L'invasion américaine: percutante réussite *** 1/2

Michael Moore s'avère un infatigable empêcheur de tourner... (Fournie par Métropole Films)

Agrandir

Michael Moore s'avère un infatigable empêcheur de tourner en rond qui dénonce les puissants dont les politiques néolibérales d'austérité sont des dangers publics.

Fournie par Métropole Films

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Michael Moore s'est présenté au Festival de Toronto (TIFF), en septembre dernier, avec une surprise: L'invasion américaine (Where to Invade Next). Le fait qu'il s'agissait de son premier brûlot en six ans et qu'il a eu de la difficulté à le financer en dit autant sur l'état du cinéma documentaire que sur la crainte qu'engendre le célèbre documentaliste au ton corrosif. Ce nouveau film, malgré quelques défauts, est une percutante réussite dans sa volonté de démontrer que les politiques sociales progressistes sont souvent celles qui donnent les meilleurs résultats.

Le concept du réalisateur militant de Bowling for Columbine (2002) est fort simple: envahir des pays (surtout européens) pour leur voler ce qui se fait de mieux sur le plan social, démocratique et politique. C'est Moore lui-même, qui aime bien se mettre en scène, qui «envahit» lesdites sociétés pour en rapporter les meilleures idées aux États-Unis. Il s'agit de sa principale force, comme d'habitude: aborder des sujets complexes en vulgarisant et en nous faisant rire. C'est tout aussi hilarant que subversif.

Moore revisite des thèmes auxquels il a consacré des documentaires. Et d'autres. Il découvre par exemple les huit semaines de vacances payées en Italie par certaines entreprises (le minimum décrété par la loi est cinq semaines); l'université gratuite (même pour les étrangers) en Slovénie; le système éducatif en Finlande (numéro un mondial, mais où les enfants passent le moins de temps en classe et sont exemptés de devoirs) ou le refus, depuis 15 ans, par le Portugal de judiciariser la possession de drogues (la consommation a baissé depuis)...

Le propos est évidemment démagogique: il ne montre que les beaux côtés. Mais il porte néanmoins à la réflexion. Et Moore pousse parfois le bouchon trop loin dans ses analogies avec la situation américaine. On peut aussi lui reprocher l'aspect ethnocentrique de son documentaire qui s'adresse d'abord et avant tout à ses compatriotes.

Portée universelle

Reste que son discours n'en a pas moins une portée universelle. Sa suggestion est assez simple somme toute: regardons ce qui se fait de meilleur et essayons de le transposer chez nous. Certaines choses ne demandent même pas d'investissements significatifs. On pourrait s'inspirer de l'Islande, par exemple, qui a établi une véritable parité homme-femme.

Moore interviewe notamment Vigdís Finnbogadóttir, première femme du monde à être élue présidente au suffrage universel en 1980, qui dit tout bonnement ceci: «Si le monde peut être sauvé, ce sera par les femmes».

Après neuf longs métrages, on connaît la propension de Michael Moore à grossir le trait et à travestir un peu la réalité afin de donner plus de résonance à son propos. Mais le pamphlétaire s'avère un infatigable empêcheur de tourner en rond qui dénonce les puissants dont les politiques néolibérales d'austérité sont des dangers publics. Un exemple? L'eau de sa ville natale de Flint a été contaminée au plomb, causant de graves dommages à la santé de ses habitants, pour sauver quelques milliers de dollars, évidemment.

Le pire, c'est que le réalisateur reste un éternel optimiste. L'invasion américaine est porteur d'espoir pour tous ceux qui sont prêts à se prendre en main. Si Nelson Mandela est devenu président de l'Afrique du Sud et que le mur de Berlin est tombé, dit-il, rien n'est impossible.

***

Au générique

  • Cote: *** 1/2
  • Titre: L'invasion américaine (v.o.a.s.-t.f.)
  • Genre: documentaire
  • Réalisateur: Michael Moore
  • Classement: général
  • Durée: 2h
  • On aime: le discours militant de Moore, son humour subversif
  • On n'aime pas: une certaine démagogie, l'aspect ethnocentrique

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer