Mãn de Kim Thúy sera porté au grand écran

C'est après avoir vu Kim Thúy à Tout le monde... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

C'est après avoir vu Kim Thúy à Tout le monde en parle que Jimmy Larouche a contacté l'auteure, qui lui a suggéré de lire Mãn.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Un coup de foudre artistique.» C'est la façon dont Jimmy Larouche décrit sa relation avec Kim Thúy. Le réalisateur originaire d'Alma vient d'obtenir une aide financière du Fonds Harold Greenberg pour acquérir les droits d'adaptation de Mãn, le troisième roman de la célèbre auteure québécoise. Avec trois longs métrages derrière la cravate et la réputation internationale de Kim Thúy, «je pense que tous les éléments sont en place pour que ça se fasse».

Jimmy Larouche est un gars spontané et authentique, qui carbure à la passion. C'est après avoir vu une entrevue de la romancière, qu'il ne connaissait pas, à Tout le monde en parle que le réalisateur l'a contactée. Kim Thúy lui a suggéré de lire Mãn.

«Plutôt que de lui dire comment j'avais trouvé ça, je lui ai envoyé le début du film [scénarisé]. Je pense qu'elle a aimé ma vision.» Le lendemain, l'auteure d'origine vietnamienne lui demandait de l'accompagner à Québec, où elle devait rencontrer des cégépiens. «Ça a cliqué des deux côtés.»

Le réalisateur Jimmy Larouche... (Archives Le Quotidien) - image 2.0

Agrandir

Le réalisateur Jimmy Larouche

Archives Le Quotidien

Après avoir vu Antoine et Marie (2015), drame intense à propos d'une femme qui croit avoir été agressée lors d'une soirée arrosée entre collègues mais qui n'en a aucun souvenir, «elle m'a dit que c'est moi qui tournerais [Mãn] ou bien il ne se ferait pas». 

Le troisième roman de Kim Thúy évoque l'histoire d'une jeune femme qui se retrouve mariée par l'entremise de sa mère à un restaurateur vietnamien de Montréal. Mãn va respecter les traditions et cuisiner. Le resto grandit en réputation et acquiert une réputation internationale. L'accomplissement de cette vie idéalisée va toutefois être troublé par l'arrivée de Luc...

Les droits acquis, Jimmy Larouche attend maintenant la réponse de la SODEC, d'ici deux mois, pour sa demande d'aide à la scénarisation. Viendront ensuite les dépôts de demande à la production à la SODEC et à Téléfilm. Avec trois films indépendants, «je pense que je suis rendu là».

En attendant, l'homme de 39 ans met la dernière touche à Mon ami Dino, film à très budget tourné l'an dernier, qui gravite autour de l'acteur Dino Tavarone (Omertà). Mélange de documentaire et de fiction, «plus grand public que mes précédents», il devrait être en salle à la fin de l'été, espère Jimmy Larouche.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer