Les Jutra deviennent le Gala du cinéma québécois

Alors que la plupart des villes du Québec... (La Presse, Alain Roberge)

Agrandir

Alors que la plupart des villes du Québec ont retiré le nom de Claude Jutra de leur toponymie, la sculpture du regretté Charles Daudelin rendant hommage au cinéaste qui se trouvait dans le parc Claude-Jutra à Montréal a été vandalisée dans la nuit de lundi à mardi.

La Presse, Alain Roberge

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le prochain Gala des Jutra sera finalement renommé temporairement Gala du cinéma québécois, en attendant de lui trouver un nouveau nom et de créer un nouveau trophée pour les lauréats.

L'organisme Québec Cinéma a annoncé la nouvelle appellation plutôt générique par communiqué de presse, mardi, son conseil d'administration ayant adopté à l'unanimité le nouveau nom temporaire. 

Ce nom vient remplacer celui du cinéaste Claude Jutra, dont la mémoire est ternie par des allégations d'agressions sexuelles sur des enfants. Radio-Canada, qui diffusera le gala en direct le 20 mars, a également accepté le nouveau nom.

Les lauréats 2016 seront honorés lors du gala, mais ne recevront pour l'instant aucun trophée puisque le nouveau modèle n'a pas encore été conçu. Ils recevront leur trophée officiel dès sa création.

Le Gala des Jutra avait été lancé en 1999 pour prendre la relève des Prix Guy-L'Écuyer, qui récompensaient depuis 1987 un comédien et une comédienne ayant joué dans un film québécois l'année précédente.

Vandalisme

D'autre part, alors que la plupart des villes du Québec ont retiré le nom de Claude Jutra de leur toponymie, la sculpture du regretté Charles Daudelin rendant hommage au cinéaste qui se trouve dans le parc Claude-Jutra à Montréal a été la cible des vandales dans la nuit de lundi à mardi.

Les mots «Pépé Pédo» ont été inscrits en peinture rouge sur l'oeuvre qui remonte à 1997 et dont était inspirée la forme du défunt trophée Jutra. 

Les révélations, dans une biographie écrite par Yves Lever, voulant que le réalisateur décédé en 1986 avait des relations sexuelles avec des adolescents et deux témoignages de victimes affirmant avoir été agressées par Jutra en très bas âge ont fait tomber en disgrâce le réalisateur de Mon Oncle Antoine et de Kamouraska.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer