Catherine Corsini: l'amour au temps du féminisme

Catherine Corsini mentionne que La belle saison n'est... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Catherine Corsini mentionne que La belle saison n'est pas autobiographique, mais que la réalisatrice se retrouve un peu dans les deux femmes présentées dans le film.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Paris) Sans être trop réducteur, on peut dire que La belle saison raconte l'histoire de Delphine, une fille d'agriculteurs, qui découvre son homosexualité au contact de Carol, une prof et militante - une sorte de Brokeback Mountain féminin. Ce film d'amour lumineux et incandescent, Catherine Corsini a voulu en faire un hommage au féminisme. Rencontrée à Paris en janvier, la réalisatrice de 59 ans a bien voulu nous expliquer ce qu'il représente sur le plan autobiographique, le choix de Cécile de France pour jouer Carol et celui de... Janis Joplin pour la musique!

Cécile de France incarne Carol, une prof et... (Fournie par Axia Films) - image 1.0

Agrandir

Cécile de France incarne Carol, une prof et militante qui fera la rencontre de Delphine, une fille d'agriculteurs.

Fournie par Axia Films

Q La relation entre ces deux femmes se déroule en 1970 plutôt que maintenant, pourquoi?

R J'ai eu besoin pour cette histoire d'amour de recontextualiser l'homosexualité avec le combat des femmes. Je trouvais ça assez beau de redonner la parole à ces femmes qui ont souvent été un peu moquées et critiquées. Je pense qu'on leur doit beaucoup et j'avais envie de leur rendre hommage. [...] J'avais aussi l'impression qu'on prenait de la distance et qu'on arrivait mieux à montrer par l'émotion ce qui est plus beau et le plus vrai dans la vie, soit l'amour entre deux personnes.

Q C'était une époque de sorties du placard, en quelque sorte?

R Grâce au féminisme, les homosexuelles ont réussi à apparaître au grand jour, à se faire entendre, mais elles se sont aussi battues pour les droits des femmes. Il y avait une solidarité. [...] Maintenant, c'est plus banal. En même temps, il y a eu une crispation autour du mariage gai qui a été extrêmement violente et rétrograde.

Q Est-ce que la sortie de La vie d'Adèle de Kechiche, qui est contemporain, a influencé votre décision?

R J'étais en train d'écrire le scénario quand il est sorti à Cannes [2013]. Je me suis dit que mon film était très différent. Et qu'il y a eu plein de films sur des histoires d'amour hétérosexuelles alors pourquoi pas un autre sur deux femmes? La troisième raison, la plus importante: je suis une femme et j'aime les femmes. Je me sens presque plus légitime et plus juste. Pour un homme, il y aura toujours une part de voyeurisme.

Q Parlant des scènes d'amour, vous les avez abordées de façon très pudique, sans exhibitionnisme, en filmant les corps de façon plus reculée.

R J'aime bien ne pas trop couper dans les corps [au montage], ça devient comme un truc pornographique. J'aime bien que ces scènes soient comme des tableaux. On a beaucoup travaillé en pensant à des peintures impressionnistes, comme celle [d'Édouard] Manet. Il y avait quelque chose de l'ordre de la plénitude, de gracieux et en même temps en phase avec la nature.

Q Les différences entre Delphine et Carol vous permettent justement d'opposer le rural et l'urbain, la tradition et la modernité, tout en vous penchant sur la question identitaire. Est-ce que c'était des thèmes que vous vouliez aborder?

R Absolument. Ce sont des choses qui m'ont moi-même beaucoup travaillée quand j'étais jeune. À Paris, on peut vivre des choses cachées qu'on n'ose pas vivre dans son milieu. C'est encore et toujours le cas.

Q On en déduit qu'il y a une part d'autobiographie dans la façon d'étayer votre propos.

R Ce sont des choses de l'ordre intime plus que biographique. Je n'ai jamais vécu à la campagne, mais je connais [le Limousin] parce que j'y ai passé toutes mes vacances. L'arrivée à Paris, pouvoir vivre son homosexualité, ce n'était pas la même époque, mais je l'ai vécu. Pour les deux femmes, je ne suis ni une ni l'autre. Mais un peu dans les deux.

Q Sans être un film militant, ce n'est pas moins un film politique, non?

R J'ai voulu ça, avec beaucoup de fermeté. Il avait aussi une fonction d'ouvrir les yeux sur la situation actuelle.

Q Est-ce que le fait que Cécile de France ait souvent joué une lesbienne, notamment dans les films de Cédric Klapisch, vous a influencé?

R C'était un choix immédiat. J'ai écrit en pensant à elle et très vite je lui ai fait lire le scénario. Elle m'a dit oui et ne m'a jamais lâché. Mais c'était un peu ennuyeux. Je comprends qu'elle accepte. Elle est très libre, sans tabou. Elle n'est pas comme ces acteurs pour qui jouer un homosexuel, c'est comme interpréter un tueur en série. Pour elle, c'est un rôle. Elle m'a expliqué avoir vécu avec des parents très libre, où il n'y avait pas de jugement. Ce qu'elle y a vu, c'est un très beau rôle.

Q Pourquoi Janis Joplin? Parce qu'elle incarne la liberté, justement?

R C'était présent à l'écriture du scénario. Elle représentait ces années-là. C'était l'idole de bien des féministes de l'époque que j'ai interrogées. Par ce qu'elle incarnait. Sa voix me touche beaucoup aussi. Avoir deux morceaux de Joplin, je ne m'en suis pas privée. C'est comme si elle participait au film.

Q Pour moi, Janis incarne la passion. C'est d'ailleurs un thème qui revient souvent dans vos films. Qu'est-ce qui vous attire dans cet état?

R J'aime la révolution que procure la passion dans les corps, dans les âmes. Ça m'a toujours bouleversée. J'aimais que cette passion entre deux femmes soit lumineuse, tendue et idéaliste. Elle incarne pour le spectateur des messages extrêmement vigoureux, mais aussi chaleureux et généreux. C'est ce que j'ai voulu le plus faire pour ce film.

La belle saison prend l'affiche vendredi.

Les frais de ce reportage ont été payés par Unifrance.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer