La collectionneuse: la vie n'est pas un conte de fées **

En faisant le ménage, Fern (Imajyn Cardinal) trouve... (Fournie par EyeSteelFilm)

Agrandir

En faisant le ménage, Fern (Imajyn Cardinal) trouve chez une cliente un livre sur 50 façons de devenir millionnaire.

Fournie par EyeSteelFilm

Le SoleilÉric Moreault 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La collectionneuse (The Saver) est une curiosité - le troisième long métrage de Wiebke Von Carolsfeld se déroule dans le Montréal anglophone, avec des actrices francophones bien connues, tout en mettant en vedette une ado autochtone. Malheureusement, ce film plein de bonnes intentions raconte une histoire manquant de piquant, avec des rebondissements tirés par les cheveux et un manque flagrant de rythme.

Wiebke Von Carolsfeld étant originaire d'Allemagne, j'espérais que son film sorte des ornières habituelles d'un certain misérabilisme urbain typique de notre cinématographie. Vrai qu'il s'agit de l'adaptation d'un roman d'Edeet Ravel, destiné aux jeunes adultes. Ce qui explique peut-être le ton mièvre du récit de la destinée de Fern (Imajyn Cardinal).

Après le décès de sa mère, l'ado de 16 ans décide de vivre sa vie et fuit les services sociaux. En faisant le ménage, elle trouve chez une cliente un livre sur 50 façons de devenir millionnaire. Sa voie est toute tracée: elle va épargner et devenir indépendante financièrement pour ne plus avoir à nettoyer la «marde» des autres.

Ennuyeux

C'est pourtant par là qu'elle doit commencer, en devenant concierge d'un immeuble résidentiel et plongeuse dans un petit resto. Les allers-retours entre les deux lieux finissent par être redondants et guère palpitants - d'autant que les personnages secondaires sont mal exploités, dont celui de Pascale Bussières en voisine mesquine qui cache un grand coeur. Et on ne parle même pas du rôle caricatural d'Alexandre Landry. Heureusement que le sympathique oncle de Fern, joué Brandon Oakes, arrive au milieu du film pour nous sauver de l'ennui.

La réalisatrice met l'accent sur Fern, une ado farouche et trop orgueilleuse pour demander de l'aide, qui souffre du syndrome de Diogène (elle «collectionne» les choses). Sa quête d'autonomie a beau être sympathique, elle se déroule dans un cadre anecdotique et peu concevable. Tant qu'à faire, la réalisatrice aurait dû tomber dans le réalisme magique, le film aurait gagné en crédibilité. D'autant qu'elle utilise quelques raccourcis scénaristiques agaçants.

Mais, bon, les épreuves vont vite s'accumuler - la vie n'est pas un conte de fées. On aura tout de même droit à la finale plaquée et peu convaincante, à l'image de ce film à la réalisation convenue.

Seule la performance d'Imajyn Cardinal sauve un peu le morceau, malgré la faiblesse des dialogues. Si seulement on ne voyait pas aussi souvent Fern dormir... Zzzz.

Bande-annonce du film

Au générique

  • Cote: **
  • Titre: La collectionneuse
  • Genre: drame
  • Réalisatrice: Wiebke Von Carolsfeld
  • Acteurs: Imajyn Cardinal, Pascale Bussières et Brandon Oakes
  • Classement: général
  • Durée: 1h29
On aime: le duo nièce-oncle

On n'aime pas: le manque de rythme, la réalisation figée, le manque de crédibilité de l'ensemble

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer