Le sens de la famille selon Garry Marshall

Julia Roberts et Jennifer Aniston dans une scène... (Fournie par Remstar)

Agrandir

Julia Roberts et Jennifer Aniston dans une scène de La fête des mères

Fournie par Remstar

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Los Angeles) Aux yeux de Garry Marshall, il y a encore de la place au cinéma pour des histoires à dimension humaine, qui n'ont d'autre ambition que d'émouvoir et de rendre heureux. Créateur de nombreuses séries phares de la télévision américaine des années 70 (The Odd Couple, Laverne and Shirley, Happy Days), le vétéran réalisateur est celui qui a fait de Julia Roberts une star grâce à Une jolie femme. Vingt-cinq ans plus tard, l'actrice retrouve le cinéaste qui l'a révélée au monde, le temps d'une participation dans La fête des mères (v.f. de Mother's Day), un film choral dont les têtes d'affiche sont Jennifer Aniston, Kate Hudson et Jason Sudeikis.

Garry Marshall: Vous allez écrire cet article en français? Je vous parle en français, là? Magnifique! J'ai eu l'occasion d'aller chez vous à l'époque - c'était il y a très très très longtemps - où j'accompagnais des chanteurs à la batterie. Je garde notamment de très beaux souvenirs liés à un passage à Québec. Un endroit où il y avait Saint-Jean dans le nom...

La Presse: Hum... La porte Saint-Jean ?

R Oui! C'est ça! Qu'est-ce que c'était bien!

Q Votre carrière s'étale justement sur plusieurs décennies. Après une fructueuse carrière à la télévision, vous vous êtes tourné exclusivement vers le cinéma. Qu'est-ce qui a le plus changé à Hollywood depuis que vous avez fait ce virage il y a un peu plus de 30 ans?

R Ce sont surtout les films que produisent les studios qui ont changé. Toute la place est prise par les superproductions. Je ne sais pas comment tourner avec des écrans verts et faire exploser les choses. Ça ne m'intéresse pas de toute façon. Et puis, le marketing. Tu ne réalises plus seulement un film aujourd'hui. Tu en fais quatre parce qu'il faut produire trois bandes-annonces pour trois marchés différents! Mais bon, on s'adapte. Cela dit, je ne fais pas une obsession du box-office non plus.

Q Lors d'une conférence de presse, Jennifer Aniston et Jason Sudeikis ont tous deux déclaré que vous constituez la raison principale pour laquelle ils ont accepté de jouer dans La fête des mères. Vos films mettent toujours à l'affiche de nombreuses vedettes. Qu'est-ce que les acteurs apprécient particulièrement quand ils travaillent avec vous?

R Je crois que l'indifférence est la chose qu'un acteur déteste le plus. Alors je m'arrange pour qu'aucun d'entre eux ne se sente négligé. Aussi, mon plateau est toujours ouvert aux familles des gens de l'équipe, aux amis, aux amoureux, aux amoureuses, bref, j'essaie de créer un climat convivial qui fait en sorte que l'acteur se sente bien, qu'il soit dans les meilleures dispositions possible. Qu'on le veuille ou non, ce qui se passe dans la vie personnelle d'un acteur intervient forcément dans son travail. Et puis, je fais mes devoirs.

Q C'est-à-dire?

R C'est-à-dire que je parle aux gens, que je vais vers le public dès que j'en ai l'occasion. J'aime connaître sa perception. Jennifer Aniston est la fille que tout le monde souhaiterait avoir comme meilleure amie. Même chose avec Kate Hudson, que j'ai connue toute petite, à l'époque où je tournais Overboard (La belle naufragée au Québec) avec sa mère, Goldie Hawn. Elle est devenue une actrice remarquable.

Q Après Une jolie femme, La mariée est en fuite et La Saint-Valentin, vous retrouvez Julia Roberts pour une quatrième fois grâce à La fête des mères.

R J'ai la faculté, je crois, de voir la magie chez les acteurs. Julia, c'est l'évidence même. Son sourire est devenu tellement célèbre qu'il en devient même un élément dans la narration d'un film. On doit toujours discuter du nombre de fois où elle sourira et du moment où elle le fera! On s'en amuse beaucoup. Il n'y a rien de plus magique que ce sourire.

Q Y a-t-il un lien professionnel particulier entre elle et vous? Elle répond présente dès que vous lui proposez quelque chose?

R Julia était âgée de 19 ans quand nous avons tourné Une jolie femme. Nous avons célébré ses 21 ans sur le Hollywood Walk of Fame. Oui, je crois qu'elle aime bien travailler avec moi. D'ailleurs, nous avons dû produire une bande-annonce de La fête des mères dans laquelle elle devait dire une réplique qui n'est pas dans le film. Elle trouvait cela illogique, mais elle l'a fait quand même parce que c'est moi qui lui ai demandé. Il a d'ailleurs fallu faire attention parce que le studio voulait voir Julia partout dans la bande-annonce. Or, elle n'a qu'un rôle de soutien.

Q La fête des mères est, en quelque sorte, le dernier volet d'une trilogie «festive» amorcée avec La Saint-Valentin et poursuivie avec La veille du Nouvel An. Comment se fabrique un bon film choral, d'après vous?

R Il faut équilibrer les choses de façon à ce que chaque personnage ait sa propre trajectoire. C'est le plus important à mes yeux. Une histoire doit avoir un début, un milieu et une fin. Préférablement, elle doit aussi être intéressante!

Q Vos films sont résolument optimistes. Cela correspond à votre philosophie de vie ?

R Tout à fait. La vie est déjà assez difficile comme ça, pourquoi vouloir en retranscrire la sombre réalité au cinéma? Je préfère m'attarder avec humour aux relations humaines, à l'idée de ce qu'une famille devrait être. J'aime ce que je fais. Et j'aime l'espoir.

Les frais de voyage ont été payés par Remstar.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer