Montréal la blanche: destination mémoire ***

Dans leur quête nocturne, Kahina et Amokrane vont... (Fournie par K-Films Amérique)

Agrandir

Dans leur quête nocturne, Kahina et Amokrane vont faire ressurgir au fil de leurs discussions leurs traumatismes de jeunesse causés par l'intégrisme.

Fournie par K-Films Amérique

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Avec un titre comme Montréal la blanche, le film de Bachir Bensaddek part avec une prise à Québec... Il faut pourtant aller au-delà: son film s'avère une fascinante plongée intime dans l'univers de musulmans «ordinaires» qui tentent de se refaire une vie au Québec, tout en étant hanté par leur passé.

Le réalisateur québécois a adapté sa propre pièce de théâtre documentaire. Au fil de l'écriture, il a abandonné plusieurs personnages pour se concentrer sur Amokrane (Rabah Aït Ouyahia) et Kahina (Karina Aktouf), deux Algériens.

Le récit se déroule le 24 décembre. Kahina veut récupérer sa fille chez son ex-mari, mais elle arrive trop tard. Compatissant, Amokrane la conduit un peu partout dans la ville à la recherche du duo. Le chauffeur de taxi a reconnu son idole de jeunesse, une chanteuse pop.

Dans leur quête nocturne, leurs discussions vont faire ressurgir leurs traumatismes de jeunesse causés par l'intégrisme. Des retours en arrière - les cauchemars d'Amokrane - permettent d'évoquer la violence sans nom et la guerre civile du milieu des années 90, qui ont poussé tant d'Algériens à fuir le pays. Mais même ici, ils doivent affronter leurs démons pour les sublimer.

La dynamique est intéressante à plus d'un titre. Alors que Kahina a tiré un trait sur son passé et tente de s'intégrer dans la modernité de sa société d'accueil, Amokrane vit mal son exil. «Vous venez vivre ici comme si vous n'étiez pas parti», le confronte, frondeuse, Kahina. L'homme prétend faire du taxi à la veille de Noël parce que c'est payant, mais, en réalité, il fuit les festivités familiales et respecte le jeûne du ramadan. Il y a aussi l'habituel fossé féminin/masculin qui les sépare, malgré leurs référents culturels.

Même s'il s'agit d'un road movie urbain, Montréal la blanche n'évite pas un certain statisme. Bachir Bensaddek fait beaucoup d'efforts pour swinguer un peu sa caméra et sortir les protagonistes du taxi, mais ce n'est pas toujours suffisant. De plus, il se passe beaucoup de choses pour un laps de temps aussi court que quelques heures...

Par contre, sa longue carrière dans le documentaire lui a servi pour son premier long métrage de fiction. Il pose un regard attentif et tendre sur ses protagonistes, avec une proximité qui respecte une certaine pudeur: Amokrane et Kahina sont à portée de voix du spectateur. Ils lui parlent évidemment d'exil.

Les deux acteurs habitent tellement leurs personnages que c'est confondant. Karina Aktouf a l'habitude de la caméra pour avoir joué dans plusieurs téléromans (de Jasmine au Gentleman, en passant par 30 vies). À l'inverse, Rabah Aït Ouyahia joue pratiquement son propre rôle...

La diversité du long métrage est plus proche de la réalité que celle qui nous est habituellement présentée dans le cinéma québécois. Et il permet d'aborder avec beaucoup de pertinence et d'aplomb les questions de cette diversité, de l'identité, de la transmission et du pays, avec un point de vue qui représente l'autre côté de la médaille. Juste pour ça, Montréal la blanche mérite d'être vu. Avec une bonne ouverture d'esprit.

***

Au générique

  • Cote: ***
  • Titre: Montréal la blanche
  • Genre: drame psychologique
  • Réalisateur: Bachir Bensaddek
  • Acteurs: Karina Aktouf et Rabah Aït Ouyahia
  • Classement: général
  • Durée: 1h29
  • On aime: le point de vue, le naturel des acteurs
  • On n'aime pas: un certain statisme, un peu de redondance

Partager

À lire aussi

  • Bachir Bensaddek: voyage au bout de la nuit

    Cinéma

    Bachir Bensaddek: voyage au bout de la nuit

    Montréal la blanche arrive à point nommé, alors que l'Occident est secoué depuis plusieurs mois par la crise des migrants. Le film de Bachir... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer