L'âge d'or d'Hollywood concentré dans une fiole

Pour célébrer son centenaire, Technicolor a dévoilé cette semaine... (AFP, Robyn Beck)

Agrandir

Pour célébrer son centenaire, Technicolor a dévoilé cette semaine sa dernière technologie de pointe: le codage et stockage de films numérisés sur de l'ADN de synthèse.

AFP, Robyn Beck

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frankie Taggart
Agence France-Presse
Los Angeles

Technicolor, la mythique société de post-production hollywoodienne, se trouve aujourd'hui à l'avant-garde d'une révolution technologique digne d'un film de science-fiction: elle parvient à stocker un million de copies d'un vieux titre dans l'espace d'une petite fiole.

La société, dont les caméras et traitements de films «trichrome» ont donné ses couleurs aux joyaux du vieil Hollywood comme Le magicien d'Oz ou Autant en emporte le vent, célébrait cette semaine son centenaire.

Elle en a profité pour dévoiler à la presse sa dernière technologie de pointe : le codage et le stockage de films numérisés sur de l'ADN de synthèse.

Dans le site historique sur Sunset boulevard du groupe désormais passé sous pavillon français - il a été racheté par Thomson en 2000 -, Jean Bolot, vice-président de la recherche et de l'innovation, a créé l'étonnement en montrant à un parterre de journalistes une fiole grande comme un échantillon de parfum.

Elle contenait d'après lui un million d'exemplaires du film silencieux de 1902 Le voyage dans la Lune, le premier à avoir utilisé des effets spéciaux.

L'ADN (acide désoxyribonucléique) est qualifié de macromolécule, mais malgré tout infiniment petite, et invisible pour l'oeil humain : on peut en loger 90 000 dans l'épaisseur d'un cheveu et stocker ainsi un million d'exemplaires de vieux films numérisés et codés en ADN dans l'espace de quelques gouttelettes.

«Ceci, croyez-le, est ce à quoi ressemble l'archivage cinématographique du futur», assure M. Bolot en tenant la petite fiole dans sa main, avec au fond un petit peu d'eau.

Jean Bolot, vp de la recherche et de l'innovation,... (AFP, Robyn Beck) - image 2.0

Agrandir

Jean Bolot, vp de la recherche et de l'innovation, et le président Frederic Rose ont créé l'étonnement en montrant une fiole grande comme un échantillon de parfum, qui contiendrait un million d'exemplaires du film Le voyage dans la Lune.

AFP, Robyn Beck

Les scientifiques expérimentent l'ADN comme moyen de stockage depuis des années. Le projet de Technicolor s'appuie notamment sur les travaux de chercheurs de l'université d'Harvard, qui en 2012 ont réussi avec succès à stocker 5,5 pétaoctets de données, soit 5,5 millions de gigaoctets, dans un seul gramme d'ADN.

Transférer des films sur de l'ADN de synthèse présente d'énormes avantages, souligne M. Bolot, expliquant que l'archivage de tout le catalogue d'un studio d'Hollywood, qui prend actuellement des kilomètres carrés, pourrait tenir dans le volume de quelques morceaux de LEGO.

La conversion en ADN du Voyage dans la Lune a pris six semaines et des dizaines de milliers de dollars, mais Technicolor tente de peaufiner la technologie pour la rendre commercialement viable.

M. Bolot ne sait pas encore s'ils vont y parvenir, mais il pense le savoir «d'ici un an». S'ils y parviennent, ce sera vraiment «le début d'une nouvelle ère de l'archivage».

Fondé à Boston en 1915, Technicolor s'est installé à Hollywood au début des années 20 et a fait la postproduction de milliers de films depuis.

Le revenant, d'Alejandro Iñárritu, était cette année le cinquième film d'affilée récompensé par l'Oscar de la meilleure photographie dont l'image a été retouchée par des ingénieurs de Technicolor.

Richard Crudo, directeur de l'American Society of Cinematographers et lui-même directeur de la photographie de nombreux films, travaille avec les équipes de la société depuis 1978 et les qualifie d'«exceptionnelles».

Réalité virtuelle

«Avec l'adoption de la technologie numérique, il y a eu beaucoup de changements et beaucoup de sociétés s'y sont cassé les dents, mais Technicolor a réussi la transition», a-t-il expliqué.

L'innovation la plus marquante dans l'industrie du film ces dernières années a été l'émergence de la réalité virtuelle, des films souvent interactifs, mêlant images filmées et générées sur ordinateur, aujourd'hui souvent regardés avec des casques offrant une immersion à 360 degrés.

Technicolor, qui a rebondi après avoir frôlé la faillite à la fin des années 2000, a été l'un des premiers à adopter l'innovation. L'an dernier, le groupe a annoncé l'acquisition pour 295 millions $ de The Mill, le plus gros studio d'effets visuels et de création pour le secteur publicitaire.

Le portefeuille d'actifs de Technicolor comprend aussi la société d'effets spéciaux MPC, qui a travaillé avec Ridley Scott pour Seul sur Mars, et a conçu pour sa sortie un film de réalité virtuelle à 360 degrés qui met le spectateur dans la peau d'un astronaute en plein vol vers Mars.

Frédéric Rose, qui dirige le groupe depuis 2008, ne sait ce que le futur réserve à Technicolor, mais pour lui une chose est sûre : on voudra toujours se divertir.

Quelle forme cela prendra-t-il dans 100 ans? Il assure, en plaisantant, qu'un bon moyen de trouver l'inspiration est de «toujours se référer à la série d'origine de Star Trek».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer