• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Cinéma 
  • > Oscar pour un documentaire canado-pakistanais sur les «crimes d'honneur» 

Oscar pour un documentaire canado-pakistanais sur les «crimes d'honneur»

La réalisatrice pakistano-canadienne Sharmeen Obaid-Chinoy a remporté un... (AFP, Frederic J. Brown)

Agrandir

La réalisatrice pakistano-canadienne Sharmeen Obaid-Chinoy a remporté un Oscar pour son court métrage sur les crimes dits «d'honneur» au Pakistan.

AFP, Frederic J. Brown

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Los Angeles

La réalisatrice pakistano-canadienne Sharmeen Obaid-Chinoy se réjouit moins de l'Oscar remporté dimanche que des changements suscités par son documentaire au Pakistan.

La journaliste de 37 ans a été saluée par l'Académie américaine, dimanche soir, pour son court métrage sur les crimes dits «d'honneur» au Pakistan, A Girl in the River : The Price of Forgiveness (Une fille dans le fleuve - Le Prix du pardon). Le film relate le drame d'une jeune femme de 18 ans qui a survécu à l'agression brutale de son père et de son oncle, qui n'approuvaient pas son choix amoureux. Sharmeen Obaid-Chinoy avait déjà remporté un Oscar en 2012 pour un autre court métrage documentaire, Saving Face, sur le drame des filles aspergées d'acide - encore pour «sauver l'honneur» de la famille.

En entrevue téléphonique depuis Los Angeles, lundi matin, la double oscarisée se réjouissait surtout, en fait, des reportages qui faisaient état, le jour même, de la condamnation au Pakistan de deux personnes pour un meurtre dit «d'honneur», signe que cette tradition brutale commence peut-être à être ébranlée, selon elle.

Au-delà du strass et des paillettes de Beverly Hills, Sharmeen Obaid-Chinoy est contente d'avoir pu alerter, dimanche soir, l'opinion publique et les leaders politiques au drame des femmes et des filles terrorisées par les intégristes. Elle a ainsi reçu sur Twitter les félicitations du premier ministre du Pakistan, Nawaz Sharif, qui a indiqué qu'«il n'y avait pas de place dans l'islam pour les crimes commis au nom de l'honneur». Il a par ailleurs rappelé que son gouvernement s'affairait à légiférer pour interdire ces pratiques.

Selon des organismes de défense des droits de la personne, un millier de Pakistanaises seraient tuées chaque année pour «avoir déshonoré» leur famille. Les tueurs sont rarement poursuivis parce qu'en vertu des lois pakistanaises, les suspects ne sont pas accusés si la famille de la victime leur accorde son pardon, un concept tiré de la loi islamique.

Sharmeen Obaid-Chinoy, qui jouit de la double citoyenneté canadienne et pakistanaise, a vécu à Toronto de 2004 à 2015 et réside maintenant au Pakistan. Mis à part la chance de prendre un verre avec Leonardo DiCaprio et Ben Affleck, elle soutient que les Oscar permettent surtout d'atteindre un auditoire plus vaste, d'obtenir ensuite plus facilement le financement requis pour les prochains films, et de traiter des sujets de son choix.

Le film A Girl in the River devrait être diffusé par HBO Canada le 7 mars.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer