartésien.

Q Ça prenait une grande complicité avec Sophie Prégent, surtout pour les scènes dénudées?

R Oui. Sophie et moi, on a fait Lance et compte. Ça a vraiment bien cliqué. Ça facilite tellement les choses. Tous les malaises et les inconforts pour ce genre de scènes... On s'encourageait. C'est une femme que je respecte énormément, une super actrice. [...] Je respecte énormément le fait que, pour une femme, ça peut être plus gênant. Je suis dans une situation où j'ai 40 ans, mais je me suis entraîné beaucoup pour le film. J'étais assez à l'aise. Et j'avais tout un entraînement avec Ladie's Night, dans lequel j'ai été dans plus de 400 représentations.

Les 3 p'tits cochons 2 prend l'affiche le 1er juillet, Nitro Rush, le 31 août.

Changement de ton et collaboration

Paul Doucet reprend son rôle de l'adultère en... (Photo fournie par Les Films Séville) - image 3.0

Agrandir

Paul Doucet reprend son rôle de l'adultère en série, Rémi. 

Photo fournie par Les Films Séville

Impossible de ne pas le voir : le populaire Claude Legault n'est pas de retour dans cette nouvelle mouture des 3 p'tits cochons. C'est Patrice Robitaille qui reprend le rôle de Mathieu, aux côtés de Guillaume Lemay-Thivierge (Christian) et de Paul Doucet (Rémi). Mais le changement le plus spectaculaire s'est pourtant fait derrière la caméra, avec le remplacement de Patrick Huard par Jean-François Pouliot. Son arrivée marque un changement de ton important, marqué par une plus grande implication et collaboration avec les acteurs.

De la comédie vulgaire sur «l'adultère et l'obsession des hommes pour les femmes», on est passé à une comédie dramatique qui s'intéresse à l'amour et beaucoup plus aux femmes, qui sont «moins "accessoires"» que dans le premier, estime Lemay-Thivierge. 

«Ce sont les femmes qui incarnent plusieurs thèmes importants du film, comme celles qui ont plus de succès financier que leur conjoint, les femmes qui décident de mettre un terme à une relation qui ne leur convient plus; des femmes fortes. Les hommes, eux, devront faire face à leur vraie nature et prendre de grandes décisions qui vont changer leur existence.»

Dès le départ, Paul Doucet et lui se sont impliqués dans le scénario, qui a connu plusieurs versions.

Patrice Robitaille reprend le rôle de Mathieu, interprété... (Photo fournie par Les Films Séville) - image 4.0

Agrandir

Patrice Robitaille reprend le rôle de Mathieu, interprété par Claude Legault, dans le premier film. 

Photo fournie par Les Films Séville

Pierre Lamothe et Claude Lalonde, aussi auteurs de la première mouture, se sont montrés réceptifs à certaines suggestions. Ils n'ont pas tout retenu, révèle Lemay-Thivierge, qui loue aussi la grande ouverture du réalisateur - qui a complètement changé la finale du film. «Il a pris la balle au bond.»

Celle-ci se déroule pendant le générique, alors que les trois cochons prennent un verre sur un yacht amarré. Le moment, très hilarant, est basé sur une discussion de travail sur la signification de la pansexualité - un sujet «qui est très à la mode en ce moment auprès des gens qui n'ont plus le goût d'être catégorisés. C'est un coup de force des scénaristes».

«On est arrivé, on n'avait aucun texte. On a fait trois prises de 8, 10 minutes. On faisait simplement rediscuter de ce qu'on avait discuté en répétition. C'était comme si c'était les acteurs qui donnaient leur opinion, qu'on reprenait le plaisir qu'on a eu à voir cette discussion - mais c'est improvisé de A à Z.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer