Les Oscars sous les projecteurs

La 88e soirée des Oscars, qui se déroulera dimanche, est assurément... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La 88e soirée des Oscars, qui se déroulera dimanche, est assurément l'une des plus serrées et des plus imprévisibles des cinq dernières années. Si les victoires de Birdman ou d'Esclave pendant douze ans faisaient peu de doute, par exemple, trois films et leurs réalisateurs ont des chances cette année: Le revenant, Le casse du siècle et Spotlight: édition spéciale. En fait, il se passe plein de choses très intéressantes que Le Soleil a décortiquées pour vous. Ne vous restera plus qu'à préparer le maïs soufflé et à vous amuser.

La 88e soirée des Oscars, qui se déroulera... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

La lutte à trois

Le revenant, Le casse du siècle (The Big Short) et Spotlight: édition spéciale - difficile de prédire qui repartira avec le titre de meilleur film. Après tout, le premier a remporté les honneurs de la Guilde des réalisateurs; le deuxième, ceux de la Guilde des producteurs, et le troisième, ceux de la Guilde des acteurs! Vrai que Le revenant a gagné aussi aux Golden Globes et aux BAFTA, l'équivalent britannique des Oscars. Mais l'an passé, devinez qui avait remporté ces deux trophées? Jeunesse de Richard Linklater. Et qui a gagné aux Oscars? Birdman d'Alejandro G. Iñárritu (le réalisateur du Revenant)!

L'évidente

OK, c'est son année! La cinquième nomination comme meilleur acteur sera la bonne pour Leonardo DiCaprio après 23 ans d'attente - sa première présence: Gilbert Grape de Lasse Hallström. Même s'il n'a pratiquement pas de dialogue dans Le revenant, l'acteur de 41 ans y livre une performance ahurissante, tout en intériorité et en fureur silencieuse. S'il ne gagne pas, ce sera un vrai vol.

La plus serrée

Celle de l'Oscar de la meilleure actrice. Vrai que Brie Larson a gagné aux Golden Globes et à la Guilde des acteurs pour Room. Mais Saoirse Ronan a accumulé quelques récompenses aussi pour Brooklyn, un film qui correspond au profil des membres de l'Académie. Ça va se jouer entre les deux, mais bien malin qui peut en prédire l'issue. Charlotte Ramplig aurait pu être un facteur, mais sa déclaration malheureuse sur la diversité l'a éliminée de la course.

Mark Rylance dans Le pont des espions... - image 2.0

Agrandir

Mark Rylance dans Le pont des espions

Surprise, surprise

Il y a deux catégories qui pourraient causer une véritable surprise. Malgré son Golden Globes pour son rôle de Rocky dans Creed, Sylvester Stallone pourrait voir l'Oscar du meilleur acteur de soutien lui échapper aux mains de Christian Bale pour Le casse du siècle ou même Mark Rylance pour Le pont des espions (mon choix). Pour ce qui est du film en langue étrangère, le cauchemardesque Fils de Saul, grand favori, pourrait être éclipsé par le lumineux Mustang. Justement parce que Le fils de Saul est pratiquement insoutenable - ce qui risque de rebuter bien des votants.

Le doublé historique

Alejandro G. Iñárritu pourrait entrer dans l'histoire avec Le revenant. Il ne serait pas le premier à gagner deux Oscars consécutifs pour sa réalisation (John Ford l'a fait en 1940 et 1941) ni pour deux films de suite (David Lean, en 1957 et en 1962). Mais dans les deux catégories en deux ans, après le triomphe de Birdman l'an passé, ce serait du jamais-vu.

Le retour le plus étrange

Absolument George Miller. Le réalisateur a gagné l'Oscar du meilleur long métrage d'animation en 2007 pour Les petits pieds du bonheur (Happy Feet). Or, il est de retour cette fois avec... Mad Max: la route du chaos! Pas tout à fait dans le même créneau. Il ne repartira pas avec la statuette du meilleur film, mais il a ses chances à la réalisation. Ce sera entre lui et Iñárritu. Les deux ont livré des films enlevants et hautement spectaculaires sur le plan cinématographique.

L'intrus

Anomalisa. Le film de Duke Johnson et Charlie Kaufman (toujours inédit à Québec, en passant) se retrouve dans la catégorie du long métrage d'animation. Pour être de l'animation, image par image avec des marionnettes, ça en est. Mais avec sa scène de sexe ultra-réaliste, ses réflexions sur le sens de la vie, sur la futilité et la routine de l'existence, mettons que ça détonne avec Sens dessus dessous, Shaun le mouton, voire Le garçon et le monde...

La possible revanche

Je ne miserais surtout pas ma chemise là-dessus, mais avec tout le boucan sur l'absence de diversité à cette 88e édition, ce serait vraiment une douce revanche si Herman et Andrea Berloff obtenaient l'Oscar du meilleur scénario original pour Straight Outta Compton. Mais honnêtement, Josh Singer et Tom McCarthy, les deux auteurs de Spotlight: édition spéciale, vont repartir heureux en raison de leur traitement délicat et percutant du scandale des prêtes pédophiles à Boston.

Alicia Vikander dans Ex Machina... - image 3.0

Agrandir

Alicia Vikander dans Ex Machina

L'erreur de distribution

Alicia Vikander pour Danish Girl, actrice de soutien. Premièrement, la jeune femme a, dans ce film, un premier rôle - elle n'est pas dans la bonne catégorie. Deuxièmement, son étonnante et convaincante prestation transcende Ex Machina. Troisièmement, elle a réellement un rôle de soutien dans ce très bon film d'Alex Garland. Ce qui ne l'empêchera pas de gagner, mais pas pour le bon long métrage!

Le grand absent

OK, à proprement parler Star Wars: le réveil de la force obtient cinq nominations, mais elles sont toutes dans des catégories techniques. Mais l'Académie n'aime pas la science-fiction et ses membres essaient d'entretenir l'illusion qu'il s'agit d'un concours basé sur l'excellence cinématographique. Malgré son immense succès populaire, le film de J. J. Abrams est toujours resté à des années-lumière des principales catégories.

Les snobés

Tom Hardy et Charlize Theron pour Mad Max; Michael B. Jordan pour Creed; Johnny Depp pour Messe noire; Michael Keaton pour Spotlight: édition spéciale; Jacob Tremblay pour Room; Helen Mirren pour Trumbo; Steven Spielberg à la réalisation pour Le pont des espions; Aaron Sorkin pour le scénario de Steve Jobs et Quentin Tarantino pour celui des 8 enragés; Le monde jurassique pour les effets spéciaux visuels et Sicario de Denis Villeneuve pour le meilleur film.

Les «pas rapports»

On aime beaucoup Jennifer Lawrence et Eddie Redmayne, mais on se demande ce qu'ils font là cette année. Bien sûr, la première a la cote: il s'agit d'une quatrième nomination depuis 2010. Et elle porte Joy, un film mal foutu, sur ses épaules. Mais pas autant que Brie Larson, Saoirse Ronan, Charlotte Rampling ou même Charlize Theron. Quant à Redmayne, il joue un rôle délicat dans Danish Girl. Et Hollywood aime les transformations. Mais ça n'a rien à voir avec ce qu'il a accompli dans la peau de Stephen Hawking pour La théorie de l'univers. Tant qu'à faire dans les métamorphoses, on aurait bien aimé des nominations pour Michael B. Jordan ou Johnny  Depp.

La catégorie animalière

Tous ceux qui ont vu L'artiste de Michael Hazanavicius se souviennent de la performance de Uggie, le terrier Jack Russell qui avait (presque) volé la vedette à Jean Dujardin. S'il fallait remettre un Oscar animalier, c'est certainement la maman ourse du Revenant qui remporterait la statuette. Sa terrifiante agression du personnage joué par Leonardo DiCaprio a laissé plus d'un spectateur sous le choc. On les rassure: il s'agit d'un ursidé numérique. Ses créateurs sont d'ailleurs en nomination dans la catégorie des meilleurs effets visuels.

Le record absolu

John Williams est sans contredit LE compositeur hollywoodien. Il a créé un grand nombre des plus célèbres musiques de film de l'histoire, remportant au passage cinq Oscars pour des trames sonores aussi diverses que Le violon sur le toit, Les dents de la mer, Star Wars, E.T. et La liste de Schindler. Sa nomination pour Le réveil de la force est sa cinquantième. Oui, oui, comme dans 50. Ouf! Mais ce n'est pas dans la poche puisqu'il affronte un autre gros canon pour Les 8 enragés: Ennio Morricone. Curieusement, l'Italien n'a jamais gagné, mais il a obtenu en 2006 un Oscar honorifique «en reconnaissance de ses contributions magnifiques et à multiples facettes à l'art de la musique de film». Et il mérite vraiment l'Oscar cette fois.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer