Star Wars - Le réveil de la force: du pareil au même ***

Le réveil de la force livre exactement ce que... (Fournie par Disney/Lucasfilm)

Agrandir

Le réveil de la force livre exactement ce que le spectateur demande. Mais pas plus.

Fournie par Disney/Lucasfilm

Le SoleilÉric Moreault 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Le septième volet de la saga de Star Wars était LE film le plus attendu de 2015, précédé d'un battage médiatique démesuré. L'interminable attente en valait-elle la peine? Le réveil de la force (The Force Awakens) livre exactement ce que le spectateur demande. Mais pas plus.

J.J. Abrams et l'immense équipe de production de Star Wars avaient une chance, avec cette nouvelle trilogie qui s'amorce, de repartir sur de nouvelles bases. Puisque l'action se déroule environ 30 ans après Le retour du Jedi, le récit est libéré des contraintes et peut tendre un nouvel arc dramatique. 

Mais on n'a voulu courir aucune chance avec Le réveil de la force. On s'attend bien sûr aux clins d'oeil et aux références à la mythologie Star Wars - J. J. Abrams multiplie d'ailleurs les citations. Le combat du bien contre le mal, pour rétablir la paix et la justice, ça va de soi. L'Empire galactique a cédé sa place à un nouveau groupe totalitaire, Premier Ordre. À qui s'oppose la résistance. Ça va.

On s'attend aussi à ce que J.J. Abrams joue à fond sur la familiarité pour conforter le spectateur dans son sentiment de reconnaissance: les combats de sabre laser, le Faucon Millenium, Han Solo (Harrison Ford), Chewbacca, la générale Leia (Carrie Fisher) les Stormtroopers, les thèmes musicaux de John Williams, etc. Ça va.

Là où le bât blesse, c'est sur le plan d'une certaine originalité: l'histoire de ce septième opus ressemble à un copié-collé d'un autre chapitre, avec quelques éléments grappillés dans d'autres. Oubliez les éléments de surprise: même les rebondissements sont télégraphiés. D'où cet air de déjà-vu qui finit par être agaçant et qui ébrèche la féerie de cette saga intergalactique.

Ce qui est d'autant plus dommage que Le réveil de la force livre la marchandise sur le plan technique: la réalisation est efficace, le rythme est soutenu, le suspense y est constant, les scènes d'action et les effets spéciaux sont spectaculaires, on y retrouve l'humour bon enfant de circonstance...

On concédera que l'équipe du Réveil de la force devait relever un défi particulier: installer de nouveaux personnages pour prendre la relève des originaux (oui, on voit même Luke Skywalker, interprété par Mark Hamill). La transition s'avère un succès.

Ces nouveaux protagonistes sont la pilleuse d'épaves Rey (Daisy Ridley), le déserteur repentant Finn (John Bogeya), l'as des pilotes Poe Dameron (Oscar Isaac) et le vilain de service Kylo Ren (Adam Driver), qui loge du côté obscur. Ces ambitions vont mettre en danger le trio et éveiller la force qui était dormante.

Soulignons l'effort: le long métrage table sur un personnage féminin fort pour mener la charge. Le scénario tente aussi d'offrir un portrait moins stéréotypé des personnages, qui démontrent de grandes qualités de courage, de sacrifice et de fraternité, tout étant soumis à des défauts très humains.

À ce chapitre, le personnage de Han Solo «ou ce qu'il en reste», comme il le dit, vole la vedette. Toujours aussi nomade et grognon, mais avec la sagesse de la maturité. Harrison Ford capte le regard dans toutes ses scènes grâce à son jeu nuancé.

On ne vous a rien divulgué de l'intrigue. C'est voulu. Pour ne pas gâcher votre plaisir. Seulement ajouter que la narration carbure aux quêtes d'identité. Ça vous dit quelque chose? Bien sûr: plus ça change, plus c'est du pareil au même.

 

Bande-annonce «Star Wars»...

=> Au générique

  • Cote: ***
  • Titre: Star Wars - Le réveil de la force
  • Genre: science-fiction
  • Réalisateur: J.J. Abrams
  • Acteurs: Daisy Ridley, John Bogeya, Harrison Ford et Oscar Isaac
  • Salles: Alouette (Saint-Raymond), Beauport, Cartier, Des Chutes (Saint-Nicolas), IMAX Galeries de la Capitale, Sainte-Foy
  • Classement: général
  • Durée: 2h15

On aime : retrouver l'univers familier, le jeu de Harrison Ford, le personnage de Rey

On n'aime pas : le manque d'originalité, les emprunts trop lourds

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer