Capitaine America: un sommet ***1/2

Capitaine America : la guerre civile met la barre haut... (Fournie par Buena Vista)

Agrandir

Capitaine America : la guerre civile met la barre haut pour la suite.

Fournie par Buena Vista

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / La guerre civile (Civil War), le nouveau chapitre inspiré des bandes dessinées Marvel, représente un sommet de la franchise (si on fait exception de Deadpool, qui détonne). Spectaculaire, très bien réalisé, avec un bon sens de l'humour pour dédramatiser, il s'avère surtout un long métrage avec un récit complexe et néanmoins cohérent, qui parvient à humaniser les héros et à montrer les failles derrière les armures. Du divertissement de très haut calibre.

La guerre civile est le troisième opus avec Steve Rogers/Capitaine America (Chris Evans), après Le premier vengeur (2011) et Le soldat de l'hiver (2014). Dans les faits, il s'agit bien plus d'un film sur les Avengers. Qui se retrouvent ici divisés en deux clans autour du capitaine et de Tony Starks/Iron Man (Robert Downey Jr). 

Les deux équipes sont divisées sur la possibilité de signer un traité qui les encadrerait, à la suite de leurs affrontements responsables de nombreuses victimes collatérales. Une idée intéressante dans la mesure où les habituels films de superhéros tiennent peu ou pas compte des civils. Le clan de Capitaine America croit que la liberté d'action doit primer alors que celui d'Iron Man fait valoir l'intérêt commun (les droits individuels contre les droits collectifs, de façon un peu schématique, mais c'est déjà pas mal pour une superproduction).

Cet affrontement, causé par un secret hérité de la post-guerre froide et qui puise à même la thématique évoquée, va aussi permettre de découvrir des protagonistes plus humains, avec leurs doutes, leurs défauts et leurs passions. Un bon point. Comme si, au 13e long métrage de l'univers Marvel, le spectateur pouvait maintenant avoir un portrait global (et nuancé) des personnages qui le composent (même si de nouveaux héros font leur apparition, comme La panthère noire, très réussi). 

Ce qui est à la fois la principale qualité et le principal défaut du système mis en place. Malgré les très grandes qualités du film, on voit mal comment un néophyte pourrait s'intégrer pleinement dans cet univers autoréférencé. Il pourrait être sensible au récit, mais pas toutes les subtilités qui aident à cerner les enjeux, mais aussi à bien comprendre les motivations des personnages.

Et elles sont clairement établies. Le scénario touffu de Christopher Markus et Stephen McFeely est mené de main de maître par Anthony et Joe Russo, déjà à la barre du Soldat de l'hiver. Ce qui frappe, c'est autant leur capacité à diriger une partition à plusieurs instruments pour les faire jouer de manière cohérente que celle de chorégraphier d'époustouflantes séances d'action et de combats. L'affrontement des Avengers sur le tarmac d'un aéroport évacué est tout à fait spectaculaire. Mais leur long métrage ne sent pas le besoin de multiplier ses séquences.

Outre le fait qu'il s'agit d'un divertissement qui ne nous ennuie pas une seconde pendant 2 heures 30 qui file à la vitesse de l'éclair, La guerre civile illustre à quel point des gens bien intentionnés et liés peuvent devenir les pires ennemis lorsque leurs valeurs sont en cause. Il insiste aussi, un peu lourdement, sur le fait que même les justiciers doivent répondre des conséquences de leurs actes. Et que ceux-ci peuvent parfois les heurter de plein fouet. Capitaine America : la guerre civile est un nouveau chapitre, parce qu'il met la barre haut pour la suite, mais aussi parce qu'il s'agit du premier film de la phase trois de Marvel. À ce propos, il faut rester jusqu'à la toute fin du générique si on veut voir le voile se lever un peu sur ce qui s'en vient. Vous êtes prévenus.

Au générique

  • Cote: *** 1/2
  • Titre: Capitaine America: la guerre civile
  • Genre: science-fiction
  • Réalisateur: Anthony et Joe Russo
  • Acteurs: Chris Evans, Robert Downey Jr et Scarlett Johansson
  • Classement: général
  • Durée: 2h28
On aime: la vision d'ensemble, la psychologie plus développée et les thèmes explorés

On n'aime pas: le manque de subtilité, les trop multiples références aux autres films

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer